Forfaits Internet Aitel Niger

Forfait Albarka

Entretien avec Soumana Sanda : " (…) désormais, ce ne sont plus les règles établies par le CNDP seulement qui sont violées mais la loi fondamentale elle-même, et ils sont pris en flagrant délit par le Juge constitutionnel … "

Soumana Sanda désormais, ce ne sont plus les règles établies par le CNDP seulement qui sont violées mais la loi fondamentale elle-même, et ils sont pris en flagrant délit par le Juge constitutionnel … "" Soumana Sanda est un homme politique très connu au Niger. Président de la Coordination régionale du MODEN FA Lumana Africa de Hama Amadou, l'homme préside aussi aux destinées de la coalition de l'Opposition FRDDR dans la capitale. Depuis le MNSD Nassara, il a toujours été aux côtés de Hama Amadou dont il était l'icône des partisans lors de la lutte au sein de ce parti. Soumana Sanda fut aussi celui à qui, depuis sa prison, Hama Amadou a confié la création du parti Lumana. Politicien chevronné, militant engagé, l'homme ne recule devant rien pour défendre son parti et le président Hama. Par deux fois il est emprisonné par le régime du Président Issoufou Mahamadou des mois durant. Sa fibre lumaniste n'en a jamais été affectée. Aujourd'hui, il trône sur un siège de l'Assemblée nationale où aux côtés du président de son groupe parlementaire, il mène le combat pour la sauvegarde de l'a démocratie et l'Etat de droit au Niger. En outre, Soumana Sanda est aussi le président de la Fédération nigérienne de taekwondo auquel appartient le prodigieux Abdoul-razak Issoufou Alphaga qui vient de remporter la Médaille d'or mondiale dans cette discipline. Pour parler de tout cela et de la politique évidemment, L'Éclosion a rencontré pour vous Soumana Sanda ….

L'Éclosion : Monsieur le président, bonsoir et merci de nous recevoir. D'abord félicitations ! À travers Issoufou Alphaga, la FENITAEKWONDO vient de hisser le Niger au sommet des nations, comment avez-vous vécu cet événement ?
Soumana Sanda : Nous avons été très fiers au niveau de la Fédération Nigérienne de TAEKWONDO de voir Alfaga rééditer l'exploit de Rio avec, en plus, le franchissement du dernier palier du podium. Écouter la Nigérienne retentir sur les terres de naissance du TAEKWONDO en présence des représentants de 183 nations fut la chose la plus extraordinaire. Grâce au dynamisme de notre discipline et à l'incomparable talent et l'engagement de notre icône, désormais nous sommes connus et respectés dans le monde entier.

Sur le plan politique, la cour constitutionnelle vient de rejeter le Code électoral, comment avez-vous accueilli cette décision ?
Lorsque nous nous y opposions, nous ne pratiquions pas la politique politicienne. Il était évident que le seul but poursuivi par le pouvoir est l'élaboration de textes taillés sur mesure pour éviter par tous les moyens des compétitions électorales crédibles et honnêtes dans notre pays.

Pour eux, dès lors qu'ils ont obtenu, avec le ralliement du MNSD NASSARA, la majorité qualifiée à l'Assemblée Nationale, Ils pouvaient tout se permettre et de manière égoïste, car seuls les intérêts du PNDS comptent et pas ceux des autres qui sont dans la même mouvance. En cela, ils sont allés au-delà de l'acceptable. La Cour Constitutionnelle s'est opposée à ce qu'ils détachent à volonté des dispositions du Code électoral " version renaissance " des principes posés par la constitution. Nous sommes heureux d'avoir eu raison et en plus d'avoir dénoncé très tôt leurs pratiques anticonstitutionnelles et de refuser de nous y associer. Cela suppose que désormais, ce ne sont plus les règles établies par le CNDP seulement qui sont violées mais la loi fondamentale elle-même, et ils sont pris en flagrant délit par le Juge constitutionnel après avoir élaboré le texte sans concertation, le faire voter avec leurs seuls députés à l'Assemblé Nationale et envoyé eux même pour le contrôle de constitutionnalité. Il s'agit d'une recette 100% Renaissance qui a été jugée indigeste. Ceci conforte les dénonciations que l'opposition politique et la société civile ne cessent de faire sur les dérives du régime.

Des arrestations sont opérées dans les rangs des journalistes, des acteurs de la société civile, de la presse et même dans vos propres rangs mais vous ne dites plus rien, pas même une simple déclaration de condamnation, l'opposition nigérienne est-elle morte de sa belle mort ?
Il y'a belle lurette qu'au Niger, les opposants, les acteurs de la société civile et les journalistes sont devenus les cibles privilégiées de la renaissance, qui caresse l'ambition d'instaurer la pensée unique. Il fallait museler tous ceux qui pensent autrement. Les dernières arrestations qui sont le prolongement de plusieurs séries procèdent de la même logique. Considérez que le silence de l'opposition est dû en partie à la période de trêve imposée par le mois béni du ramadan, et que cela va changer à présent. Après Baba Alpha et son vieux père, Ibrahim Bana, Gamatié Yansambou et Ali Soumana ont tout notre soutien et je suis convaincu que leur engagement pour la défense des principes démocratiques est plus fort que ce qu'ils vivent actuellement.

Pourquoi démeurez-vous silencieux alors ?
Nous sommes engagés dans une course de fond, pas de vitesse et en politique quand la situation atteint un tel point de détérioration, il faut agir avec la tête et non avec le coeur, rassurez-vous l'opposition est bien vivante et réactive à suffisance.

Il se dit également que votre parti, le MODEN FA LUMANA africa est traversé par une grave crise interne, quand estil ?
C'est juste le fruit d'imaginations fertiles. Nos adversaires prennent leurs désirs pour des réalités. Il n'y a absolument aucune crise au sein de notre parti, nous constituons une grande famille solide et unie qui regarde dans la même direction autour du seul et unique leader d'hier, d'aujourd'hui et de demain SE HAMA AMADOU. Nous comprenons qu'après tant d'assauts infructueux pour nous déstabiliser, nos adversaires soient déçus et frustrés et qu'ils espèrent à travers une crise artificielle imaginaire " crise interne " se consoler, mais une fois de plus, ils échoueront. Tout ce qui est écrit à longueur de journée dans la presse et sur les réseaux sociaux en ce qui concerne le MODEN FA LUMANA AFRICA, n'a aucun fondement. Il n'y a absolument aucune adversité interne, l'adversaire est connu c'est le PNDS TARAYYA et nous faisons bloc avec tous les autres partis du FRDDR pour y faire face.

D'aucuns pensent que l'Assemblée Nationale est devenue une caisse de résonance, en tant que député qu'en dites-vous ?
Je pense qu' il y'a, malheureusement, une part de vérité dans cette opinion, confortée d'ailleurs par la banalisation de la révision de la constitution ces derniers temps. À travers l'attitude irrespectueuse de l'exécutif vis-àvis de sa propre majorité soi-disant qualifiée, le député est devenu une sorte d'exécutant qui obéit au doigt et à l'oeil de l'Exécutif, ce qui tranche d'avec le mandat que le peuple nous a confié pour le représenter. Les prises de positions de l'Assemblée Nationale m'ont absolument aucune valeur, en témoigne par exemple la reprise des travaux de construction scandaleuse devant cette école au quartier Lazaret après que les kiosques des autres Nigériens aient été démolis et que de manière spécifique l'Assemblée Nationale, après une interpellation sur la question ait demandé d'y mettre un terme.

Enfin, un mot sur la gouvernance. Selon vous, le Niger se porte-t-il bien aujourd'hui?
Le Niger ne s'est jamais aussi mal porté que sous l'ère de la renaissance. Aucun secteur n'a été épargné par le processus méticuleux de démolition qu'ils semblent af fectionner. Les Nigériens aujourd'hui sont sous le poids implacable de la précarité, ils sont désespérés, ils ont été divisés en catégorie de privilégiés pouvant tout se permettre en toute impunité parce qu'appartenant à la majorité et une autre catégorie des persécutés qui sont traqués et embastillés parce qu'ils pensent autrement.

Monsieur le président, merci !
12 juiillet 2017
Source : L'Eclosion

Imprimer E-mail

Interview