Interview

« L’Agence Centrale de Gestion des Saisies, des Confiscations, des Gels et des Recouvrements d’Avoirs (ACGSCGRA) du ministère de la Justice est non seulement un instrument très efficace de lutte contre la criminalité transnationale et la délinquance économique et financière, mais aussi un instrument de mobilisation des ressources internes pour l’Etat», indique M. Hamadou Alhassane, Magistrat, Directeur Général de l’Agence Centrale

M. le directeur général de l’Agence Centrale de Gestion des Saisies, des Confiscations, des Gels et des Recouvrements d’Avoirs (ACGSCGRA), voudriez-vous bien nous présenter votre structure et nous dire quelles sont ses missions ?
Merci de l’occasion que vous m’offrez pour présenter notre structure qui est somme toute nouvelle, car entrée en activité l’année dernière. Conformément à ses engagements internationaux, le Niger a pris plusieurs mesures visant à renforcer son arsenal juridique dans le cadre de la lutte contre la criminalité organisée. C’est ainsi que le décret 2017-599 /PRN/MJ du 13 juillet 2017 a créé l’agence centrale de gestion des saisies, des confiscations, des gels et des recouvrements d’avoirs (ACGSCGRA).

L’Agence est un établissement public à caractère administratif (EPA) doté de la personnalité juridique et de l’autonomie financière, placé sous la cotutelle technique du Ministre chargé de la justice et du Ministre chargé des finances. Il ressort de cette cotutelle une double vocation de l’agence centrale: judiciaire et financière.

Cette structure vient renforcer la chaîne pénale, en ce sens qu’elle a vocation à travailler à tous les stades de la procédure pénale notamment de l’enquête préliminaire jusqu’à l’exécution des décisions de justice (jugement et arrêt) en passant par le parquet et l’instruction.

Imprimer E-mail

Interview