IDEES & OPINIONS.

Lawal Abdoulaye 01La souveraineté économique et monétaire africaine comme solution aux maux de sous développement des pays de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) et de la Communauté Economique, Monétaire de l’Afrique Centrale(CEMAC) et des Iles Comores
«Si réellement l’égalité intellectuelle est tangible, l’Afrique devrait, sur des termes controversés, être capable d’accéder à la vérité par sa propre investigation intellectuelle, se maintenir à cette vérité jusqu’à ce que l’humanité sache, que l’Afrique ne sera plus frustrée, que les idéologues perdront leur temps, parce que ils ont rencontré des intelligences égales qui peuvent leur tenir tête sur le plan de la recherche de la vérité[1]».

Moussa Tchangari 06Pauvre Niger, pays où tout a changé, en bien ou en mal, depuis 1990, sauf la façon de faire la politique. Que penser de la sortie médiatique du Ministre d'État Bazoum, mettant dans le même sac société civile et opposition, sinon que Hama Amadou a fait école chez ses anciens amis et alliés, devenus aujourd'hui ses plus grands ennemis ? En écoutant le Ministre Bazoum dans ses efforts de préparation de l'opinion à la marche de la MRN du 8 janvier, comment ne pas se souvenir de l'ancien Premier ministre Hama Amadou haranguant la foule de ses partisans et les invitant à se mobiliser pour une marche gigantesque contre la société civile, coupable d'avoir organisé, un jour de mars 2005, une manifestation monstre à Niamey contre la cherté de la vie consécutive à la taxation des denrées de base ?

Lettre-ouverte-Mallami-Boucar.jpgIl semble que le 7 et le 8 janvier 2017, comme en hommage aux évènements de Charlie Hebdo, des compatriotes projetteraient d’organiser, sur toute l’étendue du territoire national, une marche suivie de meeting et qu’ils auraient choisi comme slogan de mobilisation « Mahamadou Issoufou n’est pas seul ». La trouvaille d’un « génie des Carpates » qui ne voit plus loin que le bout de son nez. Mahamadou Issoufou n’est pas seul… responsable des malheurs du Niger, c’est sûr et personne ne lui disputera cette vérité. Que ce soit à propos du désastre financier et économique ou sur le plan sécuritaire, social, judiciaire ou démocratique, l’homme a bien raison de plaider la culpabilité partagée. « Oui, je suis coupable, mais je ne suis pas seul », semble dire Mahamadou Issoufou et il a parfaitement raison dans la mesure où, pas plus tard qu’il y a cinq mois, Seïni Oumarou lui a fait allégeance, moyennant un strapontin de 500 millions de francs CFA contre son silence complice dans la prédation des ressources publiques.

Complexe Scolaire Bedir NiameyOù se trouve finalement cette bonne dame qui, sans honte, n’a eu aucun scrupule à clamer, avec documents à l’appui, que le complexe scolaire Bédir lui a échu au nom de l’excellent partenariat qu’elle, en qualité de ministre des Enseignements primaires, a noué et entretenu avec les promoteurs dudit complexe ; qu’il n’y a pas de quoi fouetter un chat dans cette scabreuse affaire et que, comble de culot, elle allait porter l’affaire devant la justice pour se voir laver d’un affront…qui lui colle visiblement bien à la peau. La récente décision de retrait de l’autorisation d’exercice à ce complexe scolaire est un cinglant désaveu qui cache mal la forfaiture commise par Dame Mariama El Hadj Ibrahim et Cie.

mercredi, 04 janvier 2017 05:47

Amères vérités

Amere verites Canard FurieLe Niger vit ce mauvais cinéma depuis six longues années. Un film monotone, triste et ubuesque dont le réalisateur, le metteur en scène, tout autant que les acteurs, médiocres et faux, savent parfaitement que leurs noms riment avec échec, désastre et désespoir pour le Niger mais qui s’accrochent avec force argent, espérant sauver ce qui est … déjà perdu. Ainsi, pour inaugurer cette nouvelle année qui commence et dont les Nigériens espèrent beaucoup, Mahamadou Issoufou et ses camarades n’ont rien trouvé de mieux à initier qu’une marche de soutien à leur régime. Une manifestation qui sera sans doute un échec retentissant.

Sakiratou Issaka Issoufou Sakiratou Issaka Issoufou, fille aînée du coordonnateur régional Lumana de Tillabéri, Issoufou Issaka, a décidé de rompre le silence pour dénoncer avec virulence la détention arbitraire prolongée dont son père et ses camarades politiques sont victimes depuis un an aujourd’hui. L’étudiante, qui suit une formation à l’Institut des Hautes Etudes Commerciales de Rabat (Maroc), n’est pas allée du dos de la cuillère pour exprimer son dégoût vis à vis du régime Issoufou, qui est loin d’être démocratique, dans cette lettre ouverte adressée aux Nigériennes et aux Nigériens. Un véritable réquisitoire contre le système en place.

lundi, 02 janvier 2017 11:17

Il faut le dire…

Le 21 décembre 2016, alors que le pouvoir issu du coup d’Etat électoral des 21 février et 20 mars 2016 a fait le pari que les Nigériens ne suivront pas le mot d’ordre de la société civile active, les citoyens nigériens sont massivement sortis pour dire NON à Mahamadou Issoufou et à sa façon de conduire le pays. Une mobilisation qui a fait trembler dans les rangs du pouvoir au point où, selon des informations qui circulent déjà dans certains milieux, des mesures administratives et policières seront prises pour empêcher le rendez-vous du 13 janvier prochain, date retenue par le mouvement Tayi Tawri pour manifester à nouveau.

Prison Niamey Argent EtatDans quelques jours, 2016 fera ses adieux. Une année noire ! Une année noire comme notre pays n’en a jamais connue dans son histoire, avec son cortège de malheurs et de misères individuels et collectifs. Une année noire au cours de laquelle Un Cfeb [Ndlr : Commission du fichier électoral biométrique] répondant aux ordres de Hassoumi Massoudou, avec à sa tête un certain Mallam Oumarou, un militant notoire du Pnds Tareyya, secondé par Sabiou Gaya, a confectionné le fichier électoral le plus grossier que le Niger ait connu.

mercredi, 28 décembre 2016 05:56

Le coup de gueule du Canard en furie

http://nigerdiaspora.net/images/Canard-Furie-2016.jpgJe ne comprends pas une chose. Je ne comprends pas qu’il y ait eu un coup d’État électoral dans ce pays ; que les libertés publiques soient confisquées ; que le régime de Niamey, répressif à volonté, soit un des rares, dans toute l’Afrique, à avoir dans ses geôles, des prisonniers politiques ; que le Niger ait été pointé du doigt dans divers trafics, y compris de la drogue dure (cocaïne) et que des proches de Mahamadou Issoufou y soient mêlés ; que la gouvernance mafieuse qui a cours à Niamey ait entraîné le Niger dans de graves contentieux judiciaires, mais que le premier responsable, Mahamadou Issoufou, soit des mieux traités dans Jeune Afrique et RFI.

mercredi, 28 décembre 2016 05:42

Amères vérités

Amere verites Canard FurieIl y a, paraît-il, 13 centrales syndicales au Niger parmi lesquelles vous avez la doyenne USTN et sa fille adultérine CDTN. De ces 13 centrales syndicales, aucune d’elle n’a encore senti la nécessité de faire la moindre déclaration de routine pour soutenir la lutte des syndicats de l’Éducation, de celui des collectivités territoriales ainsi que des associations et des structures de la société civile engagés dans la sauvegarde de l’école publique, considérablement clochardisée pour accumulation d’arriérés de pécules, la restauration de la démocratie dans ses principes cardinaux, l’égalité des Nigériens devant la loi, les détournements de deniers et biens publics dont les auteurs, notablement connus, sont protégés au sommet de l’État, les trafics de devises et de drogue, la corruption généralisée qui est en train de pourrir tout le tissu social, etc.

Idées et opinions