Airtel Niger

Forfait Albarka

IDEES & OPINIONS.

Journal Courrier Ali SoumanaAmères vérités Ali Soumana, le fondateur du journal « Le Courrier » et Moussa Dodo, le directeur de publication dudit journal sont, depuis le samedi 4 juin 2016, détenus en garde à vue dans les locaux de la Police judiciaire. Les services d’un certain Jet Lee s’emploieraient à leur tirer le ver du nez : révéler la source des listes qu’ils publient et qui compromettent Malika Issoufou Mahamadou, l’épouse de celui qui dirige le Niger depuis le holdup électoral du 20 mars 2016, Kadidiatou Ly, la présidente de la Cour constitutionnelle, Seyni Garba, le chef d’Etat-major général des armées, Pierre Foumakoye Gado, le ministre du Pétrole et tant d’autres.

Lettre ouverte Mallami BoucarLettre à mes compatriotes ... les voleurs de l’État se la coulent douce, investis dans certains cas de la mission de traquer les voleurs de l’État tandis que des citoyens et des sociétés qui n’ont pas grand-chose à verser dans la sébile sont pris au collet et sommés de payer. Chers compatriotes, Vous avez certainement des échos sur l’état du pays. Si vous ne comprenez rien aux effets néfastes de ces émissions de bons de trésor et d’emprunts obligataires auxquels Mahamadou Issoufou fait abusivement recours pour sauver une situation qui empire pourtant de mois en mois, vous devez indiscutablement avoir remarqué une frénésie inhabituelle au sein des régies financières.

Seyni Kountche PRLe Gouvernement vient de prendre une décision des plus inconséquentes, et certainement la plus mauvaise depuis l’avènement de la 7e République, si l’on fait abstraction du passage du nombre de députés de 113 à 171. En effet, en brisant le monopole de la SONIDEP en matière de distribution de produits pétroliers, il met ainsi fin à une politique hardie de sécurité d’approvisionnement du pays en hydrocarbures, péniblement mise en oeuvre par SeyniKountché, mais complètement occultée par la gestion patrimoniale de cette société depuis la Conférence Nationale Souveraine. Aussi, me semble-t-il nécessaire de rappeler à ceux qui nous gouvernent aujourd’hui qui sont pour la plupart contemporains de l’ère Kountché et aux plus jeunes nigériens, le contexte de la création de la SONIDEP.

Abdoulaye DIORI Kadidiatou LY À la lumière de ce scandale de fraudes décelées lors du concours d’entrée à la Fonction publique au titre des agents de santé, la conclusion qui s’impose est que Mahamadou Issoufou a ruiné ce pays, tant financièrement que moralement et spirituellement. La corruption, niée alors qu’elle a atteint son paroxysme, étale aujourd’hui, avec ce scandale qui implique la présidente de la Cour constitutionnelle, toute sa laideur. Kadidiatou Ly est-elle digne de rendre la justice ?

Mamane HIMA DrA Niamey comme dans la plus part des capitales ouest africaine, la mendicité est un véritable fléau social.
Au-delà, des enfants (5 à 12 ans), abandonnés par leurs géniteurs qui, comble d’irresponsabilité, ont décidé « d’élever » leurs progénitures par « procuration » en les confiant à des « alphaga », d’autres types de mendiants ont pignon sur rue.
Il s’agit, de ces mendiants à col blanc, drapés dans des boubous amidonnés, au volant de grosses cylindrées, affichant des signes ostentatoires d’aisance si ce n’est de richesse , et qui vous agressent littéralement durant les cérémonies .

Issou ConvictionChers compatriotes,Le Niger vit actuellement, aux plans financier et économique, des jours extrêmement difficiles. Un passage obligé pour Mahamadou Issoufou, tant il a mis beaucoup d’imprudence, voire d’inconstance sinon d’insouciance face à ses responsabilités constitutionnelles dans la gestion du formidable potentiel financier et économique dont il a hérité.

Djibrilla M BareDans votre réponse à un écrivain publiée le 13 mai 2016 en réaction à votre lettre adressée à vos amis du PNDS, j’ai pu lire : « …Mais j’ai dit que ce domaine de la qualité - aujourd’hui déplorable - est un problème capital, qui n’a pas été pris en compte par le régime actuel, pas plus que les précédents ».

Sur la qualité des services publics, je rappelle que vous avez précisé dans votre première lettre : « Mais les chiffres ne sont pas tout, et ils peuvent masquer des failles, des déficits, ou des erreurs. Les bilans quantitatifs doivent toujours s’accompagner de bilans qualitatifs..»

Abdoulaye Hassane Diallo 06Lorsque j’étais journaliste, à   la Maison de l’Information qui fut bien après baptisée  Office National d’Edition et de Presse ONEP , beaucoup de nos collègues sont  fiers d’avoir créé des rubriques. Celles qui ont permis aujourd’hui, à ceux qui cultivent et labourent dans notre jardin commun ( la Presse) de   faire fructifier ces bonnes idées   Et tant mieux pour les nigériens qui goûtent tant bien que mal au plaisir de la Communication grace   aussi à l’innovation et à l’amélioration   qualitatives apportées par ceux qui exercent ce métier aujourd’hui.

Niger Carte 2Le Niger va mal. Depuis quelques temps, un silence pesant, de son dard mortel, endolorit le tissu social. Le malaise s’amplifie et le silence pèse de son poids écrasant sur un Niger qui va très mal, divisé, blessé. On aurait cru que les hommes sont dépassés par les événements, tant les rancoeurs sourdes, laissées en « jachère » se durcissent. Dans les frictions des haines stratifiées, les hommes ont appris à se détester, à se vouer les pires méchancetés.

 

 campagne electorale Niger 01Depuis son hold-up électoral du 20 mars 2016, Mahamadou Issoufou s’est senti pousser de nouvelles ailes, de plus grandes ailes, pour anéantir toute opposition politique à sa personne et au Pnds Tareyya qui, vous avez pu le constater à plusieurs égards, se confond dangereusement à l’État. On ne fait plus de différence entre l’État et le Pnds Tareyya et c’est peu de dire que nous sommes en face d’une dictature en gestation.

Page 10 sur 55

Idées et opinions