IDEES & OPINIONS.

Soumaila BDOU SADOU 02Dans le cadre de la mobilisation des ressources financières qui doivent permettre à l’Etat  de posséder les moyens nécessaires  pour  la mise en œuvre des politiques publiques, la Douane Nationale a un rôle très déterminant. Pour cela tout doit être mis en œuvre afin de permettre à la Douane Nationale de mener à bien ses missions.
En ces temps de crise de trésorerie  aigue qui frappe notre pays, le mémoire de fin de cycle d’un étudiant  de  l’ENAM apporte des solutions  parce que tout simplement traitant  de la problématique de la corruption à la Douane.

Mojen 04 09 2016Au regard des multiples évènements, les uns plus dramatiques que d’autres, vécus ces dernières semaines au Niger, s’impose l’urgente nécessité, d’éclairage du peuple nigérien afin qu’il sache que le pays traverse une imparable descente aux enfers.
En effet, de la situation socio-éducative et de la formation, le pays est en pleine crise liée à la généralisation de la corruption, du népotisme, du favoritisme et du clientélisme auxquels le pouvoir en place impuissant, fait profil bas, laissant impunis tous les actes et pratiques renvoyant simplement à la bagne les citoyens de seconde zone.

Lettre ouverte Mallami BoucarNotre pays continue sa course en clopinant, tel un crapaud dans une course de guépards. Tout le monde sait que ceux qui doivent le mener à bon port ne sont pas capables de le faire et les raisons sont connues de tout le monde. Le déficit de légitimité populaire est d’une telle ampleur que le fossé qui sépare ceux qui gouvernent d’avec ceux qui subissent leurs dérives et leur politique antisociale ne fait que s’élargir de jour en jour. Et il n’y a rien d’étonnant en cela. C’est le propre de tout pouvoir qui n’est pas issu de la volonté populaire. Incapable de faire le bonheur du peuple, il le martyrise, le brime et le ruine tandis que, par des procédés frauduleux, il fabrique de nouveaux riches issus de l’oligarchie du parti, l’objectif visé étant de régner par la puissance néfaste de l’argent corrupteur.

Abdoulaye HASSANE DIALLO Dr 1J’avoue  qu’en  apprenant  ce  décès ,  j’avais  sursauté  en  me  plongeant  dans  un  moment  de  tristesse,  comme  tous  ceux  qui  comme  moi  l’avaient  également  su. Je  suis  hors  du  pays ,  loin  à      l’  annonce  de  cette  triste  nouvelle  . Une  nouvelles  qui  déchire,    irrite,   perturbe, et qui m’a   mis  hors  de  moi   .  Mais,   je  me  suis  ensuite  ravisé  en  revenant  à  la  réalité : celle  d’un destin  et  d’une  trajectoire  inévitable  qui  s ‘achèvera  là  où  nous  sommes  tous  attendus .  Ainsi  en  a  décidé  le Seigneur , l’Eternel  et  l’Omniprésent.       

Mariama elhadji IbroL’information de l’achat des établissements Bédir par Mariama Ali Ibrahim, ancien ministre des Enseignements primaires, de l’Alphabétisation, des Langues nationales et de l’Education civique, a été suivie avec la déception et la désolation habituelles pour le Niger mais sans stupéfaction. C’est la routine depuis cinq ans. Car à l’instar de tous ceux qui ont fait étalage de leurs avoirs et de leur pouvoir financier, la bonne dame a aussi tenu à administrer la preuve qu’il faut tenir compte d’elle dans le hit de ceux qui ont réussi, en cinq ans, à passer de la classe moyenne à la bourgeoisie de dernier échelon de la classe exceptionnelle.

Abdoulahi ATTAYOUBAu lendemain des dernières élections au Niger, élections à la fois présidentielle et législatives, les flottements et les divers marchandages qui ont visiblement présidé à la formation du gouvernement issu de ces scrutins n’ont pas manqué de surprendre et de décevoir ceux qui souhaitaient enfin accompagner un véritable renouveau de notre vie publique… Apparu dès sa formation comme un attelage assez incompréhensible, le gouvernement semblait offrir une cohérence politique et fonctionnelle plus que discutable. Et les observateurs les plus optimistes en avaient alors conclu qu’il s’agissait d’une sorte d’assemblage de circonstances qui devait, le moment venu, laisser place à une équipe dont la composition allait enfin permettre de faire face aux défis que le Niger doit relever au plus vite.

Elisabeth Sherif 01Dr Elisabeth SHERIF

Les rumeurs du ralliement du MNSD, la deuxième force politique de l’opposition, à la mouvance présidentielle, ont suscité beaucoup de commentaires. Et la concrétisation de celui-ci fait l’objet d’autres analyses. Ce qui est frappant dans certains de ces commentaires et analyses, c’est leur apparente stupéfaction, devant un fait qui est pourtant loin d’être inédit. L

Saoudiens NigerImage d'illustrationLe 20 mars 2016, pour prouver votre désaffection totale vis-à-vis de la gouvernance catastrophique de Mahamadou Issoufou qui a abusé de la force publique pour maintenir son redoutable challenger en prison et aller seul au second tour de la présidentielle en pensant ainsi gagner sans coup férir. Mal lui en avait pris puisque vous avez décidé, en toute souveraineté de montrer à la face du monde que Mahamadou Issoufou a beau être seul à ce second tour, vous le recalerez au nom de tout le mal qu’il a fait au Niger. De fait, il a compris qu’il ne serait plus à la tête de l’Etat au-delà du 20 mars par la volonté populaire et qu’il faudrait un moyen de s’incruster au pouvoir.

Seini Oumarou MNSD 001L’histoire politique nigérienne retiendra que le Mnsd Nassara, sous la direction de Seïni Oumarou, est allé prêter main forte à un homme qui a détruit le Niger en cinq ans ; un homme qui, de l’aveu de Seïni Oumarou, a institué un pouvoir satanique au Niger et qui représente véritablement un danger public dont il faut s’armer de courage pour débarrasser le Niger. Lorsqu’on examine la situation catastrophique du Niger dans laquelle Mahamadou Issoufou a plongé ce pays qu’il a pourtant juré, sur le Saint Coran, de servir avec loyauté et responsabilité, l’on est bien obligé de s’interroger sur les motivations profondes qui ont pu décider Seïni Oumarou et le Mnsd Nassara à s’aliéner pour exister dans l’ombre du Pnds Tarayya et selon le bon vouloir de Mahamadou Issoufou. Pourquoi ont-ils fait ça au Niger ? Pourquoi donner une prime à quelqu’un qui a fait couler le Niger ?

lundi, 22 août 2016 12:31

Le prix de l’âme du NASSARA

Abdoulaye Abdourahamane Amadou Ne soyons ni choqués ni surpris par l'avènement d'une opposition capable de vendre son âme dans l'histoire d'une Démocratie en construction. Une telle opposition politique mérite d’ailleurs de notre part de tonnerre d’applaudissements pour avoir excellé, par ses manœuvres souterraines, dans le jeu avec les nerfs du Peuple dont elle est censée défendre les intérêts, en toutes circonstances, face notamment aux éventuelles extrapolations des tenants du Pouvoir d’Etat. En clair, il y’a des raisons de s’en réjouir au regard des enseignements qu’on peut tirer de ce que les ‘’démarcheurs ‘’ du baobab politique ont, par euphémisme politique, qualifié de ‘’ralliement’’ ou de ‘’rapprochement’’.

Page 6 sur 55

Idées et opinions