Orange experience digitale 2

Signe de temps les grands dossiers - Hama Amadou/Simone GBAGBO : Similitudes et Différences

Abdoulaye-HASSANE-DIALLOAu  delà  de leur caractère  politique et social, il  nous  revient   d’analyser les  liens, les similitudes et que dire, les différences, entre ces deux procès retentissants .Disons, quelle marge entre un Procès politique et celui de droit commun ? Où se trouvent la ligne   de démarcation et la ligne  rouge  entre ces deux  grandes  bêtes  politiques que sont  HAMA  Amadou et  Simone  GBAGBO   qui  se nourrissent de sève politique ? Deux politiciens qui dérangent  tant , au point où  leurs ombres planent sur tous les actes politiques  qu’ils posent .Au point où ils sont toujours au cœur des évènements  républicains,   depuis  fort  longtemps,  chacun au niveau  de son  pays .C’est aussi, fort de leurs convictions , de leurs idéologies ,   de leurs engagements et parcours politiques acquis depuis  leur jeunesse .L’une  avec  son  compagnon,  opposant  attitré  à  Houphouet   Boigny .Encore jeune étudiant GBAGBO ,  s’était  laissé  endoctriner  par  celle  qui l’aidera  à escaler  les marches  du  pouvoir,  après  avoir  connu  les  emprisonnements  et  l’exode politiques .

Socialistes jusqu’aux  bouts  des oncles  et contestataires au  sein de la  FEANF «  Fédération des Etudiants d’Afrique Noire  en France » . Alors  que HAMA  Amadou,  ancien Enarque,  section  Douane, lui , a  connu  une  ascension   fulgurante  au détour  des  évènements  politiques qui ont  fait basculer le Niger dans  les voies  détournées et boulversements  politiques  inattendus  . C’est  au profit de  ces  spirales  de  changements  de pouvoirs qui  avaient  plongé  le Continent dans   des subites ruptures de « notre chère Démocratie » : coups d’Etats ,  Alliances, Cohabitations, que s’est forgé à la  politique HAMA Amadou  .Devenue  depuis , sa tasse  de «  Thé  »  et  sa compagne  de tous  les  jours . Et  d’ailleurs,  même si les parcours  sont différents  , le couple  GBAGBO  est  progressiste gauchisant  , alors  que  HAMA  vit  dans  la  mare  des droitistes  RPR,  UMP , aujour’hui  LR . Ils ont  marqué  et  marquent  toujours   l’histoire  politique de  leurs  pays  respectifs . La France demeurant leur point de mire où il faut  conserver  des relations saines . Et le système   en place  en France  a pignon sur roue  chez nous  mais , la préférence va à l’allier politique : Gauche ou Droite . Les faveurs  aussi .Tout changement de Gouvervement  a une influence sur nos gouvernants d’Afrique,même si le tissu des  relations   franceafrique  a  pris un coup . 

MAIS  LES  TEMPS  ONT  CHANGE
HAMA Amadou,  vedette  d’une Conférence Nationale  Souveraine  en 1991, a survécu aux incéssants  assauts de  ceux  qui  étaient  venus  à cette  réunion  de famille  pour  renverser la  vapeur  . Ce  systhème  de gouvernace  militaire,  régime d‘exception  instauré  par  les  nouveaux  Maîtres   pays . Dont  HAMA Amadou fut le porte voix et porte étandard d‘un parti  Etat le MNSD.   qui  a  tordu le  coup à un  autre  pouvoir  Etat ,  à  parti  unique  le RDA,  hérité   des  indépendances  négociées  avec le  colon,  l’ occupant  d’hier . Mais avec  le   discours  historique de la Baule  et   de l’éffondrement du  mur de Berlin, l’occasion était trop belle pour ces  jeune  intellectuels  révolutionnaires  « Tchinjistes  » réformistes ou rénovateurs  . Pour eux  , le pouvoir doit changer de camp. Revenir  aux  progressistes, c’est  à  dire au Peuple  Souverain, seul détenteur du pouvoir . En Côte d’Ivoire le clan   GBAGBO attendra la mort d’Houphouet   pour s’approcher  du pouvoir, le combattre , le narguer et le prendre  ensuite . Mais , pour une courte  durée, avant que  les  forces  adverses ne lui tordent le coup et l’envoient, loin, très loin de son pays, au fond d’un trou , la CPI ,  à la Hayes  où il croupit, égrenant  le temps figé .Luttant contre la solitude et un pouvoir  qui entend  « l’enterrer vivant  ou du moins lui briser les ailes » avec sa  puissante machine  judiciaire.  Son épouse n’a pas  non plus  été épargnée puisqu’elle croupit  en Résidence  surveillée dans une Ecole Militaire  à Abijan où  fut  tranférée  pour son procès. Où elle jugée et curieusement  acquitée  à la Cour d’Assises  à l’unanimité  par un jury  le 29 Mars 2017 .

HAMA   AMADOU  AU  COEUR   DES  EVENEMENTS
Si   HAMA Amadou  est  un «  dur  à  cuir en  politique  »  qui  a  gravi  les  échélons  du  pouvoir,  de Sous /Préfêt, Sécretaire Général  d’une  Préfecture,  Directeur  de  Cabinet  du  Président   KOUNTCHE,   la Présidence de l’Assemblée  Nationale,  après  avoir  été Ministre et  Premier  Ministre, il  reste  qu’il est  contraint à l’ exile . II fut  le Chef  incontesté d’un  grand  parti , le MNSD   dont  il  fut  membre et qu’il  quittera  pour créer  sa  propre  formation  Politique  Lumana FA , à l’image  de GBAGBO.  Pour « voler de ses propres  ailes »  et  en  affrontant  des  pouvoirs  , même  étant  allier ou à  l’intérieur . II  s’alliera  à son  adversaire traditionnel , le PNDS qui  serait avec les  forces vives  du  pays,  à la  base    de son déclin à  la  Conférence Nationale . La suite , les évènements nous l’ont enseignée :  sa  rupture  avec le  PNDS qui l’avait récompensé en  lui  facilitant  l’accès  au  Perchoir de l’ANN pour soutien, lors des consultations électorales  de 2016 .  Ce  qui permit  au Président  ISSOUFOU d’engranger  une  Majorité  pour  être au  pouvoir et gouverner avec  tranquillité .     

 MAIS,  UN  GRAIN  DE  SABLE  DANS  LEUR  SAUCE
Comme  on  a coutume  de  le  dire «  qu’il  n’y a  jamais  deux  sans  trois ou qu’il  est impossible  de réunir deux crocodiles dans un même  marigot » Tous les leaders politiques se côtoient, se connaissent mais  se  craignent .  Et pour cause , le terrain politique n’est  ni  stable  ni  fiable  alors  que  l’on  s’épie,  on se  surveille et  comme l’a dit  un  jour  un grand  Président   Ibrahim  MAINASSARA  BARE   Paix   à son  âme  «  Ils  s’embrassent  mais , ont  le  couteau  sous  la  table » Un  écrivain  a dit  un   jour , parlant  de  nous  que  nous  préférons  «   Etre  Chef   de  quartier  que  d’être  second  à  la capitale   »  A  tord  ou  à  raison , l’homme  politique  a  pour  philosophie  de diriger,  commander, donner  des  ordres , être  obei  ...  Je  n’irai  pas  jusqu’à  comparer  l’environnement   politique  à  une  jungle . Mais,  ainsi   va  la  vie   dans  cet  espace  politique  où  d’ailleurs  l’on  ne  se  fait  pas  des  cadeaux.

En  dehors  de la  lutte  politique qui  oppose  les  hommes  , les  tempéraments  des  uns  et  des autres , jouent  aussi . HAMA  et   ISSOUFOU  se connaisent  très  bien  pour avoir  cheminé  ensemble   après  la  rupture  de  l’Alliance en  1995  . Cette fois ci deux faits  ont  conduit à leur séparation .II s’agit d’une mésentente au niveau politique   qui  avait  conduit  au choix des Ministrables  en vue  de la  formation du  gouvernement  d’Union Nationale  .  L’autre  raison  concerne  l’ affaire dite des  « Bébés  supposés  importés »  dont on  accuse plusieurs  nigériens et  l’une des épouses  de  HAMA .  Un  véritable  branle -bas de combat puisque HAMA fut arrêté et purgera  4 mois de prison avant de quitter le  Niger  pour la France . Alors qu’il  était  en  résidence  surveillée  chez  lui .  Depuis,  les  choses se  sont  aggravées pour  lui , son  épouse ayant  été  elle même  arrêtée pour « trafics d’enfants » puis  libérée . De là se sont  sérieusement  détériorées  les  relations  entre HAMA et le Président de  la République  qui perd tout de même, un Allié de taille. Ce qui va reconduire à une nouvelle Majorité.

  Nous n’allons pas revenir sur le « concaçage  des partis politiques »  ni  du  nomadisme  de certaines formations  politiques  qui  ont  répondu  « présents  » à cet  appel  du  Président  ISSOUFOU. Au  nom  de l’Unité  Nationale ,  notre  pays étant  menacé  par des terroristes  en  tous  genres sur  toutes  ses frontières .Une  raison  assez suffisante  pour sceller le «Pacte Républicain » si cher aux  Présidents Mahamane  OUSMANE et  ISSOUFOU.

PROCES  POLITIQUES  OU DE  DROIT COMMUN
Dans tous  les  cas  de figures, un   procès aboutit  toujours à  des peines ou non. Morales ou physiques,  à des acquittements ou non et surtout  entâche  également la dignité humaine  A une privation de Liberté ou non.  Chaque camp  joue sa partition soutenue par des arguments, des déclarations,des  témoignages pendant qu’on  affute ses armes . Avec des arguments  .Tous les moyens sont bons pour gagner son procès . II oppose toujours deux parties : la plaignante et celle mise en cause .Des Avocats , des  Hussiers, les accompagnent dans des plaidoiries ,  assistant leurs clients .Les  Juges  sont  en  face  de ce monde et tentent de déméler  tous  ces  fils  souvents  entremêlés .Toutes les  parties juges et Avocats sont  dans  leurs  toges,  noires  ou  rouges , suivant  la  gravité  des  faits  qui obeissent  à des  Cours  de  Justice  ou  des  Tribunaux  graduels . II y a toujours un  perdant et un gagnant, forcément . La ligne  rouge ou la différence  n’existe que  suivant  les  faits et  leur  graduation . La  politique  se  manifeste et  s’invite lorsque  des politiciens  sont  dans le  box  des accusés  alors  que les  autres  drames   dits  «  de  droits  communs  »  sont  attribués  au  commun  des  mortels : assassinats,  abus  de confiances  etc...  Ce  qui revient à dire  qu’après la justice,  le dernier  mot ou disons  la  dernière décision  revient au  Magisrat Sûpreme : le Président de la  Répblique  qui  dispose  d’un  droit  de  gràce  ou  d’amnistie ou de reduction des  peines enregistrés  par  la  partie  juridicttionnelle  A sa  convenance,   selon  les  dates des  fêtes  nationales  au  cours  dequelles  il  peut  prendre  cette  cruciale  décision.

LE  GESTE  SUPREME  ET  MAGNANIME                                                                                                                                           S’agissant  des  cas  de  Simone  GBAGBO  et de HAMA  Amadou   des  personnalités  politiques  qui  ont  été accusées pour avoir  posé  des actes « contre nature  » repréhensibles  même  si les  auteurs s’en défendent d’en être les  auteurs, leurs  situations  se clarifient .Tous  les deux  viennent d’être  jugés  chacun de  son  côté  et  les  verdicts  sont  tombés .  Un  non  lieu  c’est  à  dire  un  acquittement  pour  Simone   et  1 an  ferme   pour  HAMA qui  a  déjà  purgé  4 mois de détention  avant  de  se  réfugier en  France  où    se  soigne .La justice  a dit   son  mot , reste  aux  uns  et  aux  d’apprécier et  de  s’y  confomer  ou  non  .Chaque  partie  a  un  délai  de  recours  pour  réagir  60 jours  ou  non .  Madame  GBAGBO  a été  jugée  le  29 Mars  2017   tandis que HAMA,  l’avait  été  depuis  le   13  Mars  2017  . 

 AU  NOM  DE  LA  QUIETUDE SOCIALE ET DE LA  PAIX
En  effet ,ces  deux cas  de figure, interpellent  nos  consciences humaine,  citoyenne  et  républicaine. Quoi qu’on  dise .Nous sommes tous  concernés  parce  qu’il y va de notre  tranquillité,  de la  paix, de notre développement, de notre vie  de  tous  les  jours,  dans  nos pays et  surtout  de  notre  sous Région  et enfin  de  notre Continent  africain . Nous avons  beaucoup  à faire  et  le temps presse  Notre  paix, notre cohésion,  nos  vies, nos fronières,  notre  tranquillité sont  constamment  menacées et  mises  à mal par  ces  maudites  nébuleuses  et  sataniques  de  Boko  Haram et autres  Djihadistes.  Qui  tuent  et  détruisent  nos  biens  communs,  c’est à  dire  nos  vies  et  nos  matériels . Nos  Forces   de  Défense  et  de  Sécurité  se battent farouchement  et  avec  dignité partout  dans  nos  pays .Se  sacrifiant    chaque  seconde pour  nous protéger  de  ses atrocités .  L’avenir  de notre  belle  jeunesse africaine  est  hypothéqué et  compromis,   sans  raison . Toutes  les parties  devraient  se  conformer  aux  verdicts  de la  justice  et doivent  aller dans le  sens de  la  réconciliation  nationale  Cela  dans  l’intérêt  de  nous  tous si  nous voulons  construire nos  pays   afin  de léguer  aux  générations  actuelles et  futures un  héritage  digne d’eux .En  effet, «  la  vie  est  trop  courte  pour s’habiller triste » Allons  à  l’essentiel   et  puisque  les deux  Chefs  d’Etat ,  ISSOUFOU  et  OUATARA entament  leurs  derniers mandats  Constituionnels,  rien  ne pourrait  les empêcher de  grâcier  ou  d’amnystier  les coupables   dans  un  esprit  de  réconciliation  nationale .  Iis  disposent   des outils  Constitutionnels  pour  le  faire  . Comme  l’avaient  fait  avant  eux  les Présients  DIORI  du  Niger  et  HOUPHOUET  en  amnistiant  et  en  grâciant  des  prisonniers  d’opnions  ou  non.  L’Histoire  le  retient  et  cela au  nom de  la  mémoire  collective  Iis  acheveront  luxueusement  leur  parcours  pour  se  consacrer à  d’autres  activités  au  niveau  de la  Région  et  du  Continent  Africain  Aux  côtés  des  autres  paires  anciens  Chefs   d’Etat  par  leur expertise  et  leurs  expériences .  Nous  avons  le  devoir  de  les engager dans  cette noble  voie  de  la construction  nationale, celle de la paix et  de la tranquillité   retrouvée . En effet,en observant   ce qui se passe autour de nous et dans   le monde, les dernières élections Présidentielles  des Etats Unis  d’Amérique et celles à venir en France sous peu, nous  avons  intérêt  à  nous  ressaisir, à  nous  souder, à  nous  unir  en  comptant  sur nous d’abord  avant  de  cherher  ailleurs  de l’aide ou  des  secours Nous  sommses  suffisament  assez grands  pour  entreprendre  ce que  nous  voulons  et  pouvons  pour  nous . Nous  avons  tout  il  reste  l’unité  et  ce  pardon  qui  doivent  nous  quider à  chaque instant  les  uns  en  vers  et  en  direction  des  autres  A  consolider .  HAMA  Amadou  doit  regagner  son  pays  pour  purger les 8  mois  qui lui  resent  à  passer  en  détention  J’espère qu’il en est conscient . Cela  au  nom de la  dignité  et  pour  ces immenses  responsabiltés dont  il est en charge  et  qui pèsent  sur  ses  épaules . D’abord  en  tant  que père  de famille  et ensuite  en tant  que  Président  d’une  grande formation  politique  et  de  son  poids  d’Homme  d‘Etat .  La  vie  n’est pas  finie  et le  Niger est avant  et après  tout  son  pays .Les  géoles  politiques  et  les  autres  prisons  guettent  chacun  d’entre  nous  ocateCommunauté  de   fous  Ce  qui n’est pas le cas  de  notre  peuple  où  les emprisonnements  et  les  cachots  ont  toujours  existé  comme  partout  ailleurs, mais  n’ont  concerné  que ceux qui ont  eu le  temps d‘y séjourner ,  parfois  jusqu’à  la  mort .  Le  Président a  sans doute  en  mémoire  cette  noble  intention  d’élargir  tout  ce monde  qui peuple  nos  prisons  ou camps  penaux  .  Attends –t- il ou  guette –t-il  le  moment opportun  et propice  pour agir  en posant cet  noble  acte ? Nul  ne  sait  ce qui court  dans la  tête  d‘un  Chef  d‘Etat  .  Mais  cet acte est  attendu  de nous  tous  avant qu’il ne  remette  son  fauteuil au prochain  locataire  du Palais  Présidentiel ?  En  écoutant  ou en  lisant un entenrtien  qu’il a  eu avec un média  français  tout  récemment  le Président ISSOUFOU disait  ceci  «   J’organiserai  des élections  transparentes en 2021  et  laisserai  la place à  celui qui sera élu  »  Ce  qui est une  intention  louable  et pleine de  bon sens .  Mais,  Mr  le  Président  , nous pensons  que vous aurez  déjà  mis  à   exécution  votre  noble  projet  qui  honorera  notre pays  et son  peuple  avant  2021 . Et  vous  également Mr  le  Président .

 Bonne  chance au  peuple  nigérien.

Aboulaye  HASSANE DIALLO

Dr  en  Sciences  Politiques,  Journaliste, Ecrivain

Imprimer E-mail

Idées et opinions