Forfaitt-ORANGE-4G

Idées et opinions

Niger Carte Niger 01Le Niger traverse des moments difficiles. On l’avait dit depuis des mois mais confortés dans leur position de pouvoir, les socialistes l’ont chaque jour nié. A l’époque, le soutien absolu de l’Ami Hollande leur permettait toutes les arrogances mais comme on le sait, lorsqu’il s’agit de misère, l’on n’a point besoin de baromètre pour le savoir : ça se vit et se lit sur les visages. Dans leur anxiété angoissante, les Nigériens sont depuis des mois gagnés par le pessimisme, et par la torpeur, torturés et envahis par l’appréhension des lendemains incertains. Une misère ne se cache pas. Tandja a beau aimer nier la réalité d’une famine dans le pays, les humanitaires, ont fini par envahir le pays pour porter assistance à des populations en détresse. Et depuis six ans, Issoufou a beau aimer nier l’exode des populations à la recherche d’un mieux-être hypothétique, ou nier la famine dans le pays parce que ces fameux 3N auraient provoqué une révolution verte jamais vécue ailleurs dans le monde et qui aurait mis les Nigériens à l’abri de la crise alimentaire, la triste réalité contracte avec le discours officiel avec toujours, comme pour le démentir, des migrants qui meurent dans le désert à l’assaut de territoires rêvés. Le Niger, sous la conduite « éclairée » des camarades est devenu presque invivable. Pour ainsi dire, le Niger ne s’est jamais aussi mal porté ou point où certains étaient arrivés à regretter l’époque Tandja et son Tazartché. Qui pouvait croire que les camarades puissent être des incapables ? Et surtout perpétuer le mal, la mal-gouvernance, à développer la corruption, à l’affiner et à la systématiser ? Qui pouvait croire qu’avec eux, les détournements allaient devenir une marque déposée de la Renaissance ; que le socialisme allait enrichir une clique, élite privilégiée au détriment du peuple laborieux ; que le socialisme allait creuser les écarts entre riches et pauvres, sans jamais être capable de partager, de soulager, dans un élan de solidarité ainsi que le prêche l’éthique d’une idéologie hélas altérée et falsifiée sous les tropiques.

Imprimer E-mail

Idées et opinions