Affaire du ministère de la défense nationale : Par Isssoufou BOUBACAR KADO MAGAGI

Affaire du ministère de la défense nationale : Par Isssoufou BOUBACAR KADO MAGAGIÀ notre humble avis, à partir du moment où le rapport définitif de l'enquête administrative diligentée par le Président de la République, chef de l'État, au ministère de la défense nationale est transmis au procureur de la République, il serait hautement souhaitable de laisser la justice suivre son cours normal.

Tout ce vacarme aurait dû être évité s'il n'y avait pas eu une erreur de communication et du traitement du dossier, aussi sensible sur la défense nationale.

En pareilles circonstances, on aurait dû faire appel à certaines personnalités expérimentées dans le traitement des dossiers très sensibles, discuter de la procédure réglementaire à suivre dans le traitement du dit rapport , ce qui aurait dû éviter que le débat se retrouve dans la rue et s'étendre à d'autres pays qui risqueraient de s'en servir pour nous nuire.

La réglementation a prévu, la procédure à suivre dans le traitement d'un rapport d' enquête administrative. Nous l'avons déjà rappelé dans le précédent post.

Maintenant que le vin est déjà tiré, il serait hautement souhaitable que les uns et les autres arrêtent de spéculer et permettre à la justice de dire le droit.

Les spéculations, les vacarmes , les accusations mutuelles des récupérations politiques de l'affaire dite du ministère de la défense nationale , ne servent pas les intérêts du Niger.

Étant donné que le gouvernement est en train de prendre des mesures conservatoires, nous devrions tous , quelque soit notre bord politique, nous investir pour sauvegarder les intérêts supérieurs du Niger à travers des agissements responsables.

Notre pays fait face actuellement aux défis, sécuritaires, sanitaires, alimentaires, économiques et financiers , par conséquent , les invectives ne devraient pas avoir de place dans nos débats.

Nous devrions tous, plutôt, réfléchir à la recherche des voies et moyens de sortie du gouffre dans lequel nous nous retrouvons.

Laissons les juges dire le droit, le Niger gagnera beaucoup plus.

À bon entendeur salut !

Isssoufou BOUBACAR KADO MAGAGI.

Imprimer E-mail

Idées et opinions