Orange Money 300%

"La politiqte tue-t-elle les talents au Niger ? : Par Niandou Ibrahim

Niandou Ibrahim 01A Dr Elisabeth Chérif pour sa combativité... J’ai lu ce post, sur une page Facebook (de Monsieur Kalilou Cissé), ce matin: « La politique a tué nos talents ». Voici une affirmation qui ne peut se contenter du « j’aime » classique car, en vérité, c’est une incitation du citoyen à honorer son devoir de réflexion et de proposition, dans le contexte politique actuel du Niger, me dis-je.
La politique est l’ensemble des technologies mobilisées pour faire fonctionner une communauté. Ces « techné » (du grec) incluent les idées, les ressources humaines, les ressources financières, les textes, les stratégies etc
Dans notre pays, les batailles dans « l’arène » de la politique post-conférence Nationale semblent n’avoir pas suffisamment saisi tout ce sens de la politique. « Les hommes politiques » ont supplanté les idéologies politiques, à dessein, car ils savaient, avant Barack Obama et son discours du 11 juillet 2009, que "L'Afrique n'a pas besoin d'hommes forts, mais de fortes institutions".
 La politique idéale et noble pour le citoyen que je suis, est celle par laquelle les partis ou groupes de personnes qui, par volonté des électeurs ou par la force des armes (c’est le cas chez nous parfois), qui prennent les pouvoirs nationaux fassent tout l’effort pour mobiliser le maximum possible de ressources pour des investissements convenus et planifiés en vue du bien-être des nigériens. Ainsi, la différence des régimes n’aurait pas été le niveau de mise à contribution des êtres et des choses (puisque chacun l’aurait faite, toute chose égale…) mais la façon de les valoriser, c’est-à-dire, les stratégies, elles-mêmes déterminées par les éventails idéologiques et programmatiques. Or, je n’ai jamais vraiment pu trouver une logique entre les tendances idéologiques dont se targuent les partis politiques et leur conduite chaque fois qu’ils ont eu les moyens de démonstration, le pouvoir de gestion. J’ai toujours vu les nigériens soutenir, voter pour des personnes ; confondre le parti au leader du parti. J’ai bien vu quelques « Programmes » brandis mais destinés plutôt aux bailleurs qu’à mes concitoyens. Mieux présentés à l’extérieur qu’à Téra et Bilma. Le vide créé par ce désert idéologique dans les partis politiques, est sans doute la cause des poids surdimensionnés que prennent les chefs de ces partis, leur régionalisme et même leur pseudo-alternance, par filiation parentale. Oui, l’illisibilité des visions des partis n’est-il pas, finalement, la cause du clientélisme, de la corruption, de la marginalisation, de l’écrasement des talents et des compétences au Niger ?

Les choses me paraissaient à peu près claires jusqu’en 1987. Dans les traditions nigériennes, le chef et les membres de sa cour sont des personnes respectables et respectueuses, une incarnation de l’advertance, de la justice et de la compassion. Ces vertus essentielles ont été, pour l’essentiel (malgré donc quelques errements) préservées, défendues, véhiculées le long de notre histoire par les pouvoirs de nos chefs traditionnels puis politico-administratifs. J’ai personnellement eu l’immense honneur de rencontrer et d’écouter en privé Djibo Bakary, en ma qualité alors de militant politique de Sawaba. J’ai compris ce qu’il portait, avec ses compagnons du Mouvement, comme convictions. Les échos du RDA que j’ai me convainquent de la clarté des choix que proposait le RDA. La Société De Développement du MNSD parti d’Etat m’était compréhensible (jusqu’à un certain moment), avec son tremplin original Coopérative-Samariya-AFN. Je ne juge pas de la pertinence, mais je jauge la qualité de la communication des Visions. Il y avait sans doute eu des erreurs et des dérapages en leurs temps mais ils tentaient de partager leurs « rêves » aux citoyens. Ils assumaient leur identité. Ils couraient derrière des engagements de cœur.
Au sortir de la conférence nationale souveraine, j’ai eu un grand espoir. Le grand nombre de partis politiques qui naquirent avec fortes explications doctrinaires, parfois frisant même du fanatisme, étaient autant de sources de formations politiques potentielles ; autant de possibilités de choix d’adhésion pour les nigériens, autant de richesses. Je suis convaincu que la force de la démocratie, c’est-à-dire de la participation de tous les talents, a un rapport de proportionnel avec la diversité de choix politiques disponibles. Un grand nombre de parti qui présente une diversité nette d’idéologie offre plus de liberté au citoyen de choisir vers qui il veut aller par l’espoir de mieux contribuer avec le talent qu’il porte. Socialiste, démocratique, progressiste, capitaliste, révolutionnaire…. Je voyais des nigériens excités, exaltés, par tant d’offres, en réponse à leur exorbitante demande de 1991.
Hélas! Notre démocratie s’est vite mise à l’apprentissage du Hara-Kiri, par les mêmes bras qui revendiquent sa construction : Les « forces vives », dans une grande proportion, à travers un progressif remplacement de la cause nationale par des intérêts personnels et claniques. Aux premières élections des années ’90, nous, les nigériens les plus nombreux, qui avaient entre 20 et 40 ans en 1991 (J’en avais 26) rêvions d’avantage d’un régime qui pouvait instaurer la justice sociale ; qui mette en valeur chaque citoyen, convaincu que cela boosterait la production nationale, l’emploi, les services sociaux de qualité… J’eus, j’avoue, jusqu’au secret l’utopie d’un prolongement de Sankarisme sous mon ciel.
Notre révolution semble avoir eu le coup cassé dans son œuf !! Notre démocratie est, depuis, une succession de bagarres pour garder le pouvoir et ses privilèges légaux et illégaux, décents et indécents. Notre histoire récente est une succession sinon une continuité de guéguerres pour rester au plus près des avantages et des préséances pour soi et pour les proches à tous les échelons des escaliers structurels et institutionnels de la République. Mon jardin est devenu une jungle. Qui aurait cru, au sortir de la conférence nationale, qu’un dirigeant politique nigérien osera encore, arrêter injustement, concocter des dossiers pour embastiller des adversaires, s’arroger des ressources publiques pour satisfaire des appétits familiaux irréguliers, pour faire taire une opinion discordante? Les étoiles de la conférence nationale, les enfants de l’ovation populaire sont devenus les principaux opposants de la liberté. Pour notre malheur, certains ne savent même pas qu’ils sont le problème. Que tous ceux (qui ont un morceau de pouvoir) qui me lisent se demandent en leur intime conviction, s’ils ne sont le problème ; s’ils (ayant eu le pouvoir) n’ont pas été le problème. Ces honnêtes gladiateurs de l’odyssée anti-démocratique ne démissionneront pas après mais j’espère qu’ils ont un ultime pan de conscience qui s’ébrouera, une seconde. A force de vouloir garder et fructifier des biens et des maîtrises exclusifs des décisions pour eux et pour leurs proches, ces désormais professionnels de la politique ont ignoré, écarté, humilié, piétiné, isolé, les millions d’autres talents qui auraient pu émerger, contribuer, participer, inspirer…et ça dure…
Nous sommes passés d’une époque où l’Etat dont les chefs insistaient à la mobilisation de chacun, à un état où on exclue délibérément celui qui n’est pas de « la mouvance présidentielle » ou « de la majorité » ou de « l’alliance au pouvoir »; on est si malin, qu’on a réussi à légitimer l’exclusion dans la démocratie. On excrète l’opposant, on le lui fait savoir et on le lui démontre par rétorsion successive: révocation ou débarquement (même les concepts utilisés sont choisis pour exacerber la douleur) ; « redressement fiscal » ou « casser le dos »…. A ces fins, on manipule les textes, on prend de nouveaux actes administratifs, on réaffecte ailleurs des projets, on sabote de l’utile, on construit du futile…. On gâte démesurément « les partisans politiques » même quand leur mérite s’arrête à cette sectaire et vulgaire fidélité de bande de potes. Nomination d’idiots somnolents sous le regard de compétents frustrés ; Impunité totale pour les « amis politiques » et autres alliés électoraux; On préfère sombrer et faire sombrer le pays que de sanctionner « le proche » ; On écrasera les textes et les institutions pour le bonheur d’un fils du clan. Chaque valse d’alliance, est suivie d’une lambada de nominations, par laquelle on jette bébé et eau du bain. Mes concitoyens de tous bords et même sans bords auront sans doute des exemples, chacun, de ces injustices et de ces inefficiences.
En observant et en écoutant les événements et échanges « politiques » au Niger, on remarque maintenant l’omniprésence de cette malsaine compétition où c’est à celui qui décrédibilise le plus l’autre ; le plus longtemps et les plus gravement possible ; à celui qui étale le mieux les défauts de l’autre ; à celui qui a le plus de génie pour dénicher d’innommables et de nauséabondes dossiers dans les poubelles de l’adversaire. Cette manie de nombre de « leaders politiques » (et des petites mains tapies dans leur tordu ombre) d’animer l’espace public ne choque plus. Au contraire, elle est banalisée, normalisée et adoptée par les militants et supporters de ces chefs de partis au point d’éclipser les sujets majeurs, objet originel de leur mission, que sont l’amélioration de la santé, l’éducation, l’environnement, l’économie, l’alimentation, la justice sociale, de la sécurité etc Mieux, elle est applaudie et promue, y compris à l’Assemblée Nationale où des attaques en dessous de ceinture sont acclamées.
Face à la persistance de cette logique, une grande partie de mes concitoyens se sont petit à petit résolu à s’aligner à la norme, à entrer dans la file des « prébendes » (comme on disait il y a dix ans), de « la mangeoire » (comme on dit maintenant), à se convaincre que le talent et la compétence paient moins que le lèche-bottisme, le béni-oui-ouisme. Quoi donc de plus normal, se disent-beaucoup, que d’adopter l’attitude qui permet de « réussir », dans cette ambiance ? Les comportements malsains mais efficaces (pour leur objectif) de chefs et sous-chefs qui s’accrochent au pouvoir, la tendance irrépressible du système face à la fragilité des contre-pouvoirs, la déception de constater que les plus jeunes qui pénètrent le système s’y conforment et se confortent, au lieu de tenter de le métamorphoser, ont vite convaincu bien des hardis que s’aligner est meilleur que de résister. Mon peuple semble être fatigué, semble vouloir se coucher, semble se résigner et laisser faire…Que de mauvais signes sous ces cieux de résistance et de combativité.
Que restent-ils donc d’autres à faire ? La nature va réagir sans aucun doute. La révolution est inévitable. Pour la gérer sans violence, ma conviction est qu’une éducation civique massive et intensive de mes concitoyens doit s’entreprendre immédiatement. Dans les partis politiques comme dans la société civile et ailleurs, il y a des voix progressistes, certes parfois inaudibles ou ignorées, d’autres fois réprimées, qui méritent de se rencontrer afin d’arrêter cette descente aux enfers de la gouvernance politique dans notre Niger. #Iyo

Niandou Ibrahim est titulaire d’une maîtrise en communication. Il est consultant international et Directeur du Cabinet GREEF (Groupe de recherches, d’études et de formations), auteur (le surdoué Editions Afrique Lecture, 2010, la colère des agneaux Editions Alfa 2018), poète, homme de culture, blogueur (compte twitter non politique le plus suivi au Niger (https://twitter.com/IbrahimNiandou ).

09 novembre 2018
Source :https://twitter.com/IbrahimNiandou

 

Imprimer E-mail

Idées et opinions