Orange Money 300%

Evacuations sanitaires : Que faut-il retenir après les révélations de la presse et des médias sociaux du mois d’août 2018 sur les cas de la famille du feu Kounou ?

Evacuation Niger FranceImage d'illustrationLes récents échanges par médias et réseaux sociaux interposés entre membres de la famille du regretté Ambassadeur Hassane KOUNOU (paix à son âme), la Société EVADEO PRO et le Ministre Porte parole du Gouvernement sont révélateurs d’un malaise profond résultant d’une mauvaise gestion des fonds destinés à soigner les malades du Niger à l’étranger notamment en France. Quels réseaux mafieux se cachent derrière le spectacle scandaleux révélé au grand jour?

Les évacuations pour soins de santé sont autorisées par la loi. Elles se font toujours lorsque le plateau technique disponible au Niger ne permet pas la prise en charge médicale de certains patients.

Aujourd’hui la procédure d’évacuation qui initialement relevait quasiment de la responsabilité du Conseil de Santé regroupant plusieurs médecins spécialisés se trouve quelque peu modifiée. Après la mise en place d’une Cellule de suivi logée au Ministère de la santé publique, l’avis des responsables de l’Hôpital de Référence de Niamey est devenu une composante importante dans le processus d’évacuation. Les attachés médicaux nommés dans les Ambassades du Niger dans les pays les mieux équipés viennent compléter le dispositif.

La construction de l’Hôpital de Référence de Niamey s’inscrit dans le cadre du renforcement du dispositif de soins médicaux au Niger. Toutefois, à ce stade de son équipement et de son fonctionnement l’Hôpital de Référence n’a pas encore atteint la capacité lui permettant de remplir convenablement sa fonction première à savoir prodiguer des soins pointus dans tous les domaines. Ceci dit, il permet de réduire considérablement les cas d’évacuation vers l’extérieur notamment en France, au Maroc ou en Tunisie. Au même moment, on constate que la prise en charge de certains malades se fait maintenant en direction d’autres pays émergeants comme la Turquie ou l’Inde.

Tout compte fait, la décision finale revient au Ministre de la Santé qui est l’ordonnateur des crédits affectés aux évacuations pour les soins de santé.

Dans le cas d’espèce de feu Hassane Kounou (paix à son âme) déjà évacué d’urgence en France, après un premier séjour hospitalier, la prise en charge était assurée par l’intermédiaire de la Société EVADEO PRO qui a encaissé les deux premiers virements destinés aux soins de l’Ambassadeur. Malheureusement, la Société n’avait pas versé l’intégralité des montants prévus pour les prestations de l’hôpital Georges Pompidou. Alors, ledit hôpital a réclamé le reliquat des frais d’hospitalisation et dans le cas contraire il ne saurait être en mesure de prendre correctement en charge les soins du patient.

Arrivé à l’échéance des deux premiers devis, il fallait initier et engager un troisième devis, l’Ambassadeur étant toujours hospitalisé. Cette fois ci, vu les précédents malheureux avec la gestion opaque de la Société EVADEO PRO dans ce dossier, et pour s’assurer que l’hôpital allait être payé, le troisième devis a été sollicité par l’intermédiaire d’une autre société autre qu’EVADEO PRO.

Ce devis fut validé par le Conseil de santé et mis dans le circuit. Malheureusement, c’est une fois dans le bureau du Ministre de la Santé, que le dossier s’égare.

Malgré les instructions personnelles du Président de la République et d’autres hautes personnalités, rien à faire le dossier est resté introuvable. Mais, officiellement, on faisait croire à ces autorités que le dossier a été traité et qu’il suivait son cours normal.

Pendant ce temps la tension montait de partout. Les médias et les réseaux sociaux se saisissent de l’Affaire. Agacé par la tournure que prennent les évènements, le Ministre de la santé sollicite la famille Kounou soit disant qu’il avait besoin à nouveau des éléments du dossier pour faire diligence et signer la prise en charge.

Une fois les éléments entre ses mains, il aurait refilé la patate chaude au Ministre porte parole du Gouvernement qui à son tour a agi dans la précipitation à travers les réseaux sociaux.

Pourquoi, le dossier avait-il disparu ? C’est parce que tout simplement le troisième devis n’émanait pas d’EVADEO PRO. La preuve, les deux premiers devis avaient été traités sans problème. Tout comme les devis de la Société MEDICAL CARE qui font l’objet d’une attention particulière au Ministère de la Santé. En réalité, ces deux Sociétés bénéficient d’un traitement spécial parce qu’elles ont des ramifications et des tentacules dans les rouages de prise de décision sur toute la ligne de Niamey à Paris, bien que leurs prestations laissent à désirer. La preuve en est que malgré son démenti formel, la veille, la Société AVADEO PRO fera un virement de 11 500 euros, le 30 aout 2018 à l’hôpital Georges Pompidou avec pour motif du virement : provision paiement des frais d’hospitalisation de Mr Kounou Hassane.

S’agissant du cas de la Veuve Kounou qui au cours de son séjour en tant qu’accompagnatrice, avait été également diagnostiquée malade. Le diagnostic indique clairement qu’elle souffrait d’une maladie qu’il fallait soigner d’urgence. Son dossier avait également été introduit par la Société AVADEO PRO. Juste avant le transfert des fonds dans le compte de ladite Société, d’un commun accord avec l’Ambassade, une demande a été formulée pour que les fonds soient transférés dans les comptes de l’Ambassade du Niger en France pour être gérés par le Comptable de l’Ambassade afin de ne pas subir le sort réservé à son Défunt mari. Quoi de plus normal. Mais, une fois encore, se passer des services de la Société AVADEO PRO était devenu au ministère de la Santé un crime de lèse-majesté, même face à l’Etat du Niger. Alors, vu du lobby de la Société AVADEO PRO et de son réseau, il faut encore bloquer le dossier. Réserver à la femme le même châtiment que son mari.

En conclusion, le problème provient du Ministre de la Santé Publique qui joue le jeu de certaines Sociétés via des réseaux mafieux dont nombre de responsables vivent de cette manne financière de Niamey à Paris à la fois au détriment des intérêts des patients et de ceux de l’Etat du Niger.

Seule une inspection objective pourrait révéler entièrement le pot aux roses. Affaire à suivre...

Koda Kio
11 octobre 2018
Source : http://nigerdiaspora.net/

Imprimer E-mail

Idées et opinions