La réponse de Moussa Tchangari au Maire de Tchirozérine : Leçons d'Agadez

La réponse de Moussa Tchangari au Maire de Tchirozérine : Leçons d'Agadez : Depuis hier, chacun a eu le temps de se poser des questions sur l'évènement inédit que constitue notre séquestration à l'aéroport d'Agadez, puis dans un hôtel de la ville ou n'avons que le droit de manger, boire, regarder la télévision, parler entre nous, prier et dormir. C'est presque comme du temps de notre séjour dans les prisons du régime en place, sauf que nous avons ici un confort que nous n'avions pas en prison ; mais, ce confort, nous le devons au fait que ce n'est pas un juge qui a décidé de notre sort, et au "sens de justice " de nos "ravisseurs" qui ont compris qu'il fallait compenser l'interdiction de visite par quelque chose qui laisserait croire que nous ne sommes pas en détention.

Ce confort, nous le devons surtout à l'honorable Sultan de l'Aïr qui, selon le directeur régional de la police, a demandé à ce que nous soyons hébergés dans un endroit digne. Nous disons grand merci au sultan, gardien des valeurs qui ont fait la grandeur de la capitale de l'Aïr, ville ouverte qui n'a jamais dit "Non"à ses hôtes et que certains veulent transformer en ville fermée, cimetière de la libre circulation. Nous disons aussi grand merci aux sages de la ville, grands marabouts, qui ont été les seuls à avoir obtenu l'autorisation de nous rendre visite et de nous réconforter avec des paroles fortes et même une fathia. C'est dire donc que Agadez n'a pas failli, ceux qui la représentent le mieux nous ont fait montre de considération.

Cet après-midi, la justice rendra son verdict sur les recours introduits contre les décisions arbitraires prises à notre encontre. Sans doute, le droit sera dit, puisque le caractère arbitraire de ces décisions est évident. Notre seul souhait est que les frères d'Agadez comprennent que la focalisation contre la personne de Nouhou Arzika n'est qu'un prétexte commode pour porter préjudice à notre lutte. Beaucoup le savent déjà. Nous espérons que ceux qui font campagne contre Nouhou et qui se posent en défenseurs de la région et de ses communautés, seront en première ligne le 9 septembre pour la journée d'action citoyenne. Nous espérons que ce jour là, le Maire ne fera pas entrave à l'exercice de la liberté de manifestation, puisque Nouhou Arzika ne sera pas là.

30 aouût 2018
Source : https://www.facebook.com/moussa.tchangari

Imprimer E-mail

Idées et opinions