SIM Aminchi 0range

Lettre au Premier Ministre du Niger : Par M. Mahamoudane AGHALI

Mahamoudane AGHALI Brigi RAFINIJe me permets de vous interpeller car non seulement vous êtes PM du Niger mais tous les deux nous sommes proches étant ressortissants de la même région et avons fait les mêmes bancs au CEG d’Agadez…certes nos chemins se sont séparés, vous, de hautes études politiques à l’ENA, et moi, le secteur minier à Arlit et le tourisme dans le Désert.

On entend souvent les ministres –surtout deux ministres devenus impopulaires au Niger à cause de leur extrême arrogance..- intervenir, décider, menacer, mais jamais vous, malgré votre haute fonction de Chef de l’Exécutif.

Pourquoi ? D’aucuns pensent que vous êtes seulement Administrateur et que vous regardez les vrais Taraayistes à la barre sur leur bateau, loin du prétexte « socialiste » par lequel ils sont arrivés au pouvoir pour assouvir leur faim de pouvoir et d’aisance. Vous seriez maintenu à cette place par pur dosage régionaliste.

Vous connaissant pour ma part, je sais que votre intégrité est intacte ainsi que l’amour du Niger et de sa stabilité. Vous ne vous salirez pas.

Les Nigériens en général ne vous reprochent rien, vous respectent et reconnaissent votre sagesse.

Cependant, ils ne comprennent pas votre effacement dans la vie politique en tant que Premier ministre. Pas d’interventions ni de sorties médiatiques sur des sujets brulants, émaillant la gestion du pouvoir que vous avez l’honneur de coiffer et intervenir pour la prise des décisions justes comme il se doit dans un Etat de droit.

Vous regardez sans rien dire la descente aux enfers du pays, conduite par Bazoum (qui, comme le journaliste Alpha présumé Malien, lui est assurément Libyen) et Massaoudou, qui par leur arrogance et leur peu de considération pour les Nigériens, ont, progressivement instauré l’arbitraire à la place de la Justice et la dictature à la place de la démocratie.

Ils ont transformé la police Nationale en une milice qui gaze ses frères, les bastonnent, arrachent les caméras des journalistes et envoie les leaders de la société civile en prison sans jugement et pour avoir voulu manifester comme le prescrit la Constitution.

Sommes- nous en régime d’exception ou en état d’urgence ?

La raison invoquée –à savoir l’insécurité- ne date pas d’aujourd’hui pourtant tout marchait. A vrai dire la manifestation est empêchée parce que votre gouvernement ne veut pas de voix discordantes et ne dialogue pas. « Les chefs ont décidé, on ne discute pas ! ».

Ces deux ministres, après tous leurs détournements (que l’on se souvienne de la fille de Bazoum et des milliards d’Areva de Massaoudou..), de leurs vociférations qui attirent l’insécurité sur les frontières du Niger, de leurs lois antisociales imposées manu militari, de leur gestion du cadre réglementaire des manifestations et de leur manque de dialogue, on se croirait dans un pays sans constitution et où la démocratie est enterrée.

PM, le peuple du Niger est contre cette loi du budget 2018. Elle est à réviser. Que les »sages » l’expliquent aux égarés. Ne laissez pas ces deux ministres mettre le feu au Pays.

C’est le peuple qui a élu le Président de La République et celui-ci a juré sur le St Coran de respecter et de faire respecter la Constitution. Cette promesse devant Dieu et le monde semble bien lointaine..

Plus que moi, vous voyez le danger car vous vivez et voyez ce qui se passe. Tout cela peut être très nocif pour ce cher pays qui a tant souffert de ces non respects constitutionnels au cours des dernières décennies.

Il est plus qu’urgent que des personnes sages dans la haute sphère des rouages de l’Etat se remettent en question et tirent la sonnette d’alarme.

Toute la sphère dirigeante est comptable, directement ou indirectement, du non respect de la Constitution que le Niger s’est librement donné et du désordre qui en résulterait inévitablement, si aucune correction n’est envisagée.

M. Mahamoudane AGHALI

Imprimer E-mail

Idées et opinions