Les Résidences Goggodou : Le coin chic pour se loger à Niamey

Orange Lutte Traditionnelle  Niger

Lettre ouverte au Président de la République : par M. Mahoumoudane AGHALI

Lettre ouverte au Président de la République : par M. Mahoumoudane AGHALI Le peuple Nigerien a placé en vous ses espoirs au lendemain du renversement du Tazartché de Tanja.
Il a cru en vous. Il voyait en vous un démocrate sincère, un juge intègre et l’homme qui, enfin, allait rehausser le niveau de vie du Nigérien.
De votre point de vue personnel, avez-vous répondu à l’attente de vos frères après vous avoir installé confortablement sur l’honorable fauteuil de la magistrature supreme ? N’ont-ils pas des raisons de regretter d’avoir fait ce choix historique, depuis quelques temps ? ‘’Mourna bata koma tchiki ba ?’’
Monsieur Le Président, vous rendez-vous compte personnellement de la situation dans le pays que vous avez l’honneur de présider ou ce sont vos conseillers qui vous la rapporte…fausse et embellie ?
Qui sera jugé par l’histoire, en temps que responsable du pays, Vous Excellence ou les conseillers qui ne veulent que vous contenter?
Vous êtes le Père de la Nation pendant cette période et les Nigériens doivent etre égaux devant vous mouvance ou opposition, car la loi en dernier ressort c’est Vous.
Le Pouvoir appartient à quelqu’un pendant une période, mieux vaut laisser une bonne image à ses compatriotes pour l’avenir à l’instar de Kountché que les Nigeriens évoquent avec nostalgie.
Le Niger est devenu sous votre règne peu démocratique. Est-ce avec votre accord ou uniquement par agissement de la nébuleuse politique dont vous vous êtes entourée ?
Les affaires politico-financières éclaboussent le Sommet, les détournements sont érigés en mode de gouvernance et aucune sanction n’est envisagée.
Les institutions sont toutes de la mouvance au pouvoir, il n’existe aucune opposition forte : les partis ont été infiltrés par le pouvoir et divisés pour être inoffensifs. Dans quel but affaiblit-on les partis ? La démocratie suppose l’égalité des chances et opposition pesante. Sans opposition et état de droit, la démocratie n’a aucun sens sauf celui de tromper les bailleurs et la communauté internationale –qui comprend le jeu mais ferme les yeux à cause de ses intérêts.
Monsieur Le Président, Ingénieur des mines à la Somair, vous avez créé un parti quand Ali Chaibou a été contraint, par le discours de La Baule et la rebellion partie de Tchintabaraden, à ouvrir l’ère démocratique.


Vous avez eu une longue traversée du désert avant d’arriver là ou vous êtes aujourd’hui. Vous vous êtes tellement sacrifié à la politique et pour le pays –osons nous penser, que le respect de la démocratie pour vous doit être une obligation morale.
Il est pour vous aussi, une obligation morale, de regarder autour de vous et de vous rendre compte de la situation actuelle du Niger.
Mettez de coté le folklore des réalisations (échangeurs,centrales électriques, voie ferrée, ponts..etc ) des déplacements officiels qui coutent chers au trésor nigérien, des bienfaits de 3N, de la lutte anti terrorisme et anti immigration.
Regardez les souffrances des citadins et des ruraux, des écoliers et leurs maitres, des hopitaux.
Regardez l’état de nos routes nationales Monsieur le Président : une route que vous connaissiez bien Tahoua_Arlit est dégradée depuis le début de l’ère démocratique et se dégrade chaque jour plus. Elle est devenue un calvaire pour les usagers et les camions qui transportent l’uranate vers le port. Aucun gouvernement n’a pensé, qu’avant d’appartenir au nord du pays, cette route est le poumon de l’économie minière du Niger et qu’elle mérite plus d’égards. Idem pour Diffa en quittant Zinder..
Gracier les personnes qui souffrent en prison pour rien (détenus politiques, journalistes, militaires accusés de coup d’Etat non prouvé..etc) et font souffrir leurs familles brisées à jamais.
Rétablir les activités politiques sans entraves avec égalité de chance et laisser revenir les exilés de force. Ils ont leur place au Niger. Je fais, bien sur, allusion à Hama. Souvenez vous Monsieur Le Président : Sans lui vous n’auriez pas été élu..ça mérite bien une grace présidentielle.
Respecter la Constitution fidèle à votre serment devant Dieu, devant le Peuple Nigérien et le monde
Appliquer la justice en ce qui concerne les détournements, les enrichissements illicites et les passe droits. Réduire la taille de l’exécutif et rendre l’administration transparente et apolitique
Les Nigériens aujourd’hui sont plus attachés à une justice juste qu’à leur avenir économique. C’est un peuple qui arrivera toujours à survivre s’il est libre et respecté
Réagissez positivement Monsieur Le Président..vous pouvez encore inverser la tendance.
Au Niger l’expérience prouve qu’on n’a jamais l’Armée et la Police à ses ordres contre son peuple tout le temps et l’armement amassé à la Présidence présente plus de danger que de sécurité…
Bonne Année 2018 Qu’elle soit porteuse d’espoir et de correction.

 M. Mahoumoudane AGHALI

 

Imprimer E-mail

Idées et opinions