Et le temps qui passe : par Dr Abdoulaye HASSANE DIALLO

Dr Abdoulaye HASSANE DIALLO

Une  année qui passe et  que nous avons déjà effacée  sauf en gardant  de nos mémoires  quelques souvenirs  qui naviguent encore  Des passages qui  se sont logés dans  nos cœurs .Nous sommes  là  dans  une nouvelle, une autre  qui  doit nous conduire  normalement  à une autre dans 365 joursUne compilation de tant de secondes, de minutes, d’heures et de jours  La planète  tourne et l’humanité évolue à travers  une métamorphose :  naissances et décès  pleurs et rires , échecs et réussites , paix et guerres  ect… Des bouleversements qui nous conduisent  vers  des  changements climatiques  qui inquiètent  et qui nous  font peur  Mais  restons là pour dire sans nous résigner que  le destin ou le sort y guettent en permanence notre existence ,  Ainsi  va le monde . J ai commencé à rédiger ce texte l’année dernière en 2017 le 31 Décembre à  23 h  et   voilà  que je  le termine en 2018 , un an après . Ainsi va le monde. C’est donc ma première contribution  disons réflexion  depuis que 2017 a été enterrée. Quel chemin  allons nous dire ?Oui quel chemin avons-nous parcouru depuis hier soir ?   En effet le monde est un champ de successions disons un chassé croisé  de bien de choses qui plaisent et qui fâchent. La roue tourne  dans tous les sens  et comme une boule de Loto . Mais, le temps c’est aussi  un bilan  plus qu’un jeu  de  hasard  , loin des combinaisons  et  des calculs  parfois ridicules C’est la réalité du  vécu sur une  trajectoire  individuelle  ou  collective  Certains diront  une boussole et d’autres  l’addition  des actes et actions humaines Bref , quoi qu’on dise  c’est notre séjour ici bas ,  calculé  en  tranches.

QUE RETENIR DE L’ANNEE 2017 ?
Les évènements que nous avons vécus en  2017 sont si nombreux, presque incalculables . Nous devons les sérier pour ne retenir que ceux qui nous aident à aller ensemble vers de beaux rivages  Ceux qui nous invitent à  créer une  synergie globale pour atteindre notre développement entamé depuis plus d’un demi siècle . Nos vœux formulés en cette année nouvelle portent tous sur le retour à la paix, à l’accalmie , à la tranquillité, , à  la  prospérité, à la santé, a la longévité à la réussite enfin au bonheur tout simplement  . Mais , comment pourrons nous atteindre ce bonheur qui nous file entre les doigts si  , nous ne  nous acceptons  pas, nous ne nous écoutons pas, nous ne nous  tolérons pas ou ne tentons pas de nous asseoir  autour d’une table , à défaut d’un arbre à palabres . Pour nous regarder les yeux dans les yeux  et avoir le courage de nous interpeller, les uns les autres.  Notre avenir en dépend   si nous pensons à cette brave  jeunesse qui se retourne les pouces et paye inutilement de sa  vie si elle n’est pas  abandonnée sur les trottoirs  des villes où elle bat  le pavé dans  de nombreuses revendications légitimes, terminant son  parcours parfois dans des  cellules des postes de police. Nous avons la responsabilité de nous  tourner aussi  vers cette femme rurale qui peine et croule sous le poids  des canaris d’eau, puisée à des dizaines de kilomètres pour effectuer  sa cuisine ,la lessive, consommer et boire .Une eau boueuse , sale des mares ,nids  de toutes les maladies  Souvent incurables là où les soins sont parfois sélectifs et où se soigner devient un casse tête chinois  parce que les ressources financières sont  presque inexistantes  . L’école qui doit relayer l’éducation familiale n’existe que loin, très loin  des  populations concernées Résultat ce sont les populations et leurs enfants qui trinquent alors qu’elles s’acquittent de leurs impôts et diverses taxes imposées . Finalement où allons nous ?    Nous pensons  que s’il  est vrai que nos Etats ont hérité d’une situation  difficile où tout était à faire , il n’en demeure pas non plus que nous devrions mieux faire Surtout si nous retenons que nous avons connu des ruptures  qui ont détruit tout ce que nous avons accompli comme  efforts  Résultat  l’éternel recommence qui perdure  encore même si ici où  là ,nous avons réussi dans quelques domaines .  Souvent refusant de nous remettre en cause  en faisant endosser ces échecs à d’autres .Nous avons en Afrique hérité d’un continent pourtant vierge , riche en tout  aussi bien en ressources naturelles qu’humaines .Mais , le mal pourrait aussi venir de notre refus de nous unir pour protéger et partager nos richesses  communes en  donnant une priorité à  la protection de nos frontières  Tout en construisant notre continent Comme l’Europe qui s’est constituée dans un espace commun viable . Et  pourtant  depuis le 25 Mai  1963 en Ethiopie  à  Addis  Abéba  est née la plus grande Organisation  Panafricaine  l’ OUA  et qui  rassemblait 32  Etats Aujourd’hui au nombre de 54  . Et dont la feuille de route était très claire : construire nos Etats et notre continent en protégeant nos frontières et assurer la Sécurité de nos peuples et de leurs biens. Nous sommes  hélas bien loin  de tous ces bons vœux que contiennent la Charte de cette Unité ou Union Africaine étoffée  par  des nombreuses résolutions. La monnaie  , objet de  toute souveraineté  nationale n’a toujours pas vu le jour et tous les dirigeants africains qui en eu l’ idée sont sous la terre tués par des bombes et des armes criminelles, chez eux dans leur lit Les  peuples  eux sous des  déluges de bombes sans l’avoir mérité  Les autres ceux qui ont la chance ont été extirpés de leur lit aussi et envoyés sans ménagement dans des  geôles, hors du continent dans cette fameuse Cour Pénale Internationale CPI  lls sont  accusés de crime contre l’Humanité  Cette drôle de formule insensée et qui ne s’adresse qu’aux noirs d’Afrique . Sans procès ils égrainent des jours et  en se demandant que sont ils venus chercher dans cette galère ? Mais, curieusement les vrais criminels  continuent de défier l Humanité en nous narguant  depuis leur tour d’Ivoire  ou de Babelle .  D’où ils gèrent  ce monde à leur guise et ont même  le toupet  de  nous envoyer  des tonnes des  poubelles  dans des bateaux  déversées  sur nos terres en  polluant  notre espace vital. Nous sommes ainsi asphyxiés  et  condamnés à  souffrir et  à consommer notre misère  pour mourir à    petit feu   anesthésiés dans le silence. Pendant ce temps le dernier prisonnier du  Tribunal  Pénal International    TPI  s’est  suicidé en plein tribunal lors de son procès   Du coup on a pensé que ce Tribunal a atteint ses objectifs et qu’il doit être fermé Alors qu’attend- on pour fermer sa sœur jumelle  la CPI  qui n’est qu’un gouffre  à finances ?   Voilà, entre autres les  réalités auxquelles  nous avons été confrontés . Cependant au milieu de tous  ces problèmes nous avons ,  heureusement  des actes positifs qui ont été posés .

ET POURTANT  L ESPOIR EST PERMIS     
En effet, malgré et en dépit de tout , le tableau n’est pas totalement sombre, heureusement

Nous pouvons citer quelques  domaines qui nous redonnent l’espoir 
AU NIGER  Je commencerai par  le domaine  littéraire  où nous avons enregistré de grandes signatures  d’auteurs nigériens  qui ont  traité des thèmes relatifs  à notre pays Ces livres sont à recommander  à tous les nigériens  ,  africains  et au-delà  . Un jeune écrivain  qui avait dès son jeune  âge  été hospitalisé  au Maroc  grâce au  soutien  de l’Etat  Nigérien , a recouvré entièrement sa santé  II   a écrit  un livre «  les Estampilles  »  pour raconter ce qu’il a vécu et  encourager tous ceux  auraient contacté comme lui la même  maladie  . Edité à   Paris    Je tiens personnellement à rendre hommage et à encourager ce jeune qui a  donné l’exemple d’un citoyen  qui  est venu ajouter son nom à la grande liste de grands écrivains de notre pays . Félicitations et bonne chance à  Mr MOUBARAK  Abdou  Ibrahim qui poursuit ses études  à l’Université de Tahoua  au Niger  . Et comme disait le Professeur de Napoléon BONAPARTE  parlant de ce dernier   «  Ira loin si les circonstances le favorisent . Et  souhaitant cela à notre  Poulain nigérien .

 Le   deuxième livre  est  celui d’une plume nigérienne,  un auteur bien connu et qui vient de nous doter d’un deuxième livre :L’itinéraire d’un combat  qui retrace les moments de sa longue lutte syndicale au niveau de la Société Civile Nigérienne depuis la Conférence Nationale Souveraine tenue au Niger en 1991. Acteur de cette rencontre  de la famille nigérienne  , il se rangera du côté de ceux qui  voulaient bâtir un Niger reposant sur des Institutions démocratiques  . II  réussira  son pari puisqu’il continuera à mener un courageux combat sur tous les fronts Ce qui aussi permis à notre pays d’entrer dans une hère de multipartisme et le  pluralisme syndical II  est le Président d’un organe des droits de l’Homme  et est l’un des citoyens décorés de la plus haut distinction nationale.  II s’agit de Mustapha KADI  OUMANI , actuel Directeur de Cabinet du Médiateur de la République du Niger  II vient d’écrire un livre  comme je l’annonçais plus haut à  Harmattan à Paris, il  y un mois Une œuvre qu’il est conseillé de lire   Afin de mieux et bien connaître l’homme  son combat et le Niger, de l’Indépendance , à nos jours .  

Le  troisième auteur  que je connais pas est un intellectuel qui s’inscrit dans la lignée des citoyens qui honorent la littérature et son pays Mr Abdrahamane Oumarou LY   vient de faire éditer à l Harmattan, un bon livre dans la série Politique Editions Politiques Africaines  dont le contenu porte sur nos Etats africains avec en filigrane la Démocratie et les Droits de l’Homme . Le titre  est  le suivant : Partis Politiques, Démocratie et  Etat de droit en Afrique, l’exemple du Niger Voilà sans démagogie et avec  lucidité ce que nous livre l’auteur et nous donne un aperçu du vécu et la conception  que nous nous en  faisons en Afrique  A disposer sur les étagères de nos bibliothèques Courage et félicitations quand on sait qu’écrire est une gymnastique  très  difficile    Un livre est une grande richesse dans une Société qui se développe et qui veut  disposer d’une lumière pour  comprendre davantage la vie.

Toujours nous retiendrons ce geste noble, patriotique , républicain  et d’une très  grande prouesse que viennent de réaliser dans le domaine politique , trois grands hommes le 28 Décembre , il y a moins d’une semaine au  Niger à Dosso . En effet c’est cette belle Cité des Djermakoye  que   les leaders de trois formations politiques  Mrs  Ibrahima YACOUBA,  Président du  MPN  KISHIN KASSA ,  Akoli DAOUEL   Président  du PUND SALAMA , Adamou GARBA Président du  RSV – NI’ IMA  avaient choisie pour fusionner ces partis. Trois partis politiques qui vont dans le sens des aspirations du peuple nigérien C’est sans doute un acte de  courage et qui invite à l’unité , au raffermissement et à consolidation des acquis démocratiques et à  un élan de . Retenons que  ce geste est aux antipodes du nomadisme et du débauchage politiques  jusque là utilisés comme mode de fusion C’est sans doute une invite à une plus large union dans un pays ou dans un continent qui a connu tant de divisions. Bonne route

Toujours au Niger il y a lieu de saluer l’initiative de la Diaspora Nigérienne de France  qui de réaliser  une action   le 16 Décembre à Paris en mettant en place la dernière structure qui devrai vient  enfin aboutir à la création d’un Haut Conseil des Nigériens de l’Extérieur au niveau National  Ceci est également à mettre   à l actif de la Diaspora et des responsables de leur mission diplomatique à Paris.

Notre pays a été malheureusement endeuillé par la disparition  de plusieurs de ses dignes fils et grands serviteurs de l’Etat  dont l’illustre Moussa   MOUMOUNI DJERAKOYE Colonel  et Président du CESOC il y a quelques  mois  à Paris  ainsi que plusieurs  de nos confrères journalistes à savoir Amada BACHAR,  Hima Adamou  DAMADA, Abdoua KANTA, Joseph ALLAKEYE,  Mahomed FIMA auxquels  je rends un hommage mérité pour avoir servi dignement leur pays Mes condoléances à  toutes  leurs  respectives  familles  Que la terre leur soit légère  et que la Nation  leur soit reconnaissante Nos pensées vont également  à  nos  braves FDS et plusieurs  civils morts dans la défense  de notre pays  Que leur  sacrifice  trouve  un écho toujours  au près de l Etat   Condoléance  à toutes ces familles  pour avoir personnellement perdu deux  jeunes beaux frères d’intervalle .

ENFIN SUR LE CONTINENT AFRICAIN   
Sur le continent  Africain beaucoup de pays ont effectivement connu de changements notoires.  

Certains  méritent d’être cités et  ils peuvent donner de leçons  au niveau de la gestion du  pouvoir  ici ou là . En   dehors des élections qui se sont tenues au Libéria à qui nous souhaitons bonne route pour une alternance crédible et démocratique, noue pensons aussi au Zimbabwé où   les nouvelles Autorités ont su éviter une guerre civile au pays  pour avoir manœuvré et négocié avec   tact , le départ du vieux dinosaure Robert MUGABE ; Mais  par contre, nous déplorons l’intransigeance  des dirigeants du Togo et de la RDC à vouloir se maintenir coûte que coûte en refusant le dialogue Ce qui n ‘augure pas des lendemains meilleurs   ni  enchanteurs  .  L’ espoir se dessine du  côté du Mali où le Président IBK a fait appel à son  frère  l’ancien  Président ATT,  débarqué par un  coup d’Etat Militaire L’autre  évènement positif est la décision du Président du Faso qui tient à amnistier les auteurs des troubles en dehors de ceux qui ont le sang sur les mains Enfin le Burundi où le Président va amnistier des détenus ou des citoyens , au cas par cas .  Voilà des causes nobles et qui pourrons mettre  fin à des tentions et violences inutiles quand  on sait qu’un pays a forcément  besoin des bras de tous ces fils  pour construire ensemble  Je noterai ici le courage politique  du Président du Faso  qui compte mettre en place une sorte de structure  de Réconciliation Nationale  pour créer une  tribune de pardon et de confiance entre les citoyens  Même si toutes ces idées ne sont que des paroles reste que si chacun et chaque partie y mettent de la bonne volonté, les choses vont sans doute s’améliorer Parce que nous sommes  sérieusement menacés de toutes part Sur le plan sécuritaire  et sur le plan économique disons  financier par la corruption devenue une gangrène qu’il faut combattre sur le même pied d’égalité comme la pauvreté et la dégradation de notre environnement Or, tout est prioritaire et si nous ne nous tendons pas la main ,nous payerons sans aucun doute  ces erreurs . Gageons  seulement  que le bon sens l’emporte sur nos  comportements souvent en décalage  avec la réalité  Je vais terminer mon papier en souhaitant bonne année et  en rendant un hommage  à l’Administrateur du site Nigerdiaspora M. Boubacar Guédé  et sa dynamique équipe pour services rendus à nous tous  Pendant que j’ai encore le bic je tiens à   dire  bonne année et  toute notre gratitude à notre frère Son Excellence  l’Ambassadeur  et Représentant Permanent du Niger à l’UNESCO et Ancien Ministre de la Culture du  Niger  Mr Inoussa OUSSEINI . Pour ces  contributions  écrites qui nous  enseignent l’histoire de notre pays , le Niger   Bonne année 2018  à  tous  .

Dr Abdoulaye HASSANE DIALLO  
Politologue, Fondateur et Directeur de Publication du Journal Nigérien La Liberté, Ecrivain

Imprimer E-mail

Idées et opinions