Forfaits Internet Aitel Niger

Forfait Albarka

Lettre Ouverte au Président de la République du Niger sur la mise en place des missions de protection au Niger : Nous disons non à ce projet de la France !

Lettre Ouverte au Président de la République du Niger, sur la mise en place des missions de protection au NigerMonsieur le Président,
Lors de votre rencontre du 28 août 2017 avec le Président Macron, le projet portant sur la création de « hotspots » d’enregistrement sur leur territoire, vous a été présenté, requalifié en « missions de protection ».
Pour rappel, ce projet a d’abord été envisagé en Libye mais suite aux protestations des ONG, et des craintes sur la sécurité, Paris s’est rabattu sur le Niger et le Tchad.
Même si le projet revu parle d’identifier sous supervision du UNHCR [Haut-Commissariat aux réfugiés des Nations unies] », des ressortissants « qui ont droit à l’asile »pour « les mettre en sécurité le plus rapidement possible» au Niger et au Tchad, il faudra expliquer au peuple Nigérien les raisons qui vous amèneront à accepter ce projet humiliant pour l’Afrique.

Cette décision aura forcément des conséquences sur les flux de migrants qui désormais transiteront par le Niger en attendant le traitement de leur dossier. Le Niger déjà en difficulté pour lutter contre l’immigration clandestine, n’a pas vocation à devenir une plateforme de « TRI » pilotée par la France sur le choix « du migrant idéal».

En effet Monsieur le Président de votre bilan on retiendra à jamais que vous êtes celui qui aura accepté la création d’un centre de rétention pour les migrants qui souhaitent aller en Europe.

Cette lette vise à informer ceux qui connaissent pas encore assez bien l’histoire du Niger, que même si beaucoup parmi les fondateurs du SAWABA ont donné leurs vies pour que les générations à venir se rappellent de leurs combats, leurs petits enfants n’ont pas oublié les luttes de leurs parents et grands-parents, et la prise de relais est aussi « En marche chez nous»

Nous disons non à ce projet de la France !

Notre « problème civilisationnel » du au nombre trop important d’enfants que nous faisons et souligné il y a sous peu nous amène à dire au Président Macron qu’une telle décision ne se prendra pas en comité restreint à Paris mais au sein de l’Union Africaine, car parmi les travers de notre culture africaine figure aussi la concertation collective, peu importe les contre parties qui seront versées au Tchad et au Niger pour ce projet ; un tel projet dont les impacts concerneront l’ensemble des ressortissants des pays africains qui souhaitent aller en Europe se discute au sein de l’Union Africaine.

Nous nous battrons pour que ce projet en l’état actuel ne soit jamais réalisé au Niger, vous pouvez en être certain. Cet héritage n’est pas celui dont la jeunesse africaine a besoin et la jeunesse africaine se battra pour que désormais ses intérêts soient discutés en sa présence ! Cela tombe bien le prochain comité qui aura lieu à Abidjan Porte la Jeunesse comme thématique !

Respectueusement,

BI

 

Imprimer E-mail

Idées et opinions