Orange Promo Tabaski

Quelle alternative face à la décrépitude de l’Administration Publique Nigérienne ? (Troisième partie)

ABDOU SADOU Soumaila 02Ayons le courage de dire si haut que l’indiscipline et l’impunité écornent l’image en même qu’elles fragilisent l’Administration Publique. C’est indéniable également qu’elles ont aujourd’hui pris une grande place dans le quotidien des fonctionnaires Nigériens. Ces contrevaleurs avaient réussi à tisser leurs nids dans le cœur de l’Administration Publique Nigérienne au fil des années. En effet, ces dernières années l’ampleur de ces phénomènes semble très inquiétante avec des agents de l’Etat qui ignorent totalement le sens de leur présence à la Fonction Publique.

L’absence de discipline est sans doute la cause du sentiment d’arrogance, de toute puissance et de surprotection qu’affichent certains agents reconnus pour leur militantisme actif ou pour leur lien de parenté avec certains responsables politiques. Même le respect de la hiérarchie qui constituait jadis un principe cardinal de notre Fonction Publique est mis à mal et cela du fait de l’irresponsabilité des responsables politiques, incapables de penser au devenir de cette Administration ou aux conséquences de leurs agissements. Dès lors, le désordre avait trouvé le terreau favorable à son bon épanouissement qui n’est autre que l’Administration Publique, la discipline pourtant très nécessaire dans l’atteinte des objectifs.

Ainsi, du sommet de la pyramide de la fonction publique à sa base, nombreux sont ceux qui ne respectent la discipline qui doit être de rigueur dans le service public. Des agents arrivent toujours au service comme ils veulent mais aussi rentrent chez eux comme ils veulent, par conséquent aucun respect de l’obligation de ponctualité et d’assiduité et du respect de la durée légale des heures de travail. Ils n’ont aucun respect ni à l’endroit des usagers qu’ils méprisent ardemment ni envers leur hiérarchie ou leurs collègues. Le principe de l’égalité des citoyens devant le service public n’est pas leur souci. Ils n’exercent pas les activités et les missions de service public dans l’intérêt général mais toujours dans leurs propres intérêts. Ils travaillent sans chercher à atteindre des objectifs quantitatifs ou qualitatifs. Pour ces agents, la satisfaction ou la confiance envers le public ne compte pas.

La majorité d’entre ces fonctionnaires affairistes, corrompus et corrupteurs doivent leurs recrutements à leur proximité des hommes politiques ou des partis politiques dans lesquels ils militent. Ils se sont retrouvé à la fonction publique par hasard non pas vocation ni par amour. Cette catégorie de fonctionnaires est prêtre à aller à l’encontre des principes élémentaires notamment ceux qui interdisent à tout fonctionnaire de :

  • Pratiquer dans l’environnement de travail des activités extraprofessionnelles notamment le commerce, de restauration ou de rencontres autres que professionnelles ;
  • Mener des activités extraprofessionnelles pendant les heures de travail et en dehors du lieu de travail ;
  • Adopter tout acte ou comportement contrairement à la probité, notamment, la corruption, le népotisme, le clientélisme, le favoritisme, le trafic d’influence, le détournement de deniers et des biens publics, la concussion, les faux en écritures publiques ou privées, le harcèlement moral ou sexuel, le chantage.

Tous ces comportements négatifs de l’agent public très néfastes pour les usagers n’entrainent malheureusement aucune sanction. Pire, certains de ces indélicats connaissent même des promotions.

Ainsi, certains fonctionnaires observent au quotidien  très souvent des collègues responsables de fautes ou de graves négligences cependant toujours protégés par ces mêmes politiciens en charge du développement de notre pays. En effet, Ils sont très nombreux ces fonctionnaires intouchables qui doivent leurs positions à leur simple engagement politique ou leur proximité avec les hommes politiques décideurs. Certains fonctionnaires décident eux-mêmes de l’endroit ou du poste où ils doivent être affectés. D’autres agents sans grande compétence mais du fait de ce qu’ils représentent dans leurs partis politiques, même s’’ils n’occupent pas des postes de responsabilités dans les services, ils sont associés à toutes les prises de décisions dans le cadre du fonctionnement du service. Ils sont toujours au-dessus de leurs chefs hiérarchiques.

Dans la situation actuelle de grand désordre qui règne en maitre absolu dans l’Administration Publique aucun résultat ne peut être atteint, aucune satisfaction ne doit être attendue par les usagers. Pire, la confiance du citoyen à l’endroit de cette Administration Publique est en train de s’effriter chaque jour.

(A suivre…)

Soumaila ABDOU SADOU

Administrateur Civil

Imprimer E-mail

Idées et opinions