Orange Promo Tabaski

Géopolitique/Le panafricanisme : Mythe ou réalité?

Abdoulaye HASSANE DIALLO 2017 002Les  Etats   africains  à  la Recherche  d’une    Entité Politique   Continentale  après  les   Indépendances                                            
Après  le  combat  mené   en   Europe  par   la Diaspora   en vue   de     susciter  une  conscience   Panafricaine   ,   les  leaders  africains  ont  effectivement  pris  le   relais  sur  leur  continent  .  En  vue  de concrétiser  cette  belle  idée  qui  trotte  dans plusieurs  esprits .  
D’ailleurs, en  1958   le  28  Septembre ,  lors  du  Référendum  organisé  par le Général  De  Gaulle  pour  inviter  les  dirigeants  africains  à  choisir  entre  rester  au sein  de la Communauté  française  ou  partir  en  votant  Non ,  certains  s’en  iront  . Ce   fut cas  de  la   Guinée  française  dont  le  Président  Ahmed  SEKOU  TOURE  votera  Non  ainsi  que son  ami  le  Nigérien  Djibo BAKARY   leader   du  Sawaba    également   .  Mais,  contrairement  à  son  collègue  SEKOU TOURE ,  ce  fut  le Oui qui  l’emportera  au  Niger  Mais,  on  pensait  que  c’était  le  non  qui  l’avait  emporté ,  cependant  compte tenu  du  contexte  c’est  le oui    soutenu   par   le  RDA  qui avait  été  enregistré  comme   la partie  ayant  gagné  cette  consultation   électorale  .  La  force  contre  le  droit   pouvant-on   dire  .  Dans  plusieurs  pays,  on  notait  tout  de même  une  certaine  tension  et  cette  fièvre  de  s’Unir  et  d’être  également  indépendant  vis  vis   de l’Administration  coloniale  .  Si  bien  que le   Président Américain  de l’époque ,  Richard NIXON,  celui  que  le   scandale  du Watergate  emportera  hélas,  revenant  d’un  voyage  en  Afrique  en 1957 ,  dira  ceci    «   Ce  continent  est  la  partie  du  monde  qui   actuellement  se  transforme  le  plus  vite  ,  tandis   que  ses   habitants  se   libèrent  du  statut  colonial  et  endossent  les  responsabilités  de  l’indépendance ,  pouvant  bien    constituer  le  facteur  décisif  de  la  liberté   et   du  communisme    international  .  »  Un  témoignage   qui   prouvait  que  les   choses   bougeaient  en  Afrique   et  que,  dans  un  délai   assez   proche ,  les   pays  africains   allaient  prendre  leur  destin  en  mains .  

 

 L’UNION :    GHANA -  GUINEE -  MALI     1958
Ces   trois  pays   dont   les  dirigeants  avaient  une  vison  politique  commune ,  pensaient  déjà  à  une  Union  régionale  qui pourrait  favoriser  ensuite  le  regroupement  des  Etats  africains .  Ce  qui pourrait conduire  facilement  à  un  rapprochement  des  pays  du  continent  vers  un  Panafricanisme  idéal   logique   et  naturel  .  Ces  pays   frontaliers  comptaient  mettre  ensemble  leurs  ressources ,  leurs  économies  et   enfin  leurs  potentialités  humaines   pour  faire  profiter   leurs  populations .  Une   très  bonne   initiative  qui  pouvait  servir  d’exemple  et  de  point  de départ  vers  la  mise  en place  de l’Union  Africaine .  Cependant  c’est  sans   compter  avec  la  puissance  des  forces  du mal  qui  guettaient  le  moindre  geste  ou pas  vers   l’entente  de  nos  leaders,  pour  dégainer  et mettre  fin à  cette  si  responsable    action   panafricaniste  . C’est  ainsi  que  2  ans  seulement  après  la  création  de cette  institution   le  23  Septembre  1958,  elle  éclatera   en  1960  laissant  un  vide  et  un  goût  amer  aux  peuples   de  ces  pays  qui  en ont  été  victimes .  Et  pourtant  voilà  un  pas  décisif  vers  notre  Unité Africaine  qui  vient  de prendre ainsi  du plomb  dans  l’aile  donnant  raison  aux  détracteurs  de   tous  bords  .  Les  fossoyeurs  qui  avaient  mis  les problèmes  linguistiques en avant  entre  les  3  pays,  étaient  de très  mauvaise  fois  .  Cependant, il  a  été  constaté  un  problème  de   leadership  qui avait  sans  doute  créé   un  désaccord  entre les  fondateurs  de cette  Union  .  Dommage  pour ces  pays   .

LA    FEDERATION   DU   MALI
A  peine  l’  expérience  douloureuse  GHANA -  GUINEE  - MALI ,  consommée  que  le   Président   SENGHOR  du  Sénégal  en  accord  avec  son Premier Ministre Mamadou  DIA,  se  retournera  encore en  1960    vers  le   Mali   encore  Soudan  pour  créer  la  Fédération  du MALI   certainement  en  souvenir  du  temps  du  grand Empire  Manding .  Cette  Fédération  qui  venait  de voir  le  jour  suscitera  bien  des  espoirs  au  niveau  du continent  africain  .  Mais,  comme  la précédente,  va  disparaître  seulement  2  mois  après  sa  naissance  laissant  encore   pantois  les  peuples  et les observateurs  avec  des  interrogations  sur la  capacité  réelle  des africains  à   vouloir  et  pouvoir   s’entendre .     C’est   dans  la nuit   du 19   au 20    Août   196 que  fut consommée   la    rupture  ,  les   uns   et   les  autres    s’étant accusés    d’avoir  fomenté   un   complot  , un   coup   d’Etat   pour   renverser  les autorités   en place   .  Ainsi   prit  fin la Fédération  du Mali   , une  expérience  qui  devrait    servir   de    tremplin   aux  fondations     de   l’Unité    continentale   .Pour   mémoire  le train  qui   reliait    le  Mali  au  Sénégal  pour  desservir   les populations  des  deux  pays,  fut  bloqué   à  la  frontière     Des  graves  déclarations     furent   prononcées     par  les  deux  dirigeants  des  deux pays  Au Sénégal  le  premier  Ministre Mamadou  DIA  fut  mis  aux  arrêts  d’ailleurs  par  le    Président   SENGHOR   . Ainsi  fut  brisé  le rêve  de  ceux  qui fondaient  tous leurs espoir  dans l’édification  d’une  Afrique unie  et  solidaire  .   Beaucoup   d’africains  voyaient  dans  la mise  en  place  de ces  entités   l’espoir  et  le  chemin   vers  les  Etats   Unis  d’Afrique   .  Une véritable   chaine de  solidarité  Et  voilà   qu’une  Fédération n’a  pu  résister  aux  pressions  et  aux intérêts   partisans  des  uns  et  des  autres .  Ce  fut  un  cas  qui avait  porté  un  coup  sévère  à  l’entente  entre  des peuples  voisins  qui  ne  demandaient  qu’à   vivre   en  paix  pour partager  leurs  biens  communs    .                              Nous  constatons  que  beaucoup  de chemins  et des initiatives  diverses   ont   été   empruntés  et   suivis   par   nos  dirigeants  africains ,   avant  de  parvenir  à  la   mise  en  place  de   l’OUA  en  1963  .
                        
Nos  pays  avant les indépendances  et  après  connaitront  beaucoup  de changement  de   forme  et  de  fond  ,  parfois  dans la douleur .  En  effet,  la consolidation  de l’Unité  Africaine  ne   passe que   par  la  recherche  d’un  équilibre   politique   dans  un premier  temps    par  des   regroupements  régionaux ,  véritable  passerelle  qui  conduira  à  l’objectif   tant  recherché  . Et  en  second,  la  bonne  gestion  .  Cependant,   cet  équilibre  politique  suppose  surtout   un  espace  économique  dans  lequel  les   hommes   et  leurs  biens ,  disons  les  richesses,   doivent   être  bien  gérés  et protégés  . En effet ,  les  Etats  ne   doivent  pas être    isolés   dans  un   continent où   l’on  a   justement  besoin   du   concours   des  uns  et  des   autres  pour  faire  face   aux   innombrables   difficultés  . II  est  vrai  que l’Union  fait  la  force.  Ces  expériences  malheureuses  de tentatives  d’Unions  avortées  ,  ont  parfois  découragé  et même  déçu  certains  africains  .Mais,  certains  hommes comme   l’ancien  Président Malien   Modibo  KEITA   avait   durant   toute   sa   vie  œuvré    pour   l’Unité   et  l’Indépendance  des  Etats  africains  .  Cheick  Omar   DJIMAT,  un  autre  panafricaniste  a  écrit  ceci    à  propos de  la  division  des  africains   «   Tant   que   le  venin   de  la   balkanisation    continuera   à  imprégné   son  organisme  ,  l’Afrique   sera  semblable   à   une  vieille   impotente   résignée   parce  quelle  est   incapable  d’actions   grandioses   . Tant   que   l’Afrique    restera   morcelée  en  une  multitude   d’Etats   non  viables  , les   allogènes   de  tous  acabits  se  gausseront  de  mille  manières  de  son   indépendance .   »  On  peut  d’ailleurs  noter  qu’ en    Afrique  de   l’Ouest  SENGHOR   et  HOUPHOUET    s’étaient  souvent  opposés   sur    des   sujets  d’intérêt  communs   à  cause   de   leurs   visions  différentes    des  questions  politiques   pour   des   raisons de  leaderships  . II en  a été de  même  entre  toujours  Modibo   KEITA   et  SENGHOR   . Ce  qui  a  conduit  à toutes  ces  ruptures  brutales  de ces Unions   hélas  mort  nées . C’est un conflit   de  pouvoir   qui  emportera  toutes  ces  belles  actions   et qui  retarderont  notre  Unité  Continentale   qui   souffre    toujours   d’une  solide   structure .   Et pourtant ,  d’aucuns    avaient   salué    ces  regroupements  sous  -régionaux  et  régionaux  comme  étant  un  acte  de  courage   et  de  bon  sens  qui  allait  motiver,  entrainer  et susciter   d’autres  pays  africains  à  leur  emboiter  le pas D’autres mésententes  entraineront  et  détruiront  les  liens  qui unissaient  nos pays,  entrainant  encore  d’autres  problèmes  Nous  le  verrons  au  cours  des  nos  contributions  futures  .
                                    
QUELLE    LECON  DOIT  - ON    TIRER    DE   CES   ECHECS   ?
On  peut    dire   que   qu’une   fois  encore  que l’Unité  a   été  sacrifiée  sur  l’autel    des   intérêts  partisans  et   particuliers  et  des  ambitions  personnelles .  Dans  un  passage  de ma  thèse  de  Doctorat  en  Sciences  Politiques  ,  j’ai  écrit  ceci  «  Avant   toute   tentative    au niveau   continental   ,  il  faudrait  d’abord  réaliser  l’unité  nationale   ,  passerelle   inévitable  et  incontournable  avant  tout  accord  à  l’échelle supérieures    c’est  à  dire  au  niveau  continental  .  II  faut  surtout  et  cela  quelque  soit   la  noble  des  objectifs  ,  que  les  populations  soient  impliquées,    associées,  à   tous  les  niveaux  .Rien  ne  devrait  être  entrepris  sans  elles  et elles  doivent être  au  cœur  des prises  des  décisions  et  de l’éxécution   des  projets  dont elles  doivent    être   porteuses   .   »
                                    
LE  CONSEIL  DE  L’ENTENTE :  UN   BEL  EXEMPLE   DE  COOPERATION  SOUS  REGIONALE
Nous    pensons  que  s’il  y  a  eu  des  échecs  de  regroupements,  il  est   à souligner   à   contrario   l’exemple  du  Conseil  de   l’Entente   créé  en  1959   un  an  avant  les indépendances   par  la  Côte  d’Ivoire,  la  Haute  Volta (  actuel  Burkina  Faso,)  le  Dahomey  (  actuel  Bénin)   et  le  Niger  est   à  saluer  Ces  membres  furent  rejoints    par  le  Togo  le  4  Avril  1959  pour  former  une  chaine  de  solidarité   dont  le  siège  et  la  Présidence  sont  tournants   .  Cette  organisation  dont  les  pères  fondateurs  étaient  les  Présidents  HOUPHOUET   de la  Côte  d’Ivoire,  Hubert  Maga  du  Dahomey,             Sylvanus    OLYMPIO  du  Togo  et  Hamani  DIORI  du  Niger,  a   su              résister  à  l’épreuve  du  temps  et  à  toutes  les diverses  dérives  politiques .  Des  dérives  et  autres  épreuves  qui  ont  secoué  ces  pays  membres   n’ont  eu  aucune  incidence   ni  préjudice  ni atteinte  la  cohésion  de  cette  Institution  qui a  fêté  ses   58  ans  Elle  n’a  pas  fini  de  souffler  ses  bougies  .  En  tout  cas,  c’est  un  succès  et  un  mérite  qu’il  faut  aussi  mettre   à l’actif  et  à  la  témérité  des divers  dirigeants  qui  se  sont  succédé  et  des  peuples  de  ces   Etats  membres .   Le  Président  HOUPHOUET  de  la Côte  d’Ivoire  racontait  un  jour  cette  anecdote  au cours d’un  des  Sommets  des Chefs  d’Etats  de  l’OUA    «   Lorsque   nous  avons  décidé  de  la  création  de l’OUA  ,  arrivés    Addis  Abéba  en  Ethiopie  , nous  n’avions  aucun  texte  pour  mettre  les  statuts  et  le règlement  Intérieur  en  place  .  Nous   nous sommes  regardés  entre  nous  Chefs  d’Etats  et  c’est  ensuite  que j’ai  appelé  mon  Ministre  des Affaires  Etrangères  ,   en  lui  disant  est  ce  que  vous avez les  textes  statutaires  qui ont   créé  le Conseil  de l’Entente ?  II  m’a   dit  oui   . Alors  je lui ai répondu  tant  mieux  et  heureusement  pour   nous   .  C’est  ainsi  que  l’OUA   fut mise en  place  à   l’image  des  textes  de  notre  Conseil  de l’Entente  »  A  conserver  pour  mémoire  cette  histoire  qu’a  racontée  notre  ainé  le  Président  HOUPHOUET  Des  aînés   qui  étaient  prévoyants   et  qui  nous  ont  légué   un  outil  de  travail  comme  le  Conseil  de l’Entente  où  d’ailleurs  j’ai   eu  l’honneur  de  séjourner  dans  la prestigieuse  Villa  Côte  d’Ivoire  lorsque le  Président Mamadou  TANDJA   m’avait  aussi  fait l’honneur  de me  faire venir  à   ses  côtés  comme  Conseiller   J’y  ai  effectué  quelques  jours  étant   venu  de l’étranger  avant  de  regagner  la  ville .  Ce complexe  sert  de  lieu  de  séjours  aux   hôtes  de  marque  de  passage  dans chacune  des  capitales  dotée  des  mêmes  structures  d’accueil.  Le  Conseil  de   l’Entente   continue  de  couler  ses vieux  jours  et   de  résister  aux  sirènes  de malheurs  et  de  la  division   qui ont  gangrené   d’autres  organisations   et  structures. Le  Conseil  de l’Entente  a  su pérenniser  son  existence  du  fait que  les Chefs  d’Etats  membres  ,  se concertent  et se consultent   puis  entretiennent des relations  cordiales ,  du  moins  suivies  . Le  Conseil   de  l’Entente  existe  toujours    parce  que  le   bon  sens  l’a  emporté  sur   la  passion ,  lorsque  nous avons  en souvenir   l’Union  Africaine  et Malgache   UAM  qui  a  aussi  malheureusement  connu  une  fin  éphémère . Nous  gardons  également en  mémoire  le  douloureux   problème   et  différent   qui  avaient   opposé   le  Niger  et  le  Dahomey  en 1963  à   propos  de l’Ile  de l’été.   Ce  qui avait  failli  entrainer  deux pays  frères,  amis  et voisins   dans  un  affrontement  inutile .  Nous  conduire  à  une  guerre   absurde  entre  deux  peuples  condamnés  à   vivre  ensemble  et  à  tout partager .  II  eut  fallu  la  sagesse  du Président   TANDJA  Mamadou  et  du  Président  du  Bénin  Dr  Yayi  BONI  pour  régler  en   2OO5  définitivement  devant  la  Cour Internationale  de   Justice  de  la  Hayes , un   litige   latent   qui dura  70  ans .    Rendons  hommage aux  deux Chefs  d’Etats  qui  avaient  une  vision plus  large  et   plus   panafricaniste  .  Nous  sommes  toujours  animés  et  habités  par l’esprit  d’Unité  et  de  l’Union   Mais,  nous  devons  y  travailler  sérieusement   pour le  renforcer  davantage  en  mettant   de  côté   nos  petits  problèmes   en  regardant  plus loin  et  en  voyant   plus   grand  .  Nous  traiterons    la   prochaine   fois  la  suite   .  Bonne  lecture   .

    Dr  Abdoulaye  HASSANE  DIALLO , Politologue, Journaliste , Ecrivain

Imprimer E-mail

Idées et opinions