samedi, 09 avril 2016 06:17

Quand une mère saborde le mariage de sa fille

Rate this item
(1 Vote)

Mariage Divorce NigerDans une ville du Niger vit une femme dont les actes, en tout cas ceux qui seront narrés dans les lignes qui suivent, laissent pantois tant ils paraissent incompréhensibles pour ceux dotés de bon sens. Elle s’est opposée à la célébration du mariage de sa fille pour une histoire de dix mille francs.

La fille en question a trouvé un prétendant avec lequel elle s’entendait à merveille. Celui-ci, déjà marié et père d’enfants, après l’avoir inscrite dans un établissement scolaire privé de la capitale, lui fit sa demande en mariage. Elle fut acceptée tout autant que la dot d’un montant de cinq cent mille (500.000f) avec la bénédiction de « notre chère maman ».

La date du mariage fut fixée et les préparatifs allaient bon train à mesure que la date s’approchait.

A une semaine de la date fixée, notre « belle mère » convoqua son gendre. Celui-ci s’y rendit (en beau fils courtois). « Voici les reçus de coutures des habits de la jeune mariée que vous devez passez payer. En plus il faudra payer un nouveau bazin à la jeune marié, à toi-même ainsi qu’à ta première épouse pour que vous fassiez un uniforme». Le concerné se retira sans mot dire. Le lendemain il approcha sa « future épouse » et lui fit comprendre qu’il ne puis offrir l’uniforme de bazin voulue par sa maman mais comme elle y tient il est disposé à le lui offrir à elle et elle seule pour sa première épouse ils sauront se comprendre. Notre « belle mère » n’apprécia pas cet « accord » mais laisse passer. Ashé dai !

Une seconde convocation au futur jeune marié fut adressée et son ami eut l’amabilité de s’y rendre car comme il est de coutume ces détails ne se discutent avec le concerné plutôt avec ses amis. Cette fois-ci il s’agit d’une demande bien plus raisonnable et anodine mais elle sera la cause du clash. Il s’agit de « l’argent du henné ». Notre « mère modèle » exigea 30.000f et l’ami du jeune marié de lui dire qu’il pensait que ces choses ne reviendraient pas sur la table car ils ont précisé que les 500.000f couvraient toutes les coutumes. Devant la persistance de son interlocutrice, celui-ci proposa 20.000 afin de casser la poire en deux. « C’est trente mille ou rien » lui fit comprendre la dame. Il retourna sur ses pas avec en tête l’intention d’y retourner le lendemain car pensait-il à juste titre « la nuit porte conseil ». Le lendemain ce n’est point avec 20.000f mais 30.000f qu’il s’est rendu chez son vis-à-vis de la veille mais l’accueil fut plus que froid. Pendant qu’en effet il voulait remettre ladite somme à celle-ci, elle lui répond sèchement « il n’y aura pas de mariage, car j’y ai renoncé ». Toutes les tentatives de lui faire changer d’avis furent sans succès et le mariage n’eut pas lieu à la date convenue.

La désormais ex jeune mariée fut contrainte de quitter la ville car ne pouvant affronter les regards non sans connotation de ses camarades d’école où l’uniforme du mariage a été plus que présenté. Mieux un comité d’organisation spécialement pour l’école avait été mis en place.

10 avril 2016

Source : http://nigerdiaspora.net

 Source :

Last modified on dimanche, 10 avril 2016 21:33

La Palmerais Niger Pub 01

Affiche Amintchi Niger SIM Nigerdiaspora Main Botom