Orange Promo Tabaski

mardi, 16 juin 2015 07:27

Niamey/Faits divers /Saisie de drogue à l'aéroport International Diori Hamani : L’homme transportait dans son ventre 70 boulettes de cocaïne

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Drogue Saisie NiameyLa police nigérienne vient de faire, encore une fois de plus, preuve de son efficacité, une efficacité d'ailleurs  jamais contestée et reconnue comme telle au plan national et international. Et pour cause, le jeudi 11 juin, les services de la cellule anti drogue de l'aéroport international Diori Hamani (AIDH) ont mis la main sur un ressortissant d'un pays de la sous-région avec une importante quantité de cocaïne à l'issue d'un contrôle de voyageurs au débarquement à l'AIDH. 

La mule (l'homme-sac) transportait en effet dans son ventre soixante-dix (70) boulettes de cocaïne à l'état pur, pesant chacune 17 à 19grammes soit environ 1.241grammes (1,241kg).
Le passager à bord d'un aéronef de la compagnie Ethiopian et dont la nationalité n'a pas été révélée a tout simplement ingurgité cette importante quantité de   "poudre d'ibliss" soigneusement emballée sous forme de capsule dans du plastique qu'il envisageait récupérer par la voie anale, une fois en lieu sûr. Le commissaire principal Doulla Hari a animé un point de presse pour présenter le malfrat et sa cargaison abdominale. On apprendra ainsi que l'homme a quitté Abuja pour Niamey via Nairobi et Addis Abeba. Il pensait certainement pouvoir passer à travers les mailles de filet de la  police nigérienne comme il a réussi à le faire ailleurs avant son arrivée à Niamey. Peine perdue!  


L'individu à la quarantaine bien entamée, qui ignorait sans doute le flaire professionnel des agents de la police nigérienne, s'est fait cueillir comme un poisson dans une mare asséchée par les services de l'office central de  répression du trafic illicite des stupéfiants. Soumis à un  contrôle de routine, le dealer a fait preuve d’un  sang-froid déconcertant et a même pris d'initiatives et parfois d'actes de bonne foi  pour tromper la vigilance des policiers, comme tout bon professionnel. Mais il sera hélas trahi lors du passage au scanner de l'hôpital national de Niamey. Le résultat est sans ambages : l'homme avait effectivement les intestins remplis d'objets non alimentaires qui se sont avérés être de boulettes de cocaïne qu'il a dissimulées. 

 
Grand de taille (environ 1,8m), ce trafiquant a, en effet, soulevé les soupçons des agents de la police lors du remplissage des formalités de débarquement qu'il avait du mal à faire. N'ayant pas de bagages à la soute, il s'est aussitôt précipité à quitter le hall de l'aéroport en  passant  par les services des douanes, prétextant que quelqu'un l'attendait. Mais il a tenté de prendre un taxi avant d'être accosté à nouveau par la police pour un contrôle. Il était visiblement trop pressé de sortir de l'aéroport pour livrer la marchandise ou s'en délivrer après un si long voyage avant que les boulettes de la cocaïne à l'état pur et impropre à la consommation ne puissent exploser et provoquer l'irréparable automatiquement: sa mort.


En effet, une  infime quantité de cette substance est mortelle pour un être humain explique le commissaire principal de Police Doulla. Devant la presse, les services de l'office ont procédé à un test pour prouver que la marchandise est bel et bien de la cocaïne à l'état pur.
Zabeirou Moussa(onep)

16 juin 2015
Source : http://lesahel.org/

Dernière modification le mardi, 16 juin 2015 08:44