Orange Money 300%

Education

Encore un de ces colmatages dont excellent les Guristes ; eh oui ! On le sait très bien à présent, le Président Issoufou Mahamadou et ses sbires sont de véritables équilibristes, comme pas possible, qui n’attaquent jamais le taureau par les cornes ; jamais ils ne saisissent un problème à bras-le -corps ou par la racine. En toutes circonstances, surtout en ce qui concerne les revendications syndicales, ces hommes sont toujours restés superficiels dans les propositions de solutions ; s’ils n’enveniment pas la situation en revenant sur des clauses déjà arrêtées ou en ne respectant pas les termes des accords longtemps signés. Ce genre de colmatage est aujourd’hui observé avec certains syndicats du secteur éducatif qui viennent curieusement de signer des accords que beaucoup jugent à l’à peu près. Il s’agit de l’aile dissidente de la FUSEN conduite par le virevoltant Issoufou Arzika qui vient d’entrer dans la danse avec des accords signés après des jours de négociations sous l’oeil parrain de l’ITN. Chimère ou acte chimérique ? En effet, durant les quelques mois qu’a duré l’année scolaire, les syndicats du secteur éducatif et l’Etat se sont affrontés régulièrement, comme cela n’a jamais été dans le pays. Des arrêts spontanés et sporadiques de travail, des grèves perlées ont été le menu de cette année scabreuse comme jamais une année scolaire ne l’a été. Pour cause, les deux parties sont restées chacune sur sa position de manière intransigeante, ne voulant absolument pas faire de concession. Du côté des enseignants et des scolaires et étudiants, le socle des revendications repose sur l’amélioration des conditions de vie et de travail. Pour l’Etat, l’école reste déjà un volet budgétivore qui, malheureusement, ne fait rien rentrer à cours termes (En dehors bien sûr des aides prolifiques que ce secteur mobilise).

Imprimer E-mail

Education