Forfaits Internet Aitel Niger

Forfait Albarka

Lancement du concours d’entrée dans la section spéciale des Ecoles Normales d’Instituteurs : Près de 3900 candidats en compétition pour 500 places d’élèves maîtres

Le concours d’entrée dans la section spéciale des Ecoles Normales d’instituteurs (ENI) de Dosso, Tahoua, Tillabéry, Niamey et Zinder pour la formation des instituteurs au titre de l’année scolaire 2017-2018 a été lancé samedi dernier. C’est à l’Ecole Balafon de Niamey que la ministre de la Fonction Publique et de la Réforme Administrative, Mme. Amadou Aïssata a donné le coup d’envoi de ce concours.

Cette année, l’organisation du concours d’entrée dans la section spéciale des Ecoles Normales d’Instituteurs a été confiée au Ministère de la Fonction Publique et de la Réforme Administrative. À 8 heures précises, la ministre de la Fonction Publique et de la Réforme Administrative, Mme. Amadou Aïssata a procédé à l’ouverture des épreuves et la distribution des premiers sujets du concours d’entrée dans la section spéciale des Ecoles Normales d’Instituteurs. Le concours a commencé par l’épreuve de français qui est commune à tous les candidats. L’exercice porte sur un texte intitulé ‘’le Roi Doum’’. La ministre de la Fonction Publique et de la Réforme Administrative a saisi cette occasion pour prodiguer quelques conseils aux candidats: « pas de fraude, de tricherie ou autre mouvement suspect. Pas de communication entre les candidats, seuls les plus méritants seront déclarés admis», leur a-t-elle dit, avant de les exhorter à se concentrer sur leurs épreuves, de compter sur eux-mêmes et de faire preuve d’intégrité.

La ministre Amadou Aïssata a ensuite visité quelques salles pour encourager les candidats, leur réitérer son message, et leur souhaiter bonne chance. À la fin de cette visite, elle prcisé que : «ce concours concerne 3900 candidats et se déroule dans les 8 chefs-lieux de région. Il s’agit d’un concours qui permettra de mettre à la disposition des Ecoles Normales d’Instituteurs (ENI) quelques 500 élèves maitres » a déclaré la ministre Amadou Aïssata précisant que cette démarche participe de la lutte contre les fraudes, et de l’amélioration de la qualité du système éducatif nigérien. «Nous avons eu dans le passé quelques cas de mauvaise organisation des concours », a-t-elle rappelé, tout en expliquant que son Ministère est engagé cette année dans un cycle d’amélioration de l’organisation du concours.

Parlant précisément de ce concours, la ministre de la Fonction publique et de la Réforme administrative a indiqué que son organisation est relativement assez complexe car beaucoup d’acteurs sont impliqués. Ils participent à la bonne marche de ce processus depuis l’examen des dossiers, le choix des sujets, la correction jusqu’à la délibération. « Pour la sécurisation de ce processus, mon département ministériel, a identifié les voies et moyens pour apporter des corrections nécessaires. Nous avons surtout responsabilisé les différents acteurs à tous les niveaux, et nous espérons améliorer l’organisation de ce concours», a-t-elle conclu.

Mamane Abdoulaye (ONEP)

21 mai 2015
Source : http://lesahel.org/

Imprimer E-mail

Education