Forfaits Internet Aitel Niger

Forfait Albarka

Projet d'Appui à la Population et la Santé : Lancement officiel du volet scolarisation des jeunes-filles

Le ministre de la Santé Publique, Dr Idi Illiassou Maïnassara, a présidé jeudi dernier, à la Primature, le lancement officiel du volet scolarisation des jeunes-filles du Projet d'Appui à la Population et la Santé (PAPS). Ce volet sera mis en œuvre par la Cellule Filets Sociaux et son objectif est de booster le taux de scolarisation au Niger, et notamment celui de la jeune fille en milieu rural. La cérémonie de lancement s’est déroulée en présence des membres du Gouvernement, du représentant de la Banque Mondiale, des membres du Comité de Pilotage de la Cellule Filets Sociaux et de plusieurs invités.

Dans l’allocution qu’il a présenté lors de la cérémonie, le ministre de la Santé Publique, Dr Idi Illiassou Maïnassara, a déclaré que le Projet d'Appui à la Population et la Santé, qui sera mis en œuvre sur une période de six (6) ans, vise à accroître l'utilisation des services de santé de la reproduction et de nutrition dans des zones ciblées. ‘’Des interventions à haut impact seront menées afin d'augmenter l'offre et la qualité de service de Santé de la Reproduction et de Nutrition, notamment dans les communautés éloignées, ainsi que des activités de communication pour le Changement Social et Comportemental, afin de sensibiliser les différentes parties prenantes’’ a-t-il dit, ajoutant qu’une place non négligeable est réservée à l'autonomisation des femmes et des filles. Il s'agit, a indiqué le ministre de la Santé

Publique, de les doter de compétences nécessaires pour une utilisation éclairée des services de Santé de la Reproduction et de la Nutrition, couplés à des incitations économiques en vue de participer à des initiatives pertinentes.

Quant aux actions visant à autonomiser les femmes et les adolescentes, a-t-il poursuivi, elles seront axées notamment sur la scolarisation des filles, un volet qui sera mis en œuvre par la Cellule Filets Sociaux. Il s'agit de transferts monétaires aux ménages pauvres ayant des adolescentes de 10 à 18 ans, qui sont élèves des deux dernières années de l'enseignement primaire (CM1 et CM2) et des deux premières années du secondaire (6ème et 5ème). ‘’Ces transferts monétaires seront conditionnés au maintien des filles à l'école et à leur présence en classe’’, a-t-il souligné, précisant que ‘’l’objectif est d'appuyer le passage des filles démunies, issues de ménages vulnérables, du niveau primaire au niveau secondaire en vue de leur maintien dans l'enseignement secondaire et primaire.

‘’Les activités de scolarisation des filles seront menées dans les cinq zones d'intervention, à savoir Tillabéry, Dosso, Tahoua, Maradi et Zinder, soit 51 communes totalisant 748 villages. Plus de 5000 élèves des deux dernières années du primaire, 1800 autres des deux premières années du secondaire dont 1200 vivant dans des familles d'accueil, bénéficieront de ce volet de la composante 2 du projet’’, a expliqué le ministre de la Santé Publique Dr Idi Illiassou Maïnassara a dit que la mise en œuvre des activités de scolarisation des filles par la Cellule Filets Sociaux vient encore renforcer sa présence sur le terrain au profit des couches vulnérables de nos communautés.   ‘’Des transferts monétaires pour plus de 85 000 ménages viennent ainsi s'ajouter aux allocations scolaires au profit de jeunes-filles dont les conditions de vie précaires influent négativement sur la scolarité. L'octroi d'allocations à ces dernières leur permettra d'étudier dans des conditions dignes et acceptables’’, a-t-il précisé.

Par ailleurs, il faut ajouter que, selon une note d’information de la Banque Mondiale, le domaine d'intervention de la Cellule Filets Sociaux s'est élargi avec la signature, le 24 novembre 2016, d'une lettre d'entente entre la Cellule Filets Sociaux et le Ministère du Développement Social, de la Promotion de la Femme et de la Protection de l'Enfant et celui de la Santé Publique.

Cette lettre est relative à la mise en œuvre de deux sous-composantes du Projet d'Appui à la Population et à la Santé. Il s'agit de la sous-composante 2.1 axée sur la promotion de la communication pour le changement social et comportemental, et la sous-composante 2.2 sur l'autonomisation des femmes et des adolescentes pour une enveloppe d'environ 13 milliards de FCFA financée par la Banque Mondiale sur une période de six ans.

Cette cérémonie de lancement marque le démarrage des activités de ces deux composantes dont l’objectif est d’accroître l'utilisation des services de santé de la reproduction et de nutrition dans les zones ciblées. Des activités de communication pour un changement social et comportemental seront menées pour accompagner l'autonomisation des femmes et la scolarisation des filles.

Mamane Abdoulaye (ONEP)

15 mai 2017
Source : http://lesahel.org/

Imprimer E-mail

Education