l Niamey/Atelier vacances 2019 : Plus d’une soixantaine d’élèves formés en peinture

Une rencontre artistique et culturelle pour filles et garçons de 8 à 18 ans des centres des jeunes de Talladjé et de Karadjé s’est tenue du 21 juillet au 26 Août derniers. Durant un mois, les jeunes vacanciers des deux quartiers Karadjé et Talladjé de la région de Niamey ont été initiés à la peinture. La cérémonie de clôture a eu lieu hier matin en présence des représentants du Ministère de la Renaissance culturelle et ceux des partenaires qui appuient financièrement le projet notamment l’Organisation Internationale pour la Migration (OIM).

«Tous les ans, durant les vacances scolaires, nous organisons une formation en peinture aux enfants désireux d’apprendre le métier. Ils ont envie de s’occuper et d’apprendre les B.A. BA du métier. Cette année nous sommes à notre 12ème édition avec des activités culturelles et artistiques pour les enfants de 8 à 18 ans. Ils s’inscrivent pour environ un mois et apprennent les rudiments nécessaires de la peinture, du dessin et de tout ce qui est inhérent à ce métier. Nous avons formé pour cette année 63 enfants issus des deux centres socio-éducatifs des jeunes notamment Talladjé et Karadjé » a dit le Coordinateur de l’Atelier vacances, M. Souleymane Mamadou.

La formatrice, l’artiste peintre Mme Fati Seïni explique les difficultés auxquelles elle s’est confrontée durant la formation. Elle a notamment évoqué le manque de moyens, d’outils pour mener à bien la mission. « Mais, avec la volonté et la détermination des uns et des autres, nous nous sommes déployés pour donner le meilleur de nous-mêmes », a-t-elle expliqué. « En tant que mère j’encourage les acteurs à poursuivre cette initiative qui éveille les esprits et occupent les jeunes pendant ce temps de repos. Quoi de plus réconfortant pour les parents de savoir que les enfants sont concentrés sur cet apprentissage que de se balader à longueur de journée », a-t-elle ajouté.

L’élève peintre Malika Touré a, au nom de ses collègues apprenants, témoigné toute sa déférence aux initiateurs de ce projet. « Pendant un mois on a reçu une formation en peinture et dessin qui est un moyen d’expression de joie et de tristesse. Nous disons encore merci pour les efforts fournis pour la réussite de la formation » a-t-elle dit avant d’ajouter que l’art joue un rôle important dans la société. C’est pour cela, estime-t-elle que tout le monde doit y contribuer. Malika Touré appelle toutes les bonnes volontés et décideurs à encourager cette initiative salutaire.

Une visite guidée des stands a permis à l’assistance d’apprécier la qualité des travaux de ces jeunes artistes. A travers les tableaux qui sont exposés au centre des jeunes de karadjé pour la circonstance, les jeunes artistes mettent en exergue la réalité de la vie, ils font ressortir l’humour, le rire qui donne de la joie. Ces enfants confectionnent des tableaux à travers lesquels tout le monde peut se retrouver (enfants, jeunes et vieux), tout en évitant des images choquantes ou des mots blessants. Ces petits artistes essaient, avec l’appui de leurs formateurs, d’avoir une certaine finesse d’esprit dans leurs création, avec une touche pour conscientiser, sensibiliser les gens afin qu’ils s’identifient aux œuvres.

Des dessins d’hommes, d’animaux, de pirogues, des moyens de déplacements, des marchés, des outils de travail des paysans, des jarres, bref tout ce qui peut constituer pour l’homme, un véritable outil de développement socio-économique.

l Aïssa Abdoulaye Alfary

26 août 2019
Source : http://www.lesahel.org/

Imprimer E-mail

Education