Début de la session 2019 du Brevet d’Etudes du Premier Cycle : 150 692 candidats face aux épreuves dans 381 centres

C’est ce mardi matin 25 juin que débutent, sur toute l’étendue du territoire national, les épreuves du Brevet d’Etudes du Premier Cycle (BEPC). Selon le statistiques données par le ministre des Enseignements Secondaires, M. Mohamed Sanoussi Elhadj Samro dans son message de lancement de la session 2019 du BEPC, quelque 150 692 candidats dont 67 951 filles, soit 45,09% composeront dans 381 centres répartis sur l’ensemble du territoire national. 48.529 candidats proviennent des établissements privés, soit 32,03% et 18 068 sont des candidats libres, ce qui représente 12% du total.

Cette année, a indiqué le ministre des Enseignements secondaires, les épreuves de l’examen du BEPC se tiennent après une année scolaire relativement calme, où le déroulement des cours n’a pas connu de perturbation de nature à impacter sur l’exécution du programme. Pour M. Mohamed Sanoussi Elhadj Samro, cela est à mettre, en grande partie, à l’actif des enseignantes et enseignants, des scolaires, ainsi que des parents d’élèves que le ministre a tenu à remercier pour le sens de responsabilité et de sacrifice dont ils ont fait preuve. « Je profite également de cette occasion, pour renouveler toute ma reconnaissance aux autres acteurs internes et externes de notre sous-secteur, pour leur accompagnement permanent. Il s’agit en l’occurrence des syndicats des enseignants, des membres des COGESS, des ONG et Organisations de la Société Civile actives en éducation et des partenaires techniques et financiers » a-t-il déclaré.

M. Mohamed Sanoussi Elhadj Samro a aussi ajouté que grâce aux reformes engagées et aux mesures prises dans l’organisation de cet examen par son département ministériel, le diplôme du BEPC retrouve de plus en plus sa crédibilité. Cela entre dans le cadre de la recherche de la qualité des enseignements/apprentissages, vœu cher au Président de la République, SE Issoufou Mahamadou, qui fait de l’éducation une de ses priorités. « Les candidats sont convaincus qu’ils ne peuvent, désormais, compter que sur leurs propres efforts, au lieu de céder à la tentation de la facilité que constitue la fraude », a estimé le ministre des Enseignements secondaires.

« Les présidents des centres et les jurys de corrections, les surveillants des salles et les membres des secrétariats ont aussi un rôle déterminant dans le processus. Ils sont choisis sur la base de leur intégrité morale et de leur dévouement au travail. Ils sont donc tenus d’exécuter toutes les tâches dans le respect strict de la réglementation en vigueur. En tout état de cause, des instructions fermes sont données pour réprimer toute indélicatesse, et ce, conforment aux textes en vigueur » a déclaré le ministre des Enseignements secondaires.

Yacine Hassane

25 juin 2019
Source : http://www.lesahel.org/

Imprimer E-mail

Education