SIM Aminchi 0range

L'université paralysée par des grèves d'étudiants au Niger

Etudiants Niger devant assemblee NationaleDes étudiants nigériens sont rassemblés devant l'Assemblée nationale pour protester contre les conditions de vie à Niamey, le 17 mars 2015.L'université de Niamey, qui compte 23.000 étudiants, est paralysée depuis trois semaines par des grèves d'étudiants, ont constaté des journalistes sur place.

Les étudiants observent une série de grèves à l'appel de l'Union des scolaires nigériens (USN-syndicat) pour notamment exiger l'annulation de l'exclusion de cinq responsables syndicaux étudiants.

"La situation s'est empirée à l'université" et "nous observons (encore) une grève de 72 heures dans toutes les facultés", a affirmé jeudi soir sur des médias locaux, Sita Diabiri, le secrétaire général de l'Union des étudiants nigériens à l'université de Niamey (Uenun) affilié à l'USN.

Jeudi, les forces de l'ordre ont dispersé à coups de grenades lacrymogènes un sit-in d'étudiants sur le campus, visant à perturber des examens à l'Ecole normale supérieure (ENS), selon des télévisions privées.

>> Lire aussi : L'université de Niamey s'enlise dans la crise

"Nous avons été reçus par le Premier ministre, les ministres chargés de l'Enseignement, nous avions négocié mais les propositions ne répondent pas à nos attentes", a expliqué Idder Algabid, le dirigeant de l'USN.

L'USN demande également "l'abrogation" d'une décision du rectorat autorisant les forces de l'ordre à assurer la sécurité sur le campus, en lieu et place de l'Uenun, a indiqué M. Algabid.

En début de semaine, le rectorat a prévenu dans un communiqué que les activités académiques "vont se poursuivre normalement à compter du 4 avril". Dimanche, dans un entretien à la télévision publique, le président Mahamadou Issoufou a promis que "le gouvernement veillera à ce que le calme revienne à l'université en rapport avec tous les acteurs".

>> Lire aussi : Des étudiants assignent en justice leurs enseignants grévistes au Niger

L'université de Niamey, la plus importante du pays, avait été paralysée par une grève d'un mois des enseignants qui protestaient contre "l'agression" d'un de leurs camarades par des étudiants.

Les enseignants ont mis fin à leur grève le 17 mars après avoir obtenu l'exclusion de cinq étudiants, dont Sita Diabiri, et le recours aux forces de l'ordre pour sécuriser le campus. L'USN avait évoqué une "altercation mineure" et non une agression, et jugé les exclusions des étudiants "injustes, disproportionnées, illégales et arbitraires".
Avec Afp

06 avril 2018
Source : https://www.voaafrique.com/

Imprimer E-mail

Education