SIM Aminchi 0range

Fin de la grève à l'Université de Maradi : Le rectorat et le SNECS fument le calumet de la paix

Universite Maradi Niger 01

Une mission du bureau exécutif national du syndicat des enseignants et chercheurs du supérieur (SNECS) a séjourné à Maradi la semaine dernière. Cette mission avait pour objectif de rapprocher les positions entre les autorités rectorales et la section SNECS de Maradi. Après une série de rencontres rondement menées, la mission est parvenue à arracher un compromis entre les deux parties et la section SNECS et le rectorat de l’université de Maradi. Le SNECS accepte de lever sa grève ; en contrepartie le rectorat s’engage à accéder aux requêtes dudit syndicat.

Pour rappel, la section de Maradi a engagé un mouvement de grève depuis le 15 janvier dernier pour exiger la satisfaction d’une plate- forme revendicative comprenant plusieurs points. Mais c’est sur la satisfaction de deux de ces points que le SNECS n’entendait faire aucune concession. Il s’agit d’une part de la déclaration de vacance des postes de recteur, de vice recteur et des doyens des facultés. D’autre part, le SNCES revendiquait également le paiement sans délai des arriérés de primes de recherche de ses militants. Depuis le 23 janvier 2018, les postes des doyens ont été déclarés vacants. Il ne restait alors que le poste de recteur et de vice-recteur. Là également le recteur s’est engagé à déclarer la vacance de son poste d’ici le 31 mars 2018.

Au regard du compromis ainsi trouvé, le SNECS a finalement mis un terme à cette grève qui paralyse l’institution universitaire depuis plusieurs semaines déjà pour permettre à l’ensemble de la communauté universitaire de vaquer à ses activités. La section SENECS de Maradi se dit très confiante quant à l’issue de ce bras de fer l’ayant opposée à l’administration centrale et dont les conséquences sont préjudiciables au bon déroulement de l’année académique.

Conformément à l’engagement pris par le ministre des enseignements supérieurs, de la recherche et de l’innovation, M. Yahouza Sadissou, en janvier dernier lors de son passage à Maradi, le recteur de l’université de Maradi a accédé aux requêtes de ses interlocuteurs. Selon Abdou Babayé Mamane, secrétaire général de la section SNECS de Maradi, les enseignants chercheurs se réjouissent de l’accord ainsi trouvé, d’autant que les derniers obstacles sont progressivement en train d’être levés. Ainsi, par rapport au règlement des arriérés, le mandatement est d’ores et déjà fait. Il ne reste plus que le décaissement des fonds qui est prévu pour intervenir dans les prochains jours. Vu la sérénité qui caractérisé les négociations et la bonne volonté des interlocuteurs, la grève à l’université à l’université de Maradi ne sera plus qu’un vilain souvenir. Et visiblement, on peut dire que la communauté universitaire n’en attendait pas moins des uns et des autres pour apporter le brin de sérénité nécessaire à la conduite des activités académiques.

Garba Boureyma

07 janvier 2018
Source : La Nation

Imprimer E-mail

Education