Forfait Albarka - Orange Niger

Cérémonie de signature des conclusions du dialogue entre le Ministère en charge de l’Enseignement Primaire et les Syndicats : Les parties parviennent à accord sur la stratégie de redéploiement des enseignants

Corruption présumée dans la gestion de l’après-évaluation des contractuels  Les premières sanctions commencent à tomberM. Daouda Marthe, Ministre de l'enseignement primaire de l'alphabétisation de la promotion des langues nationales et de l'éducation civiqueAprès environ deux semaines d’échanges et de discussions sur la question du redéploiement des enseignants, le Ministère en charge de l’Enseignement Primaire et les partenaires de l’éducation sont, par le biais de la médiation de Counterpart, parvenus à un accord consensuel. La cérémonie de signature des conclusions du dialogue qui a eu lieu hier soir a porté sur la stratégie de redéploiement des enseignants notamment les affectations et mutations des personnels de ce département ministériel. Le document d’accord a été paraphé par le Ministre en charge de l’Enseignement Primaire, M. Daouda Marthé Mamadou, le Directeur Adjoint de Counterpart, M. Ousmane Kabelé Camara, et les représentants des syndicats des Enseignants Contractuels et Fonctionnaires du Niger, M. Maiga Hamadou Soumaila, et M. Issoufou Arzika du Syndicat National des Enseignants du Niger(SNEN). Les conclusions dudit accord ont été lues par M. Maiga Hamadou Soumaila de SYNACEB.

Cet accord est le fruit de la bonne collaboration entre le gouvernement et l’ONG Conterpart. Pour rappel, cette facilitation a été menée à la demande du Ministère qui a voulu d’un dialogue inclusif et participatif avec les différents acteurs et partenaires de l’Ecole. Elle s’inscrit dans le cadre du projet PRG­PA exécuté par Countrepart International sur financement de l’Agence Américaine pour le Développement International (USAID) et la coopération Suisse au Niger.

Dans son intervention à la cérémonie de signature, le Directeur Adjoint de Counterpart, M. Ousmane Kabelé Camara, a souligné la volonté des autorités académiques à solutionner le problème d’affectation et de mutation des personnels, ce malgré les difficultés inhérentes. « Après cette rencontre d’information et de sollicitation à Counterpart, mes collègues et moi nous nous sommes attelés à mettre en place une stratégie pouvant permettre aux cadres du Ministère et les responsables syndicaux de travailler ensemble afin de trouver des compromis durables sur le redéploiement des enseignants au Niger », a-­t­-il déclaré. C’est ainsi, a­t­il dit, que Counterpart a, dans le cadre de son expertise, facilité les dialogues multi acteurs, et avec son appui le Ministère a pu faire un état des lieux dans toutes les écoles primaires de Niamey afin d’avoir les évidences solides sur le surplus d’enseignants susceptibles d’être redé­ployés. L’Ong a aussi accompagné techniquement et financièrement tout le processus de dialogue. Le premier exercice a été dirigé par l’Inspection géné­rale des services du Ministère qui a permis de déceler 1.788 enseignants en situation de surplus dans la région de Niamey. Le second exercice c’est le dialogue facilité par le staff de Counterpart. Le Directeur Adjoint a remercié les représentants des structures syndicales qui ont su montrer leur adhé­sion totale au processus dans l’intérêt de l’école nigérienne. Pour lui un premier pas vient d’être franchi mais le goulot d’étranglement reste le suivi de la mise en œuvre des conclusions pour éviter de revenir, à nouveau, dans un cycle de perpétuel recommencement. Il faut garantir la transparence et la redevabilité des diffé­rentes parties dans les prochaines commissions d’affectations et ou de mutations pour s’assurer que les critères consensuels du nouvel arrêté du 15 janvier 2018 fixant les critères d’affectation et de mutation des personnels de l’enseignement primaire sont pris en compte. Il a enfin formulé le vœu de voir ces conclusions s’appliquer pour le bénéfice des Nigériens proprié­taires, utilisateurs et béné­ficiaires des services de l’école nigérienne. De son côté, le SG du SYNACEB M. Maiga Hamadou qui a lu les conclusions des discussions, a expliqué que les deux parties ont décidé de redéfinir les critères sur la base des arrêtés adoptés notamment pour le redé­ploiement du surplus de 1.788 enseignants de Niamey sur la base de critères consensuels intégrés dans un nouvel arrêté. Il a insisté sur le redéploiement du surplus qui sera affecté prioritairement à Tillabéry et à Dosso. Les parties s’engagent à appliquer les décrets du 8 dé­cembre 2000 déterminant les normes environnementales techniques et pédagogiques des enseignants de base et moyens. Les deux parties vont s’assurer de la présence effective des représentants des syndicats dans les commissions à tous les niveaux.
 Aïssa Abdoulaye Alfary 

17 janvier 2018
Source : http://www.lesahel.org/

Imprimer E-mail

Education