Les Résidences Goggodou : Le coin chic pour se loger à Niamey

Orange Lutte Traditionnelle  Niger

Assemblée générale ordinaire de l'Union Nationale pour l'Enseignement Général Privé (UNEGP) : Examiner tous les problèmes de l’école nigérienne

Image d'illustration Image d'illustration ’'Union Nationale pour l'Ensei­gnement Général Privé (UNEGP) a réuni ses mili­ tantes et militants hier matin au CCOG de Niamey pour une assem­blée générale ordinaire. Cette As­semblée Générale ordinaire, placée sous le thème ‘’ L'Enseignement Général Privé au Niger, diagnostic, qualité et financement’’, est aussi élective pour un nouveau bureau dirigeant de l’organisation. C’est le ministre de l’Enseignement Pri­maire, de l’Alphabétisation et de la Promotion des Langues Nationales et de l’Education Civique, M. Daouda Mamadou Marthé, qui a présidé la cérémonie d’ouverture en présence de plusieurs membres du gouvernement et des fondateurs et responsables des écoles privées du Niger.
Dans son discours d’ouverture, le ministre de l’enseignement pri­maire, de l’alphabétisation et de la promotion des langues nationales et de l’éducation civique, M. Daouda Mamadou Marthé, a salué l'appui très important qu’apportent les fondateurs des écoles privées à l'Etat dans le cadre de la scolarisa­tion des enfants. Les écoles privées constituent sans nul doute un maillon très important de la chaîne de scolarisation au Niger. «Et comme à son habitude, l'Etat va continuer à accorder une attention particulière à ce sous secteur», a rappelé M. Daouda Mamadou Mar­thé avant de rassurer que le gou­vernement attache un intérêt particulier à l'enseignement général privé. C’est à cet effet que, selon Dr. Daouda Marthé, les plus hautes autorités du pays ont décidé de mettre tout en œuvre pour assurer à nos enfants l'accès à une éduca­tion de qualité.
Le président de l’UNEGP du Niger, M. Dandakoye Amadou Djibo, a pour sa part, évoqué le contexte dans lequel évolue le système édu­catif nigérien de façon générale et celui de l’enseignement privé en particulier. Il a indiqué que leur assemblée générale se tient à une pé­riode d'agitation scolaire qui fait peser un nuage sombre sur le dé­roulement normal de l'année sco­laire. Elle se tient surtout à la veille de la probable révision des textes régissant l'enseignement privé au Niger : «les présentes assises nous offrent donc l'opportunité d'exami­ner, avec lucidité et responsabilité, tous les problèmes qui se posent à l'école nigérienne en général, à l'enseignement général privé, aux fondateurs, aux élèves et aux pa­rents d'élèves du privé en particu­lier», a-­t­-il précisé.


Plusieurs problèmes d’ordres d'acuité variables (caducité des textes, absence de financement, impôt, tarification d'eau et d'électricité très élevé, etc. concernant tous les niveaux d'enseignement ont été soulevés par le président de l’UNEGP. Pour M. Dandakoye Ama­ dou Djibo, « cela suppose, de notre part, un diagnostic sans complai­sance de la situation de notre sec­teur d'activité dans l'océan de problèmes dans lequel vogue le système éducatif nigérien et de faire un examen sérieux et réaliste des solutions pour transformer cette situation, par l'identification des axes de remédiassions et de vi­sion prospective adaptés à l'ensei­gnement général privé au Niger », a-­t­-il dit. Enfin M. Dandakoiye Ama­dou Djibo a souhaité que ce double défi « nous interpelle et nous invite à plus de sérieux et de pertinence dans nos échanges, à plus de pa­tience et de perspicacité dans la re­ cherche de solutions aux problèmes que nous identifierons, à plus d'ouverture d'esprit et de ma­turité dans les solutions que nous retiendrons, à plus d'engagement et de détermination dans la mise en œuvre des résolutions qui sortiront de nos échanges ».
Rappelons que l’assemblée géné­rale est élective et, au sortir des as­sises, les participants vont créer les conditions d'une visibilité critique, honnête, ambitieuse et prospective pour l'enseignement général privé au Niger. Selon M. Dandakoye Amadou Djibo, « nous devrons offrir à nos partenaires une visibilité qui rassure, c’est-à-dire cette néces­saire visibilité de responsabilité et de solidarité au service du système éducatif nigérien».


Abdoul­Aziz Ibrahim Souley

30 décembre 2017
Source : http://lesahel.org/

Imprimer E-mail

Education