Sanef 2018

La promesse non tenue du ministre des Enseignements Primaires aux écoles privées !

 La promesse non tenue du ministre des Enseignements Primaires aux écoles privées !Il vous souviendrait que lors d’une de ses interventions, le ministre des Enseignements Primaires avait affirmé que dans le cadre de l’amélioration de la qualité de l’enseignement tant dans le public, que dans le privé, les écoles privées seront désormais dotées d’enseignants qualifiés venant du public pour combler le manque à gagner dans le cadre de la subvention de l’Etat. Cela a été très bien accueilli dans le milieu des écoles privées qui en ont tant besoin. Mais deux mois après la rentrée, les concernés attendent toujours : car ces fondateurs privés ont investi des moyens financiers énormes pour apporter leur contribution au développement socio-économique du pays. La loi a prévu de leur apporter les appuis nécessaires au bon fonctionnement de leurs établissements avec un encadrement pédagogique conséquent. Cet encadrement doit se faire comme cela se doit au public par les conseillers pédagogiques. Mais hélas, cela n’est pas le cas depuis un certain temps ; Il se passe des pratiques peu orthodoxes à Niamey. C’est ainsi que des conseillers pédagogiques exigent à des fondateurs d’écoles privées des retombée contre ces encadrements pédagogiques. Cette pratique est très courante chez certains conseillers pédagogiques de Niamey. Les fondateurs des privés en ont aujourd’hui ras le bol de ces comportements qui n’honorent pas leurs auteurs… En dehors des conseillers Pédagogiques, on compte parmi ces indélicats des agents chargés de l’enseignement privé de la région de Niamey et ceux des autres démembrements du Ministère. En effet, quelques uns parmi ces agents aussi profitent de certaines situations irrégulières de ces écoles privées pour les raquetter, plongeant ainsi ces établissements dans une léthargie totale : dans une perpétuelle situation d’irrégularité ! On trouve des écoles qui ont plus de 4 ans sans papiers à jour et qui prennent en charge tous les niveaux d’enseignement. Ces agents cachent des vérités à leurs hiérarchies. Cela cause un manque à gagner non seulement à l’Etat, mais aussi sape le moral public.

Il est très urgent que ces brebis galeuses soient dé- masquées et écarter de l’école Nigérienne pour que celle-ci retrouve enfin ses lettres de noblesse. Affaire à suivre !

Dan Mallam

25 novembre 2017
Source : L'Actualité

Imprimer E-mail

Education