Forfait Albarka

Corruption présumée dans la gestion de l’après-évaluation des contractuels : Les premières sanctions commencent à tomber

Corruption présumée dans la gestion de l’après-évaluation des contractuels  Les premières sanctions commencent à tomberDécidément, le Ministre de l’Enseignement Primaire, de l’Alphabétisation, de la Promotion des Langues Nationales et de l’Education Civique, Daouda Mamadou Marthé ne veut pas d’un grain de sable dans sa recette « Qualité de l’Education ». Aussitôt que sont apparues les premières indélicatesses dans la gestion de l’après-évaluation, aussitôt les sanctions sont tombées à l’encontre des contrevenants.

Dans une correspondance en date du 7 octobre 2017 adressée par le Directeur Régional de l’Enseignement Primaire (DREP) de Tahoua à ses collaborateurs (Directeurs départementaux et Inspecteurs Chefs de service), il est fait cas de corruption présumée dans la gestion de l’après-évaluation des enseignants contractuels. Selon le patron régional de cette entité pédagogique, en dépit des injonctions faites au divisionnaire Ressources Humaines de l’administration relevant de ses compétences d’extirper les contractuels dits du 4ème groupe (ceux ayant été jugés insuffisants à l’issue de l’évaluation) de la liste des enseignants à redéployer, ce dernier n’a pas obtempéré. Ainsi de nombreux cas en situation d’exclusion du métier ne l’ont pas été et se sont retrouvés sur les listes des enseignants à redéployer, créant un sentiment d’injustice. Manifestement, il y a eu corruption même si cela reste à établir. En attendant la suite, c’est-à-dire les investigations qui permettront de déterminer toutes les implications, la Direction régionale l’Enseignement primaire (DREP) de Tahoua est en train de corriger les manquements pour extirper les noms des enseignants du 4ème groupe des listes. Comme première sanction, le Divisionnaire Ressources Humaines de la DREP sur qui reposait la gestion du personnel enseignant et sur la responsabilité duquel les manquements ont été commis est suspendu de ses fonctions. Selon une source autorisée du ministère concernée, d’autres sanctions du même type ou plus sévères tomberont chaque fois que des cas similaires seraient détectés. On se souvient que le patron des lieux (Daouda Mamadou Marthé) avait, avant la tenue de l’évaluation, tiré les oreilles des acteurs chargés de son organisation qu’aucun manquement ne sera accepté. Ceux qui ont pris à la légère sont manifestement en train de payer les frais.

DREP Tahoua

Oumarou Kané

10 octobre 2017
Source : La Nation

Imprimer E-mail

Education