Airtel Niger

Forfait Albarka

Maradi / Rentrée scolaire 2017-2018 : 610.000 élèves du primaire reprennent les chemins de l’école

Après les élèves du second cycle du secondaire, c’est au tour de ceux du primaire et du premier cycle du secondaire d’effectuer leur rentrée ce jour lundi 2 octobre 2017. Ce sont environ 610.000 élèves qui ont repris le chemin de l’école au titre de l’enseignement primaire.

Le lancement officiel de cette rentrée a eu lieu à l’école Noma Kaka sous la présidence du gouverneur Zakari Oumarou accompagné par les responsables en charges de l’éducation. Sur place, le gouverneur et sa délégation ont trouvé un personnel administratif et un corps enseignant motivé et confiant pour entamer cette nouvelle année que les autorités régionales placent sous le signe de l’accalmie et du retour aux valeurs cardinales qui ont fait la fierté de notre pays en matière d’éducation. Le gouverneur et sa délégation ont pu constater de visu que chaque élève est entré en possession de son kit scolaire. Ce sont environ 510 tonnes de fournitures qui sont allouées à la région de Maradi, rien qu’au titre de l’enseignement primaire. Même si la totalité des fournitures n’est pas encore réceptionnée, les camions chargées d’acheminer ce matériel sont en route. Mais d’ores et déjà, les responsables en charge de l’éducation disposent de suffisamment de matériel pour débuter l’année dans de bonnes conditions.

Les différents orateurs qui se sont succédé ont mis l’accès sur la nécessité d’éviter les troubles qui compromettent le bon déroulement des activités académiques et perturbent gravement l’apprentissage. Présents lors de ce lancement, les responsables des syndicats d’enseignants et des scolaires ont réitéré leur volonté de faire une année normale pour donner une chance à la jeunesse de notre pays d’assurer la relève de demain en bénéficiant d’un enseignement de qualité dans un environnement apaisé.

A noter que la rentrée scolaire intervient cette année dans un contexte de résiliation de contrat de plusieurs suite au test d’évaluation organisé par le ministère de l’enseignement primaire. Suite à ce test, plusieurs enseignants dits de 3è catégorie sont actuellement en formation de 45 jours. Ainsi de nombreuses classes se retrouvent aujourd’hui sans enseignants. En attendant leur retour, pour ceux qui vont admettre au terme de la seconde évaluation, les chefs d’établissement devront sérieusement manœuvrer pour occuper les élèves.

Au niveau du secondaire, c’est surtout la gestion du nombre pléthorique d’élèves en classe de sixième qui risque de poser problème. Alors qu’en France, on parle de 12 élèves par classe, au CES Bagalam, par exemple, ils seront au moins 90 élèves par classe. Mieux, il faudra construire environ 50 classes en paillote pour accueillir les élèves de sixième. Pour l’heure, ces paillotes ne sont pas encore construites, d’où la difficulté de contrôler ces élèves. Le CES Bagalam n’est qu’un exemple parmi d’autres, puisque certaines écoles comme le CES franco-arabe du quartier ne disposent même pas d’eau courante. C’est dire ainsi que beaucoup reste encore à faire pour améliorer la qualité de l’enseignement dans la région de Maradi.

Garba Boureyma

03 octobre 2017
Source : La Nation

Imprimer E-mail

Education