Forfaits Internet Aitel Niger

Forfait Albarka

Faute d’entente entre le gouvernement et les syndicats de l’éducation : L’école publique nigérienne dans la tourmente !

ecole nigerienneA quelques jours de la fin du second semestre de l’année scolaire 2017, la situation de l’école publique nigérienne se complique, faute d’entente entre la partie gouvernementale et le cadre d’action des syndicats de l’enseignement Cause –Niger/ SYNACEB sur un certain nombre de points dont la question de l’évaluation des enseignants craie à main divise les deux parties. En effet, au quatrième jour des grèves du cadre Cause –Niger/ SYNACEB, le comité interministériel de négociation dirigé par le ministre d’Etat Bazoum Mohamed a animé le 9 Mars 2017, un point de presse en présence des autres ministres du secteur éducatif pour faire l’état de la situation et en même donner leur version des faits sur les attitudes des enseignants à l’égard du gouvernement notamment le refus de l’évaluation en cours.

Le ministre de l’enseignement primaire Daouada Marthé a indiqué que pour la première phase ladite évaluation concernera que le soixante - un mille (61 000) enseignants contractuels et tous ceux qui refusent de déposer leur dossier seront considérés comme des démissionnaires ou détenteurs des faux diplômes. Ainsi, quarante-huit heures après cette sortie médiatique des membres du gouvernement, la synergie Cause –Niger/ SYNACEB a rendu publique une déclaration ce 11 Mars 2017 au siège de la Confédération Nigérienne des Travailleurs (CNT). Il s’agit d’une réponse du berger à la bergère car les enseignants déplorent les comportements de ces deux ministres vis-à-vis des enseignants en particulier et en général de l’école publique nigérienne. Par conséquent, le cadre décide de maintenir son mouvement des grèves de cinq jours à compter du 13 mars, de rejeter et boycotter le test d’évaluation et de porter plainte contre le ministre Marthe pour abus de pouvoir. A suivre.

13 mars 2017
Source : http://nigerdiaspora.net/

Imprimer E-mail

Education