Forfaits Internet Aitel Niger

Forfait Albarka

Rentrée universitaire 2017-2018 : Une reprise timide sur fond de revendications estudiantines

C’est officiellement le 4 septembre 2017 que s’est déroulée la rentrée dans les universités publiques du Niger. C’est à partir de cette date que les membres de la grande famille des universités doivent se retrouver pour entamer une nouvelle année académique. Mais dans les faits, il s’agit plutôt d’une reprise des activités pour parachever l’année académique 2016-2017 en cours. Au niveau de l’université Dan Dicko Dan Koulodo de Maradi, c’est une ambiance timide qui règne en ce jour de rentrée, bien que tous les services soient totalement opérationnels.

Selon le secrétaire général de l’union des étudiants nigériens à l’université de Maradi (UENUM), Sani Garba Harouna, cette ambiance timide s’explique essentiellement par le fait que les bus des structures de vacances n’ont pas encore pu acheminer les étudiants à Maradi. Mais, assure-t-il, cela ne saurait tarder, car dans deux jours tout au plus le campus universitaire sera bondé de monde. C’est dire ainsi que les activités académiques ne vont pas tarder à démarrer, étant donné que du côté des enseignants chercheurs et des enseignants technologues, aucune revendication n’est à l’ordre du jour.

Cependant, du côté des étudiants, des revendications restent encore en suspens, et visiblement on attend de réunir ces forces actuellement dispersées pour se mettre en ordre de bataille. Pour le secrétaire général de l’UENUM, la bourse de vacances et celle du troisième trimestre sont des points dont les étudiants attendent depuis longtemps le règlement. Pour lui, depuis le mois de mai, l’Etat a promis de donner une suite favorable à cette requête, mais jusque-là les étudiants attendent de passer au guichet pour percevoir leur bourse.

Une autre pomme de discorde entre l’Etat et l’Union des Scolaires Nigériens (USN), c’est la mise en œuvre des conclusions de la commission d’enquête indépendante sur les évènements du 10 avril 2017. Après la publication de ces résultats, les scolaires demandent instamment aux pouvoirs publics d’entamer les poursuites à l’encontre des auteurs des violences contre les étudiants, et les coupables de la mort de l’étudiant Bagalé.

Autant dire que la rentrée académique et plus généralement le bon déroulement de l’année restent fortement liés à la satisfaction de ces points. A l’Etat de faire les concessions nécessaires pour ramener le calme et la sérénité au sein de nos universités. Quant aux étudiants, ils doivent se dire avant tout que c’est de leur avenir qu’il s’agit. Et rien que pour cette raison, ils ne doivent pas céder à toutes les sirènes.

Boureyma Garba (Maradi)

07 septembre 2017
Source : La Nation

Imprimer E-mail

Education