Forfait Albarka

Université Abdou Moumouni de Niamey : L’UENUN boycotte la rentrée académique

Universite Abdou Moumouni Rentree 01Les choses débutent mal à l’Université Abdou Moumouni. En effet, l’Union des Etudiants Nigériens de l’Université de Niamey (UENUN) a mis sa menace à exécution.
Prévue pour hier, lundi 4 septembre 2017, la rentrée académique ou disons la reprise des cours à l’Université Abdou Moumouni de Niamey n’a pas eu lieu. Dans un mot d’ordre en date du dimanche 3 septembre, c’est-à-dire la veille de ladite rentrée, l’UENUN menaçait de déterrer la hache de guerre. L’organisation dirigée par Sita Hamidou Diabiri exigeait la satisfaction de sa plate-forme revendicative et le paiement des arriérés des bourses du 3ème trimestre 2017 (Avril-Mai-Juin) ainsi que celles des vacances (Juillet, Août et Septembre). Aussi, l’UENUN demande-t-elle à ses militants de boycotter pour 48 heures (Lundi 4 et Mardi 5 septembre), les activités académiques si ses revendications ne sont pas satisfaites. Cette levée de boucliers de la principale structure estudiantine à l’Université Abdou Moumouni de Niamey présage d’une année académique 2017-2018 perturbée, toute chose qui ne va pas dans le sens de sa correspondance adressée, en début août dernier, au Recteur de cette même institution universitaire. Dans sa lettre, l’UENUN s’inquiétait des retards du calendrier académique répétitifs, chaque année, et posait sur la table du recteur, la revendication relative à l’établissement d’un calendrier académique afin d’arrêter le chevauchement des années qui ont un impact négatif sur la carrière des étudiants.

Après l’expiration de deux jours de boycott, que va faire l’UENUN ? Va-t-elle adoucir sa position ou bien passer à la vitesse supérieure ? Dans son mot d’ordre en date du dimanche 3 septembre 2017, elle n’a laissé apparaître aucune ligne de ce que sera sa prochaine réaction en cas de non-satisfaction de ses exigences. Pourvu que les autorités prennent en charge les doléances des étudiants. Du climat de dialogue entre les deux parties (UENUN et Gouvernement) dépendra la sérénité à l’Université Abdou Moumouni de Niamey.

Oumarou Kané

05 septembre 2017
Source : La Nation

Imprimer E-mail

Education