Forfaits Internet Aitel Niger

Forfait Albarka

Zinder : 789 enseignants exclus à l’issue de l’évaluation du 15 juillet

Zinder - 789 enseignants exclus à l’issue de l’évaluation du 15 juillet A Zinder, c’est avec solennité que le directeur régionale de l’enseignement primaire BARROU CHEKARAOU a proclamé les résultats de l’évaluation de capacité des enseignants contractuels du 15 juillet 2017 au titre de la région.

Pour la catégorie des enseignants formés :

  • En première tranche 504 enseignants ayant obtenu une note comprise entre 0 et 3/20 sont exclus.
  • En 2ème tranche 994 enseignants possédant des notes comprises entre 3,01 et 5 seront formés pendant 45 jours, avant de subir un test de capacité.
  • La 3ème tranche concerne 3.580 enseignants ayant obtenu à l’issue de l’évaluation une note moyenne entre 5,1 et 9, 99/20. Ceux-ci seront régulièrement suivis lors des CAPED et en classe par des conseillers pédagogiques et des inspecteurs.
  • Puis la 4ème et dernière tranche concerne les enseignants ayant obtenu + de 10/20 comme note. Ils sont 1.907 sur un total de 9.705 inscrits dans la région parmi lesquels 9.613 ont composé le 15 juillet dernier pour seulement 91 absents. Au niveau national c’est un record de participation. Le directeur régional de l’enseignement primaire a donné les détails de ces résultats par départements. Zinder en compte dix (10) plus la ville de Zinder.

S’agissant des résultats de l’évaluation de capacité des enseignements non formés ce sont 285 qui ont obtenu entre 0 et 3/20, 415 entre 3,1 et 5/20, 1.165 ont entre 5,1 et 9,99/20, et 669 ont entre 10 et +/20 comme note, soit un total de 2.444 enseignants non formés.

D’autres part, le DREP Barrou Chékarraou est revenu sur ces 2 notes de résiliation de contrat des enseignants contractuels n’ayant pas fait l’évaluation et la suspension de certains d’entre eux. En réalité, il dit qu’il n’a pas résilié des contrats des enseignants. Il a, selon lui, pris plutôt des mesures conservatoires : ‘’ceux qui ont refusé de déposer leurs dossiers ont par ce fait voulu affronter le gouvernement, ne doivent continuer plus à bénéficier du paiement de leurs salaires ; de même les enseignants qui n’ont pas justifié leurs absences à l’évaluation ne doivent pas être payés leurs pécules du mois de juillet’’. Chacun ayant le droit de fait recours à cette décision; à cette date 155 réclamations ont été acceptées et traitées sur les 190. Parmi les justifications des absences ce sont entre autres des femmes qui avaient accouché, d’autres étaient victimes d’accidents etc. le jour de l’évaluation de capacité. Mais ils seront évalués très prochainement.

101 enseignants n’ont jusqu’ici rien justifiés. En définitive, dans la région de Zinder 789 enseignants sont exclus après le résultat de l’évaluation soit :

504 enseignants formés et 285 enseignants non formés

Des résultats trouvés apocalyptiques par les candidats de l’évaluation eux-mêmes. En atteste les fortes émotions (joie excessive de ceux qui sont admis, pleurs, larmes exprimant la désolation, la tristesse, la grosse déception de ceux qui ont échoué c’est-à-dire exclus) qui ont suivi la proclamation des résultats. Signes de désarroi des enseignants qui ont eu l’impression que c’est le ciel qui est tombé sur leurs têtes. Car perdre de cette manière son emploi dans un pays où il fait cruellement défaut est difficilement envisageable.

Et puis, contrairement aux autres régions, les conditions de déroulement de l’évaluation du 15 juillet 2017 à Zinder ont été moins favorables. L’organisation a été rigoureusement à la limite méchante : des candidats ont vu leurs dossiers refuser, beaucoup ne connaissaient pas encore jusqu’à la veille la localité et leurs centres d’évaluations. Autant de facteurs qui expliquent le nombre élevé d’exclusion dans cette région. 504 enseignants formés + 285 non formés soit 789 exclus. L’évaluation du 15 juillet 2017 et ses conséquences ont provoqué chez les enseignants un véritable traumatisme.

Manifestement, le gouvernement nigérien vient de remporter une manche dans ses rapports de force avec les syndicats des enseignants. Mais ces derniers disent ne pas perdre la guerre. Ainsi, Mounkaila Halidou, Secrétaire général SYNACEB invite leurs structures départementales et régionales à porter plainte individuellement contre les inspecteurs qui ont décidé de résilier les contrats de leurs camarades sans tenir compte de la législation en à la matière.

Comme en 2009 ou le gouvernement de l’époque avait simplement résilié tous les contrats des enseignants avant de faire machine arrière 6 mois après, une chose est sûre le besoin en enseignants reste toujours plus important au Niger car il y a de nouveaux enfants à scolariser à partir d’octobre et des classes également à toujours construire. Faut-il avoir dans une classe de CI un enseignant sans niveau ou ne pas en avoir du tout ? Le choix n’est pas difficile.

Amadou Mahamadou (Zinder)

Imprimer E-mail

Education