Forfait Albarka

Education : L’horizon des reformes en vue

Education : L’horizon des reformes en vue A partir de la prochaine rentrée, l’Ecole nigérienne cessera d’être ce qu’elle a été ces dernières années, c’est-à-dire une école au rabais sous l’emprise de grèves perlées. C’est ce qui se profile à l’horizon des réformes engagées.

En attendant la proclamation des résultats officiels de l’évaluation des enseignants, organisée par son administration à son initiative, le Ministre de l’Enseignement Primaire, de l’Alphabétisation, de la Promotion des Langues Nationales et de l’Education Civique, Docteur Daouda Mamadou Marthé ne veut rien oublier qui puisse contribuer à l’amélioration de la qualité de l’Ecole publique nigérienne. « C’était son leitmotiv à sa prise de fonction. Et, son engagement reste intact », affirme un de ses proches collaborateurs. Dans les directions régionales et inspections relevant de ses compétences, on commence à appliquer à la lettre les consignes du Ministre Marthé à ne lésiner sur aucun moyen pour redorer le blason de l’Ecole publique. La première mesure prise est venue de Zinder où le Directeur Régional, Elhadj Chekaraou Barou a procédé à la résiliation de 191 contrats d’enseignants contractuels. Dans sa correspondance, adressée le 2 août 2017, à ses collaborateurs (directeurs départementaux et inspecteurs chefs de service), on peut lire : « Avant la diffusion des résultats (de l’Evaluation des enseignants) attendue par tous, une évidence est apparue, ce qui nous permet de prendre une première décision : des individus qui se reprochent quelque chose n’ont pas déposé leurs dossiers, d’autres se croyant plus malins l’ont fait avec de faux diplômes ou des pièces falsifiées etc. espérant passer entre les mailles du filet ! La vigilance étant de mise, cette supercherie n’a pas échappé à l’œil avisé du comité de contrôle. Par cette lettre, je vous transmets la liste de ces individus qui ne doivent plus compter parmi nos effectifs et ce, dès la fin du mois de juin 2017 ». Les autres directions régionales s’apprêteraient à emboîter le pas à Zinder.

A l’horizon des réformes, on annonce d’autres mesures, entre autres, l’application stricte de la règlementation pour la permanence syndicale, le redéploiement des enseignants en surnombre sur toute l’étendue du territoire national, la définition de critères pour les nominations au poste de directeur d’école et le contrôle de l’assiduité à l’école.

La seule mise en application de la règlementation pour la permanence syndicale permettrait de pourvoir à plus d’une centaine de postes d’enseignants. L’anarchie qui règne actuellement dans l’attribution des permanents syndicaux cause beaucoup de déperdition de postes d’enseignants à l’Etat. Il s’agit d’enseignants syndicalistes mis entièrement à la disposition de leurs structures syndicales alors même qu’ils perçoivent intégralement leurs salaires et indemnités sans rien en contrepartie pour l’Etat.

Oumarou Kané

10 août 2017
Source : La Nation

Imprimer E-mail

Education