Forfaits Internet Aitel Niger

Forfait Albarka

Sortie de promotions d’élèves officiers d’active (EOA) et d’élèves officiers collatéraux à l’EFOFAN : La 12ème promotion d’EOA dénommée Promotion Ibrahim Baré Maïnassara

Le vendredi 4 août dernier, a lieu la cérémonie de triomphe de la 12ème promotion d’élèves officiers d’actives (EOA) et de la 8ème promotion d’élèves officiers collatéraux de l’Ecole de formation des officiers des forces armées nigériennes (EFOFAN). La cérémonie s’est déroulée au groupement d’instruction (GI) de Tondibiah en présence du ministre de la Défense nationale M. Kalla Moutari, du chef d’état major des armées, le général de Corps d’armée Seyni Garba, des hauts responsables des Forces de défense et de sécurité, des représentants de la coopération militaire étrangère, des officiers et sous-officiers des FDS, des familles et amis des récipiendaires ainsi que plusieurs invités, qui ont effectué le déplacement de Tondibiah malgré les conditions météorologiques difficiles.

Cette cérémonie consacre le port d’épaulette par les élèves officiers après une formation initiale de deux (2) ans. La 12ème promotion d’EOA dénommée "Promotion Général Ibrahim Baré Maïnassa" (du nom de l’ancien président nigérien 27 janvier 1996 - 9 avril 1999) compte un effectif de 44 stagiaires admis (sur les 46 de départ), dont 34 Nigériens, les autres étant venus du Bénin, du Burkina Faso, de la Côté d’Ivoire, de la Guinée Conakry, du Tchad et du Togo. Quant à la 8ème promotion d’élèves officiers collatéraux composée de médecins généralistes, elle est composée de neuf (9) stagiaires (sur les 10 initialement inscrits), tous des Nigériens. C’est donc au total 53 stagiaires qui ont réussi leur formation initiale, qui d’après le lieutenant colonel Roger Issa Gabriel, commandant de l’EFOFAN, est marquée par différents examens de compétence et autres examens académiques et modules de qualifications divers, nécessaires à l’obtention du Brevet de chef de section.

C’est dire que ces deux années de formation ont été marquées pour les élèves officiers, par des épreuves aussi bien morales, physiques et intellectuelles intenses faisant d’eux des hommes aptes à exercer selon le ministre de la Défense nationale, « des responsabilités humaines, techniques et tactiques de leur rang ». Cette cérémonie a été aussi l’occasion pour le ministre de la Défense d’exprimer sa gratitude à tous ceux qui œuvrent continuellement pour permettre aux FAN d’accomplir avec efficacité leurs missions régaliennes, à commencer par le Président de la République, chef suprême des armées, qui fait de la défense de notre pays et de la sécurité des populations, une priorité parmi les priorités. Une mention a été aussi faite à la Coopération française et aux Etats Unis d’Amérique pour leurs appuis multiples et constants. Enfin un hommage mérité a été rendu à l’encadrement et au commandement de l’EFOFAN pour leur professionnalisme et leur rigueur dans la formation.

Le moment tant attendu a été le port des épaulettes. C’est ainsi que dans la pure tradition militaire, le ministre de la Défense et le chef d’Etat major des armées ont accroché les premières épaulettes aux élèves officiers avant que les officiers parrain le fassent pour toute la promotion. Plus qu’un privilège, ces épaulettes symbolisent, selon les professionnels de la chose militaire, tout le poids du devoir et la farouche responsabilité qui pèsent sur leurs porteurs. Si ces épaulettes feront des jeunes officiers, des futurs chefs des armées, « être chef n’est pas une sinécure. Etre chef vous impose d’exiger de vous-mêmes plus que vous n’exigerez de vos hommes », dira le ministre de la Défense nationale. Cela est d’autant plus évident dans le contexte actuel de nos pays et de notre sous région confrontés à des défis complexes. Des défis qui, selon le ministre Kalla Moutari, exige de l’officier qui commande « de réfléchir rapidement, de décider efficacement et d’assumer moralement ».

Aussi, la mission de défense et de protection des Nations et des Institutions démocratiques exigera de ces futurs officiers, de la loyauté totale à la République et à ses institutions. C’est pourquoi, ils sont appelé à utiliser les connaissances que leur a inculqué l’EFOFAN mais aussi à continuer à apprendre de leurs futurs chefs et ainés pour développer leur potentiel.

Siradji Sanda(onep)

07 août 2017
Source : http://lesahel.org/

 

Imprimer E-mail

Education