Forfait Albarka

Education : Des faux diplômes détectés à Maradi

Faux diplômes détectés à Maradi C’est confirmé, la traque aux faux diplômes commence à porter des fruits au niveau de la région de Maradi. En effet, des investigations menées par les services compétents en la matière ont permis de démasquer 46 enseignants en possession de faux diplômes. Selon le Procureur de la République près le tribunal de grandes instances de Maradi, certains sont déjà déférés en prison, tandis que les investigations se poursuivent pour les autres en vue de faire toute la lumière sur cette scabreuse affaire.

Le phénomène des faux diplômes, depuis quelques années, défraie la chronique au Niger. Dans la mesure où un Brevet d’Etudes du Premier Cycle, BEPC, est synonyme d’emploi, certains de nos concitoyens choisissent de prendre le raccourci et se font établir de vrais faux diplômes par des faussaires. Si auparavant ces genres de diplômes ont pu passer inaperçus et ont permis à beaucoup de se faire recruter dans certains corps, aujourd’hui la détermination des autorités amenuise leurs chances. Et tout laisse croire qu’ayant décidé de sonner le glas à ces pratiques hautement néfastes à la qualité de certains agents de l’Etat, les responsables à tous les niveaux ont décidé de mener une guerre implacable contre les faux diplômes. Si aujourd’hui nous assistons à une baisse drastique du niveau dans le secteur éducatif ou si dans d’autres corps certains agents sont incapables de construire  ne serait-ce qu’une phrase correcte, c’est justement parce que beaucoup, ne justifiant pas du minimum requis, font recours aux faux diplômes pour se faire recruter.

Ce qui est sûr, c’est que cette situation ne peut plus perdurer. Dans un point de presse qu’il a animé le mardi 13 juin 2017, le Gouverneur de la région de Maradi a annoncé la détermination des autorités régionales de traquer les usagers de ces faux diplômes ainsi que leurs complices jusque dans leurs derniers retranchements. Ce qui annonce des lendemains durs pour tous les alchimistes qui font du faux et de son usage un gagne-pain.

HASSANE ADAMOU AMADOU

14 juin 2017 
Source : La Nation 

Imprimer E-mail

Education