Education

images/Universite-Abdou-Moumouni-NY-Niger-01.jpgDr Kabirou Sani, l’actuel président du Conseil Supérieur de la Communication, la députéé Amina Bala Kalto, 5ème Vice-présidente de l’Assemblée nationale et trois autres enseignant-chercheurs de l’Université de Niamey, sont visés par une plainte du Recteur de l’Université Abdou Moumouni de Niamey pour « faux et usage de faux en écriture ». Cette plainte, dont le Courrier a reçu copie, a été enregistrée au cabinet du Procureur de la République près le Tribunal de Grande Instance Hors Classe de Niamey le 29 Novembre 2018. Hassane Boubacar, Mme Zeinabou Abdou Hassane et Mme Nouhou Maïmouna Diakité sont les trois autres enseignants accusés dans une affaire de falsification d’un procès-verbal d’une réunion du Conseil de Faculté tenue le 26 juin 2018. Si l’on en croit notre source, c’est sur la base de cette forfaiture que ce groupe d’enseignants a réussi à décrocher une décision en référé qui annulait le recrutement d’une enseignante pour le compte de leur faculté. L’affaire fait actuellement grand bruit dans les milieux proches des enseignant-chercheurs et risquerait de causer des gros ennuis judiciaires à ces derniers si jamais leur culpabilité est établie.

Tout a commencé, semble-t-il, lors dudit Conseil qui a eu à se pencher ce jour-là sur le recrutement d’un enseignant chercheur permanent au poste d’assistant en droit privé, pour le compte de la Faculté des sciences juridiques et politiques de l’Université Abdou Moumouni de Niamey. Pour la circonstance, un avis de recrutement a été diffusé dans le quotidien national, à la voix du Sahel et affiché à l’Agence nationale de la promotion de l’emploi (ANPE). A la suite de cette annonce, une seule candidature a été enregistrée par l’ANPE et transmise en bonne et due forme au rectorat. Le dossier a été dans un premier temps soumis à l’approbation du Département de droit privé, ensuite pour examen devant le Conseil de faculté et le Doyen de ladite faculté avant d’être transmis au Recteur pour approbation. Aucune contestation ou anomalie n’a été relevée lors de l’examen du dossier du récipiendaire devant toutes ces instances académiques et administratives.

Imprimer E-mail

Education