Forfaits Internet Aitel Niger

Forfait Albarka

Ministère des finances : Une section H, débordée

Il ne faut pas se le cacher, depuis le départ des agents de la section H, ce service vit au rythme d'un embouteillage monstre asphyxiant les quelques agents pris en otage et qui s'activent chaque jour à servir une clientèle surpeuplée, dense et confinée dans une salle d'accueil ou de réception qui n'a rien à envier à un four crématoire. Tous les jours, le squelettique personnel est envahi par une kyrielle d'agents qui prennent d'assaut la section H à la recherche d'historiques de salaires, de domiciliation, de transferts de salaires ou d'autres prestations.

Pas un jour où la clientèle et le personnel travailleur ne soient en altercations. D'abord, les clients entre eux en cas de resquille ou les clients et le personnel du service lorsque les premiers constatent une certaine lenteur et qu'ils interpellent les seconds. C'est alors une prise de bec interminable au point où tout le service reste bloqué. La sérénité ne revient souvent qu'après une médiation et une conciliation entre les uns et les autres. C'est pour dire que le départ de certains agents de la section H est une véritable source de blocage dudit service. En leur temps, on constatait une certaine efficacité et une fluidité du travail. D'un côté, les agents du secteur enseignants, travaillaient avec une agilité et une habilité professionnelle. De l'autre, les agents de santé, ceux des FDS, chaque groupe suivait les dossiers de ses collègues et la section H travaillait comme une fourmilière. Aujourd'hui, l'embouteillage monstre qui s'y crée est pénible apeurant et insupportable. Et que dire des vacances lorsque les fonctionnaires des régions afflueront pour connaître la situation de leur carrière ou bien l'historique de leur salaire ! Le débordement sera insupportable et le travail insoutenable.

 

Le mieux et l'urgent est que le Ministre des Finances reconsidère sa position en réintégrant tous les agents qu'il a renvoyés dans leurs ministères respectifs. Ce qui, à coup sûr, amènerait un peu d'espoir de chaque côté. Leur départ est aujourd'hui durement ressenti et ce à tous les niveaux. Des piles de dossiers non traités sont là entassées dans les services. Et, connaissant la tatillonne administration nigérienne, le fait que chaque agent passe par voie hiérarchique pour déposer son dossier est une sorte de blocage administratif. La lenteur vous prend par la gorge et vous êtes foutu. Combien de fois les dossiers sont égarés en cours de route !

Il est vraiment nécessaire que la section H reprenne vie. Les quelques agents qui y travaillent activement ne peuvent pas satisfaire les montagnes de demandes qui atterrissent chaque jour sur leurs bureaux. Il n'y a aucune performance qui se dessine à l'horizon tant que le personnel reste inchangé en nombre. Avant que l'informatisation tant annoncée de notre administration publique ne s'accélère, il est impératif que le Ministre des Finances rappelle les anciens agents tels qu'il l'a fait avec les retraités. C'est une question d'efficacité et de productivité. Il y va de l'intérêt du pays.

D.Z

06 juin 2017
Source : La Nation

Imprimer E-mail

Economie