Forfaits Internet Aitel Niger

Forfait Albarka

Réunion sur le libre-échange continental au Ministère du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé : Pour une intégration économique du continent et un marché véritablement panafricain

Le Comité National Ad ’hoc chargé de la préparation et du suivi des négociations de la Zone de Libre Echange Continentale (ZLEC) a tenu hier, au Ministère du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé, une réunion avec la Commissaire chargée du Commerce et de l’Industrie sortante de l’Union Africaine Mme Fatima Acyl Haram en mission de plaidoyer dans notre pays en faveur de la ZLEC. C’est le ministre du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé M. Sadou Seydou qui a présidé l’ouverture de ces échanges.

La création de la Zone de Libre Echange Continentale, a rappelé le ministre en charge du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé M. Sadou Seydou, vise l’atteinte des objectifs majeurs du Traité d’Abuja de 1991 instituant la Communauté Economique Africaine. Il s’agit, a-t-il expliqué de « promouvoir le développement économique, social et culturel ainsi que l’intégration des économies africaines en vue d’accroître l’autosuffisance économique et favoriser un développement endogène et auto-entretenu ». Elle est constituée de pays membres éliminant entre eux les droits de douane et les restrictions quantitatives à l’importation, mais conservant chacun sa propre politique commerciale vis-à-vis des pays tiers. Cependant, a précisé M. Sadou Seydou, la création de la ZLEC impose aux pays comme le Niger un investissement dans le travail et dans la transformation.

En effet, a-t-il souligné, depuis le lancement des négociations en 2015, la Commission de l’Union Africaine a organisé cinq (5) forums de négociation ; deux (2) réunions de groupes techniques de travail ; deux (2) réunions de Hauts Fonctionnaires et deux autres des ministres africains du Commerce. Ainsi, au cours des différentes rencontres, des avancées notables ont été enregistrées malgré la forte sensibilité de certaines questions en négociation, les défis et les enjeux. « Afin de donner davantage de souffle à cet élan, SEM. Issoufou Mahamadou a décidé d’accueillir les 15 et 16 juin 2017 à Niamey la 3ème réunion des ministres africains du Commerce» a annoncé le ministre en charge du Commerce.

Cette importante rencontre sera précédée du 5 au 14 juin de la 6ème réunion du Forum de négociations et la réunion des Hauts fonctionnaires en commerce. Dans son intervention la commissaire chargée du Commerce et de l’Industrie sortante de l’Union Africaine a souligné l’importance de la ZLEC qui, dit-elle vise à soutenir la décision politique dans tous les Etats membres, pour faire avancer le processus d’intégration économique du continent. C’est dans l’attente de la mise en œuvre effective de ce comité que Mme Fatima Acyl Haram a été dépêchée, par la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA), en vue de débuter cette mission de plaidoyer pour la ZLEC dans au moins sept (7) pays. Le but est, selon elle d’y apporter un soutien au processus de négociation, de discuter des points de négociation complexe et de créer le consensus autour de l’adoption du projet de texte qui a été diffusé par l’Union Africaine en janvier dernier.

En effet, a souligné la commissaire chargée du Commerce et de l’Industrie sortante de l’Union Africaine, depuis un an et demi les pays de l’Union Africaine ont fait le pari de réaliser la Zone de Libre Echange Continentale surtout avec la réintégration de Royaume du Maroc dans l’Union cette année. C’est donc un marché véritablement panafricain que cherchent à construire, ensemble, les 55 membres de l’Union. C’est une étape historique pour l’avancement du continent vers l’avenir qu’il s’est fixé. Mais, c’est aussi un impératif pour les opérateurs économiques qui se heurtent aujourd’hui à de nombreux obstacles pour mettre leurs produits, leurs services, leurs talents et leurs idées au service du consommateur africain.

Selon Mme Fatima Acyl Haram, l’étroitesse des marchés africains, représente un frein à la croissance des entreprises exportatrices africaines. En effet, relève-t-elle, avec 10 pays ayant une population de moins de 2 millions d’habitants et seulement 2 pays avec une population supérieure à 100 millions d’habitants, les potentialités africaines sont grandes mais bridées. De plus, un climat propice aux affaires est une condition indispensable à la création d’entreprises internationales en Afrique. Un marché continental d’1,2 milliard de consommateurs est, selon la commissaire chargée du Commerce et de l’Industrie sortante de l’Union Africaine, sans doute un atout remarquable pour stimuler le commerce et encourager la création de valeur en Afrique. Elle a enfin félicité le Président de la République du Niger SEM. Issoufou Mahamadou qui a accepté la grande responsabilité que lui ont confiée ses pairs de se faire le champion continental pour la ZLEC avant d’exprimer son admiration pour le travail qu’il effectue dans ce sens.

Aïchatou Hamma Wakasso (ONEP)

25 juin 2017
Source : http://lesahel.org/

Imprimer E-mail

Economie