Atelier régional de renforcement des capacités des femmes entrepreneures sur le Programme Système Qualité de l’Afrique de l’Ouest (PSQAO) de la CEDEAO : Asseoir une «véritable» culture de qualité dans la sous-région

Les travaux de l’atelier régional de renforcement des capacités des femmes entrepreneures d’Afrique de l’Ouest sur la qualité ont débuté hier à l’hôtel Homeland de Niamey. Cet atelier est organisé par le Programme Système Qualité de l’Afrique de l’Ouest (PSQAO) de la CEDEAO, financé par l’Union Européenne et mis en œuvre par l’Organisation des Nations Unies pour le Développement Industriel (ONUDI). L’objectif général de l’atelier est de développer et consolider la culture de la qualité au niveau des acteurs économiques du secteur privé. La cérémonie d’ouverture a été présidée par le ministre de l’Industrie Mallan Zaneidou Amirou, en présence de la ministre de la Promotion de la femme et de la protection de l’enfant, Mme El Back Zeinabou Tari Bako, du représentant de l’Union Européenne, M. Martin WIESE, du Représentant du Commissaire en charge de l’industrie et de la promotion de secteur privé de la CEDEAO, M. Niafo Yaya.

Cet atelier qui réunit des participantes venues des Etats membres de la CEDEAO et de la Mauritanie vise à sensibiliser les femmes entrepreneures du secteur privé sur les enjeux de la qualité et sur les infrastructures qualité régionale (IQR) de la CEDEAO. Il s’agit aussi à les inciter à engager leurs entreprises dans la démarche qualité ou à être plus regardantes vis à vis de la qualité.

Procédant à l’ouverture des travaux, le ministre de l’Industrie, M. Zaneidou Amirou a expliqué que cet atelier intervient au moment où avec la mondialisation, la qualité est au cœur des échanges économiques. « Il est donc indéniable que le fait de disposer d’une infrastructure qualité pertinente ouvre la porte à la chaine de valeurs internationale », a-t-il affirmé. La qualité a donc besoin d’une orientation pour s’adapter rapidement aux changements économiques et aux réalités sociales, a ajouté le ministre de l’industrie. Aussi, a-t-il rappelé, le Niger a adopté la politique nationale de la qualité depuis 2018 en lien avec à la politique qualité de la CEDEAO. « Ce qui traduit également l’engagement du Président de la République SE Issoufou Mahamadou, à appuyer l’infrastructure nationale de la qualité pour la rendre plus opérationnelle dans le cadre de sa reconnaissance régionale et internationale», a indiqué le ministre de l’industrie.

Cette politique nationale, vise à protéger la santé des populations, à répondre aux exigences du marché en vue de lever les obstacles liés au développement du secteur productif nigérien ; à assurer la conformité aux exigences du marché local, sous régional et international des biens et services ou produits importés au Niger ; promouvoir un développement économique durable.

Le représentant du Commissaire en charge de l’industrie et de la promotion de secteur privé de la CEDEAO a déclaré que l’organisation communautaire a adopté d’importants documents relatifs au développement de l’Infrastructure Régionale de la qualité. M. Niafo Yaya d’ajouter que toutes les actions menées par la CEDEAO, ont pour but d’apporter d’une part une réponse concrète face au problème récurrent de la qualité des produits et services sur le marché et d’autre part d’asseoir une véritable culture de la qualité dans la région. Il a précisé que, l’une des évolutions majeures en Afrique est la prise en comptes du rôle des femmes dans les projets et programmes de développement «dans l’objectif de transformer les économies africaines en un grand marché unique et stimuler le commerce intra africain afin de créer des emplois, promouvoir l’investissement, encourager la croissance et renforcer l’intégration des pays africains dans l’économie mondiale». Il a souligné le rôle important que les femmes jouent dans la   transformation alimentaire, l’artisanat, la formation professionnelle.

«La femme est la cheville ouvrière de bon nombre de pays en développement », a déclaré M. Niafo Yaya. Cependant, a-t-il déploré, le déficit de formation des femmes dans le domaine de la qualité confine largement le leadership féminin au secteur informel et rend difficile la migration des femmes du secteur informel vers le secteur formel de l’économie et la conquête des marchés porteurs. Pour le représentant du Commissaire de la Cedeao en charge de l’industrie et de la promotion de secteur privé, la thématique de la qualité favorise la confiance entre operateurs économiques dans les échanges commerciaux, la pérennisation des investissements et des emplois et la création de richesses pour les Etats.

Le représentant de l’Union Européenne s’est réjoui du fait que la thématique qualité, ‘’levier primordial de la compétitivité et de la santé des consommateurs’’ occupe une place importante dans les initiatives régionales et communautaires. «Je suis persuadé que cet atelier contribuera davantage à disséminer et renforcer la culture de qualité dans la région de la CEDEAO» a-t-il déclaré.

Aminatou Seydou Harouna

04 septembre 2019
Source :http://www.lesahel.org/

Imprimer E-mail

Economie