Tontine virtuelle : Assistance ou arnaque?

La tontine, de son origine étymologique, selon Wikipédia, est une association collective d’épargne, qui réunit des épargnants pour investir en commun dans un actif financier ou dans un bien dont la propriété revient à une partie seulement des souscripteurs. Selon la même source, on distingue trois sortes de tontines : les « tontines immobilières » ; les « tontines financières » et les « associations tontinières » qui sont des sortes de sociétés mutuelles ayant majoritairement cours en Afrique. Cependant, au Niger, les femmes ont donné une autre version à cette pratique. Fonctionnaires comme ménagères, chacune à leur ‘‘petit à côté’’ que sont ces tontines pour se faire un peu de sous, afin de subvenir à leurs besoins. Ainsi, dans presque chaque quartier et dans les services ce phénomène existe. Comme si cela ne suffisait pas, elles ont répandu la pratique sur les réseaux sociaux notamment sur WhatsApp. De ce fait, la tontine virtuelle se pratique, de plus en plus, sur la toile allant de tontine d’articles culinaires, immobilière, vestimentaires, les femmes ont poussé la réflexion et la pratique jusqu’à l’ingénieuse idée de faire également une tontine du pèlerinage à la Mecque ou hadj. Cependant, l’on se demande, si c’est une nouvelle forme d’arnaque ou un acte salutaire pour permettre aux femmes d’obtenir ce dont elles ont le plus besoin ?

Appelée ‘‘Addaché’ chez nous, la tontine était une pratique des femmes, jadis cachée à leurs maris. Aujourd’hui, elle est devenue un fait normal sinon naturel pour elles. En effet, au Niger, peu de femmes, s’abstiennent de la pratiquer, soit par crainte du mari ou par manque de moyens suffisants. Par contre, certaines ‘‘braves femmes’’, sans aucune crainte, font deux à trois tontines, qui varient et qui sont souvent hors de leur portée. Les frais destinés à la popote et même ceux qui doivent être consacrés aux soins y passent, assez souvent. Le but étant de se faire beaucoup d’argent qui sera dépensé par la plupart dans des banalités sans aucuns bénéfices. Malheureusement, certaines en deviennent même dépendantes. C’est ainsi qu’avec WhatsApp, certaines femmes ont trouvé le moyen facile de propager cette pratique. En effet, certaines bonnes dames créent des groupes de tontine dont elles font la propagande dans les groupes de vente et d’achat afin d’avoir plus d’adhérents. Elles envoient des liens d’adhésions tout en notifiant que les personnes malhonnêtes ne sont point les bienvenues dans leurs groupes. Cependant, l’adhésion se fait sur envoie de la photo de la pièce d’identité qui témoignera de la bonne volonté de la personne. Quant au versement, cela se fera par le biais des agences nationales de transfert d’argent. Par ailleurs, le montant de versement dépend de la valeur de l’article de tontine. Par exemple, a expliqué Mme Fajimata commerçante et initiatrice de tontine de draps et de rideaux, le versement pour ses draps s’élève à 6. 000 FCFA chaque semaine par adhérente. « Et je ne prends pas au-delà de 10 personnes et chaque fin de semaine quelqu’un prend 10 draps et cela jusqu’à la fin de la tontine », a-t-elle précisé. Face à la mauvaise foi de certaines personnes, elle a confié qu’elle n’accepte que des personnes de son entourage, celles dont elle a confiance, « ce qui explique d’ailleurs le nombre restreint d’adhérents dans mon groupe de tontine ».

En outre, certaines femmes sont contre cette nouvelle version de tontine virtuelle. Mme Djamila, fonctionnaire de son état, témoigne qu’elle ne fait pas confiance à ce genre de tontine car, affirme-t-elle, pour le cas de tontine d’articles la plupart du temps les prix sont surtaxés. « Il vaut mieux payer l’article au marché quand on a les moyens que de passer par les tontines », indique-t-elle. Elle ajoute également que la principale raison pour laquelle elle ne fait pas ces tontines c’est que la plupart finissent mal. Toutefois, notons que certaines femmes font ces tontines, à l’insu de leurs maris et malgré leur refus et leur mécontentement. Souvent, les problèmes liés aux pratiques de la tontine conduisent à la police ou même au tribunal.

Rahila Tagou

23 août 2019
Source : http://www.lesahel.org/

Imprimer E-mail

Economie