Forfait Albarka

Transit de vente de véhicules d'occasion libyens à Agadez

Voitures Occasions Agadez NigerLa région d'Agadez est devenue une plaque tournante d'un nouveau commerce, à savoir, la vente des véhicules venus de la Libye depuis la chute de Kadhafi. Un commerce qui fait le bonheur de nombreux habitants de la région, ce qui contribue à réduire le chômage. Depuis la crise Libyenne et la chute du régime Kadhafi, la ville d'Agadez est devenue une plaque tournante d'un nouveau commerce de la vente des véhicules qui arrivent de la Libye par la voie normale et souvent de façon clandestine.

Le constat est visible. Agadez est inondé des parcs pour la vente de ces véhicules de diverses marques et très prisés par les clients locaux et les grossistes qui viennent des pays voisins comme le Nigeria, le Mali, le Burkina et même du Benin.

Ils sont nombreux les jeunes d'Agadez qui traversent le désert avec toutes les difficultés pour aller en Libye négocier les véhicules qui seront revendus sur le marché à Agadez. Certains sont des opérateurs économiques et d'autres des chauffeurs qui feront le trajet depuis le sud Libyen à Agadez souvent au risque de leur vie, vue l'insécurité et l'instabilité qui règnent en Libye.

Mr. Amadou Tidjani, un jeune commerçant d'Agadez, a trouvé l'affaire intéressante, il a ouvert un parc dans un quartier qui porte le nom d'une ville libyenne Misrata. Il se rend lui-même en Libye pour négocier des véhicules dans la ville de SEBHA même si avant de faire sortir la commande ces jeunes revendeurs sont malmenés par des hommes armés qui servent d'autorités dans ce pays déchiré.

On trouve toutes les marques et souvent dernier cri de l'année 2016 pour répondre aux demandes des clients mais le problème rencontré sur notre territoire c'est au niveau des différents postes des FDS qui nous taxent d'une amende qui dépasse souvent nos attentes et qui ne sont pas réglementaires selon TIDJANI qui a l'habitude de faire le trajet.

Le casse-tête est comment arrivé à Agadez car la traversée entre Séguidime et Agadez est un parcours du combattant. Sans escorte ces opérateurs économiques sont pour la plupart de temps interceptés par des bandits armés qui arrachent les véhicules et leurs biens.

Selon ces hommes d'affaires comme on les appelle ici, chaque semaine plus de 150 Véhicules entrent à Agadez et pour cette raison ils ont estimé qu'il est nécessaire que les autorités les aident à mettre en place un convoi militaire pour l'escorte de leurs marchandises, ils sont prêts à payer les frais pour leur propre sécurité car déjà au niveau des postes de Madama et de Dao on paye 20.000 FCFA par véhicules et 20 litres d'essence et arrivés à Séguidime on paye un carnet à 70.000 FCFA et d'autres taxes à la garde nationale et puis à Tourayat et à l'entrée d'Agadez et tout cela sans escorte nous confie Mahmoud un autre responsable de parc.

Moussa Mohamed Cissé que nous avons rencontré sur l'un de nombreux parcs d'Agadez est venu du Mali pour payer les véhicules de marque HUNDAY très appréciés par sa clientèle. Pour lui c'est une bonne affaire car ici ils trouvent toutes les marques et qui sont en bon état dont la mise en circulation date des années 2014 à 2016. Cissé préfère aujourd'hui le marché d'Agadez au port de Cotonou. Même son de cloche chez Abari Youssouf qui vient du Nigéria pour prendre sa commande, depuis l'ouverture de ce marché à Agadez. On a tiré du profit car ici on trouve toutes les marques qui correspondent à l'attente de notre clientèle et surtout ce sont des véhicules de récente fabrication. Ecoutez ! Moi mon port n'est pas à Cotonou ou Lomé, c'est ici dans cette ville terre d'islam plein d'Albarka nous lance- til avec un sourire qui ne cache pas la réussite de son commerce.

La population d'Agadez également gagne dans ce nouveau bisness, nombreux sont ceux qui ont loué leurs maisons ou parcelles en location pour servir de parc de vente des véhicules. De nombreux jeunes servent aussi d'intermédiaires en trouvant des clients aux responsables des parcs et si l'affaire marche ces derniers ont un pourcentage. Pour eux, Dieu aime Agadez, Ahmad vocifère ils ont fermé Imouraren, on a eu Djado et ils l'ont fermé aussi, alors Allah, Lui, aime la jeunesse d'Agadez. Il nous a ouvert encore cette voix pour gagner notre vie.

Pour les autorités communales d'Agadez c'est une activité à encourager car du point de vue économique elle rapporte à la population mais elle mérite d'être organisée selon Aboubakar Ajouwal 1er vice maire. La commune tire profit parce que les responsables des parcs passent par les services compétents de la commune pour avoir un papier d'autorisation et mener leur activité et ils sont en règles et à jour en ce qui concerne le payement des taxes. Ce nouveau marché de vente de ces véhicules dits de la Libye a amélioré les chiffres de recette de la commune et Mr Ajouwal précise que dans l'intérêt de tous et en collaboration avec les responsables des différents parcs, la commune va essayer de mieux organiser cette activité qui donne un nouveau souffle à Agadez.

ISSOUF HADAN (Agadez)

09 mai 2017 
Source : La Nation 

Imprimer E-mail

Economie