Orange Money 300%

Invité de l'Onep - M. Wargo Boubacar, Secrétaire Permanent du Haut conseil pour l’investissement au Niger : “Le Niger est une terre d’opportunités et une destination privillégiée pour les investisseurs” (2)

Wargo Boubacar Secretaire Permanent du Haut conseil pour l investissement au NigerM. Wargo Boubacar, Secrétaire Permanent du Haut conseil pour l’investissement au Niger : “Le Niger est une terre d’opportunités et une destination privillégiée pour les investisseurs”Monsieur le secrétaire permanent, pouvez-vous nous présenter cette structure dont vous avez la charge ?

Le Haut Conseil pour l’Investissement au Niger (HCIN) est une structure créée et placée sous l’autorité directe du Président de la République et a pour rôle d’être la plateforme de dialogue public-privé en vue d’impulser les actions ayant pour finalité de promouvoir et d’assainir l’environnement des affaires et de définir les priorités du secteur privé. A ce titre, il est chargé de : fixer les orientations liées à la mise en oeuvre de la politique d’investissement privé ; suivre l’exécution de la stratégie nationale de la promotion des investissements privés ; prescrire toutes mesures nécessaires aux évolutions constatées en matière d’investissement privé et susciter les mesures incitatives cohérentes pour les investissements privés et s’assurer de leur exécution.

Quel est concrètement le travail du secrétariat permanent du Haut Conseil pour l’Investissement au Niger?

Le Secrétariat Permanent est le bras technique et administratif du Haut Conseil pour l’Investissement au Niger. Il a pour mission de : préparer les réunions, assister les départements du HCIN et assurer l’interface avec les partenaires publics et privés dans la mise en œuvre des recommandations ; dresser régulièrement un diagnostic approfondi de l’environnement des affaires dans tous ses aspects et formuler des propositions opérationnelles ; accompagner, au plan technique et financier, les administrations concernées par les réformes ; accompagner, au plan politique et administratif la réalisation des investissements, notamment ceux qui ont de volume important en termes de caractère stratégique ; faire le suivi personnalisé de l’évolution des idées et projets d’investissements ainsi que des investissements en cours ou réalisés ; suivre les engagements pris par les partenaires et les investisseurs étrangers lors des grandes rencontres internationales ; suivre tous les rapports, indices et plan d’actions visant l’amélioration du climat des affaires ; élaborer et mettre en œuvre un plan de communication efficace qui contribue à une large diffusion des acquis du Niger en matière d’amélioration du climat des affaires et qui fait la promotion de l’image de marque du Niger auprès des investisseurs ; appuyer les administrations publiques et les investisseurs privés dans les différentes étapes de préparation, d’évaluation technique et financière, d’approbation, d’attribution et de négociation des contrats de partenariat public privé ; assurer le suivi opérationnel des investissements privés au Niger ; préparer un rapport semestriel à présenter lors des sessions du Conseil et préparer un rapport mensuel à adresser au Président du Comité Interministériel.

La création du Haut Conseil pour l’investissement au Niger procède de la volonté des autorités nigériennes à s’appuyer sur cet outil dans le cadre d’un vaste programme visant la transformation du pays. Comment fonctionne le Haut Conseil pour l’Investissement qui est une innovation de l’architecture étatique au Niger ?

Le HCIN est organisé comme suit : un Conseil d’Orientation Stratégique pour l’Investissement privé (COSI) présidé par le Président de la République ; un Comité Interministériel présidé par le Premier Ministre ; un Secrétariat Permanent qui organise les activités opérationnelles et techniques. Concrètement, en fonction des thématiques à traiter, le Secrétariat Permanent organise des réunions entre le secteur public concerné par la problématique à traiter et le secteur privé. Ces réunions se déroulent dans un groupe de travail présidé par une autorité reconnue pour son expertise sur la question. Cette autorité peut être soit du secteur public ou du privé. Une fois un consensus trouvé autour de la question, le SP organise une autre réunion autour du Ministre sectoriel concerné pour qu’il s’approprie de la solution proposée et détermine son délai de mise en œuvre. Après il y a une réunion interministérielle autour du Premier Ministre pour évaluer la faisabilité politique, technique et financière de la solution. Si la solution est entérinée, alors le Comité d’Orientation Stratégique se retrouve autour du Président de la République pour apprécier et adopter définitivement la réforme proposée. A la suite, le Secrétariat Permanent se chargera du suivi de la mise en œuvre au niveau du ministère sectoriel concerné et des rapports trimestriels sont dressés pour informer le Président de la République pour l’informer de la mise en œuvre. Il faut noter que le Comité d’Orientation Stratégique est composé aussi du secteur privé que du secteur public.

De sa création à aujourd’hui, quelles sont les actions concrètes que vous avez posées dans le cadre de la promotion du secteur privé nigérien qui est incontestablement le moteur de la croissance économique de notre pays ?

Depuis sa création, le HCIN a initié plusieurs actions notamment les actions de promotions et d’orientation des investisseurs. Mais la priorité a été d’abord, de travailler sur la visibilité. C’est ainsi que nous avons organisé un « sideevent », à New York pour exposer à des investisseurs sélectionnés en fonction de leur intérêt pour le Niger, les opportunités d’investissement au Niger. Nous avons fait le même exercice à Ankara, à Toronto et tout récemment à Beijing. Ces types de manifestations vont se produire à Johannesburg et dans d’autres capitales pour exposer au monde entier que le Niger est une terre d’opportunités et une destination privilégiée pour les investisseurs. Nous étions présents au dernier CEO forum d’Abidjan où nous avons présenté devant plus de 20 investisseurs les projets prioritaires du Niger. Nous serons présents au prochain à Kigali avec une journée dédiée au Niger.

Le HCIN a aussi à son actif l’organisation de plusieurs événements de matchmaking entre les investisseurs étrangers et hommes d’affaires du Niger notamment la rencontre avec les investisseurs de l’Union Européenne, les investisseurs indonésiens, l’African Trade Insurance. Très prochainement, nous organiserons, une mission d’AFRIEXIM Bank pour venir exposer ses instruments et mécanismes d’intervention pour aboutir à la première intervention de cette banque au Niger.

Le HCIN a pris une part active dans l’organisation de la conférence de la renaissance sur le Plan de Développement Economique et Social et l’élaboration de la feuille de route du secteur privé. Il jouera un rôle actif dans sa mise en œuvre.

Vous avez certainement besoin d’inciter aussi bien les investisseurs nationaux qu’internationaux à travers un cadre réglementaire et institutionnel adéquat. Qu’est-ce qui a été fait dans ce sens pour attirer les investisseurs à venir au Niger ?

Pour attirer le maximum d’investisseurs, le HCIN a initié la création de l’Agence Nigérienne de Promotion des Investissements et des Projets Stratégiques qui jouera le rôle de guichet unique pour ce qui tourne autour de la question de l’attraction, de la facilitation et de la promotion des investissements privés en dehors des activités de création des entreprises qui sont dévolues à la maison de l’entreprise. L’autre action majeure c’est la réforme du cadre des PPP pour lui donner plus de crédibilité, d’expertise et de réactivité dans la prise en charge des sollicitations des investisseurs.

Quels sont vos rapports avec la chambre de commerce qui est le pivot central de la promotion du secteur privé au Niger ?

La chambre du commerce en tant qu’organisation d’encadrement du secteur privé est un acteur essentiel dans l’écosystème de la promotion et du développement du secteur privé. En ce sens, nous développons une synergie positive et cohérente dans nos approches et collaborations. Nous cherchons à chaque fois d’avoir les mêmes points de vue sur toutes les réformes qui concernent le secteur. Tel a été le cas pour la création de l’Agence Nigérienne de Promotion des Investissements et des Projets Stratégiques. Nous travaillons ensemble sur la charte des Petites et Moyennes Entreprises (PME), sur la stratégie de développement du secteur privé ainsi que sur le small business etc.

Réalisée par Hassane Daouda(onep)

26 octobre 2018
Source :  http://lesahel.org/

Imprimer E-mail

Economie