Interview : L'Oasis, coworking des femmes entrepreneuses à Niamey (Niger) par son fondateur

Abdoul salami CisseL’Afrique accélère avec une multiplication de lieux d’innovation, d’incubateurs d’entreprises et de lieux de coworking avec des communauté d’entrepreneurs jeunes et hyper connectés. Ils commencent à susciter l’intérêt, les levés de fonds qui accompagnent certaines réussites sont un prémisse. Le Rwanda notamment surprend par un dynamisme et l’émergence d’innovations appuyées par des entreprises de niveau mondial. Portées souvent par sa jeunesse, les nouvelles initiatives entrepreneuriales (incubateurs, lieux de coworking…) se multiplient et sont très souvent le fait des entrepreneurs eux-mêmes. Si comme ailleurs tout n’y est pas parfait, la dynamique est là.
L’interview d’aujourd’hui nous mène au Niger, à Niamey.
Tout est parti de belles rencontres entre Abdoul Salami Cissé, porteur d’un projet d’espace de coworking et d’appui à l’entrepreneuriat et l’ONG Empow’Her qui accompagne l’émancipation des femmes par l’entrepreneuriat. Ces deux acteurs, rejoints par la Fondation Véolia qui cherchait à agir au Niger.
Cela a abouti à un lieu, l’Oasis, créé à Niamey en janvier 2018. Un lieu dédié à l’entrepreneuriat féminin et à l’économie durable.
Les femmes, en Afrique, sont très nombreuses à entreprendre. C’est sur elles, mais sans exclusives, que s’appuie le projet Oasis qui s’articule autour d’un espace de coworking et de la mobilisation de nombreux acteurs locaux et régionaux qui y organisent un nombre croissant d’opérations. Additionner les énergies, c’est le pari d‘Abdoul Salami Cissé son fondateur et dirigeant.

 Ecouter l'interview

demo
 

 L'Oasis, coworking des femmes entrepreneuses à Niamey (Niger) par son fondateur.


La Fondation Véolia a apporté l’appui décisif nécessaire et a positionné le projet au Niger où l’entreprise française est présente au travers d’une filiale.
Abdoul Salami Cissé, au travers d’une interview décrit avec le sourire, ce qu’est cette aventure. On y découvre notamment la difficulté d’imposer le coworking comme forme de travail dans un pays où disposer d’un bureau en propre est, comme souvent encore en France, une marque de réussite.
Le format de l’expérience de Niamey est également très proche de ceux des espaces de coworking partout ailleurs : multiplication des rencontres, collaborations, bienveillance, accompagnement des porteurs de projets puis au développement des jeunes entreprises, mise à disposition d’espaces de travail largement accessibles, recours au système D quand il le faut…
Ce système D dans l’aménagement des lieux, avec un recours systématique à l’artisanat local, affiche la recherche de la frugalité dans l’action. Le bâtiment lui-même et son focntionnement sont écoresponsables. Une recherche partagée par la majorité des espaces de coworking en France et en premier lieu par la Recyclerie

07 avril 2018
Source : https://zevillage.net

Imprimer E-mail

Economie