Bonne Fête ! Barka Da Salah ! Wa Kayessi !

Les points sur les I : Monsieur le ministre des Finances, la gouvernance est l’affaire du Conseil d’administration, pas de la direction générale

Massaoudou Hassoumi Finances NigerManifestement, le ministre des Finances, Hassoumi Massoudou, est incompétent pour « veiller », comme il dit, sur le bon usage de l’argent public. Il ne s’agit pas, ici, de remuer le couteau dans la plaie en rappelant qu’il est empêtré jusqu’au cou dans le scandale de l’uraniumgate où 200 milliards de l’État sont en jeu. Il s’agit plutôt de l’écouter parler de l’affaire de la banque de microfinance ASUSU pour relever que tout ministre des Finances qu’il est, il mélange visiblement les genres. Car, en confirmant qu’il a demandé à la directrice générale de démissionner au motif qu’il y aurait un problème de gouvernance grave, Hassoumi Massoudou étale publiquement son incurie par rapport aux questions financières. Il a bien parlé de problème de gouvernance et non de gestion. Or, la gouvernance est l’affaire du Conseil d’administration, pas de la direction générale. Alors, pourquoi ne s’attaque-t-il pas au Conseil d’administration, mais plutôt à la direction générale, ou plutôt, pour être plus prosaïque, à la personne de la directrice générale ?

Pour des raisons clairement identifiées et parfaitement connues de la tutelle, ASUSU est confrontée à des difficultés liées à une tension de trésorerie. Or, ASUSU n’est pas une banque commerciale, mais plutôt une banque de microfinance qui couvre plus de 6000 villages pour plus de 650 000 épargnants. C’est donc un instrument de développement qu’ailleurs, jusque dans les économies les plus libérales, l’on se serait empressé d’examiner la situation réelle et conséquemment, les voies et moyens de la sauver. Un ministre des Finances qui joue aux oiseaux de mauvais augure, ça n’est pas responsable et tous les spécialistes de la finance ont été outrés d’entendre Hassoumi Massoudou claironner fièrement, tel un croque-mort, ce qu’il a appelé la «faillite»de ASUSU.

Et pendant qu’on y est, puisque Hassoumi Massoudou claironne que celui qui est responsable de la faillite ne peut redresser la situation, il sait, mieux que quiconque, qu’ils ont échoué dans leur mission à la tête de l’État. Un citoyen, dont le propos de Hassoumi a sans doute fait sourire, a demandé ce que l’on doit exiger alors d’eux qui ont mis tout un État sur cales.

02 avril 2018
Source : Le Monde d'Aujourd'hui

Imprimer E-mail

Les Résidences Goggodou : Le coin chic pour se loger à Niamey

Economie