Bonne Fête ! Barka Da Salah ! Wa Kayessi !

Déclaration de la Chambre de Commerce et d'Industrie du Niger sur la signature de l’accord établissant la Zone de Libre Echange Continentale Africaine (ZLECA) : Le secteur privé nigérien félicite le Président de la République pour le travail accompli dans

Déclaration de la Chambre de Commerce et d'Industrie du Niger sur la signature de l’accord établissant la Zone de Libre Echange Continentale Africaine (ZLECA) Le secteur privé nigérien félicite le Président de la République pour le travail accompli dans le processus La Chambre de Commerce et d'Industrie du Niger (CCIN), a rendu publique hier après-midi, à son siège à Niamey, une déclaration relative à l’accord établissant la Zone de Libre Echange Continentale Africaine (ZLECA), dont la signature est intervenue le 21 mars 2018 à Kigali au Rwanda lors du sommet extraordinaire des Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’Union Africaine. La déclaration a été lue par le président de la Chambre de Commerce et d’Industrie du Niger, M. Moussa Sidi Mohamed devant un parterre d’operateurs économiques du Niger.

Dans cette déclaration, le président de la Chambre de Commerce et d’Industrie du Niger, a de félicité d’abord au nom du secteur privé nigé- rien, le Président de la Ré- publique, Chef de l’Etat, S.E Issoufou Mahamadou, chargé par ses pairs africains comme Champion de la Zone de Libre Echange Continentale Africaine (ZLECA) pour conduire ce processus auquel il s'est donné avec engagement et dévouement dans les négociations. En effet, la ZLECA dont le lancement officiel vient d’intervenir, devrait constituer un espace où les pays membres éliminent les droits de douane et les restrictions quantitatives à l'importation mais conservent chacun leur propre politique commerciale vis à vis d'un pays tiers. Elle est de ce fait une étape importante vers un marché commun africain de plus d'un milliard de consommateurs et un moyen puissant pour attirer les investissements nationaux et étrangers, booster la production, renforcer la compétitivité des entreprises et favoriser le bien-être des populations africaines.

C'est pourquoi, la Chambre de Commerce et d'Industrie du Niger (CCIN) et l'ensemble du secteur privé nigérien se félicitent de la signature de cet important instrument qui favorisera à n'en point douter le secteur privé africain en général et nigérien en particulier. En outre, la Chambre de Commerce a aussi souligné l’engagement et la détermination du Président Issoufou pour avoir permis, en panafricaniste convaincu, en quelques mois seulement, de faire aboutir les négociations avec la signature de l'accord par 44 pays de l'Union Africaine, ce qui lui a valu d'être désigné aussi pour sa mise en œuvre. Par ailleurs, ce succès enregistré par le Niger et pour lequel les Chambres de Commerce de la sous-région félicitent celle de notre pays, vient s'ajouter aux actions accomplies avec détermination en vue de l'amélioration de l'environnement des affaires. En effet, le Niger a réalisé un bon qualitatif dans le classement Doing Business de la Banque Mondiale en passant du 166ème au 144ème rang mondial, en l'espace de trois années. C'est dire que l’engagement du Président reste constant pour l’émergence du secteur privé nigérien.

Plusieurs actes sont là pour le témoigner. Il s’agit entre autres selon le président de la CCIN de la création du Haut Conseil pour l'Investissement dont la principale mission est d'organiser la ré- flexion et de formuler des orientations sur les questions se rapportant à la promotion et au développement des investissements nationaux et étrangers ; la création de l'Agence Nationale pour la Société à l'Informatique qui permettra d'impulser la création de start-up nigériennes et booster l'économie numérique ; l'encouragement à la création des incubateurs des jeunes entrepreneurs. Le président de la Chambre de Commerce devait ensuite mentionner que ce processus vers la création d'un marché unique africain qui est à ses débuts nécessitera cependant l'implication de tous les Nigé- riens à travers tous les acteurs de la vie socio-économique. Cette implication pourrait être judicieusement conduite à travers les diffé- rents sous-regroupements économiques communautaires africains. « C'est le lieu d'engager dès à présent toutes les explications sur ses enjeux auprès de l'ensemble des couches de la population pour leur permettre de mieux appré- hender tous ses contours. Toutefois, pour que la Zone de Libre Echange Continentale Africaine ait un sens et atteigne ses objectifs, les pays africains devraient avoir des marchandises et des services à échanger entre eux. Au plan interne cela suppose un soutien plus accru de l'Etat pour promouvoir un secteur privé fort et dynamique, dans tous les domaines» a conclu le président la Chambre de Commerce.

27 mars 2018 
Source : http://www.lesahel.org/


Lesahel.ne

 

 

Imprimer E-mail

Les Résidences Goggodou : Le coin chic pour se loger à Niamey

Economie