Les Résidences Goggodou : Le coin chic pour se loger à Niamey

Orange Lutte Traditionnelle  Niger

Atelier de validation du Plan d’action sur l’emploi en santé et la croissance économique : Vers la validation du Plan régional d'investissement sur les ressources humaines de la santé et du secteur social

Le ministre de l’Emploi du Travail et de la Protection Sociale, M. Mohamed Ben Omar, a présidé, hier matin, à l’Hôtel Soluxe, la cérémonie d’ouverture de l’atelier de validation et d'identification des priorités pour le Niger du plan d'action de mise en œuvre des recommandations de la Commission de haut niveau des Nations Unies sur l'emploi en santé et la croissance économique. Cette rencontre qui vise à permettre au Niger de disposer d'un Plan quinquennal et multisectoriel pour l'emploi en santé et la croissance économique.

Au cours des travaux, les participants à cet atelier auront à valider le contenu du plan régional d'investissement sur les ressources humaines de la santé et du secteur social; identifier les actions prioritaires à mettre en œuvre au niveau national tout en prenant en compte les objectifs de la couverture sanitaire universelle et le plan de développement sanitaire; identifier les composantes des coûts de chacune des interventions priorisées et identifier les coûts unitaires de ces composantes afin de faciliter la préparation du budget et formuler des recommandations pour générer l'engagement politique pour la mise en œuvre du plan. En ouvrant cette rencontre, le ministre de l’Emploi du Travail et de la Protection Sociale, M. Mohamed Ben Omar a rappelé que les problématiques de l'emploi et de la croissance économique demeurent à l'échelle mondiale, des défis majeurs au centre de toutes les politiques de développement, en particulier pour les pays africains. Citant les projections de l'Organisation Mondiale de la Santé, il a souligné qu’il est nécessaire de créer environ 40 millions de nouveaux emplois dans ce secteur d'ici 2030, pour notamment faire face à la pénurie envisagée de 18 millions d'agents de santé dans les pays en voie de développement.

Selon le ministre Mohamed Ben Oumar, au niveau de la zone UEMOA, les contraintes et défis se déclinent en termes de faible densité des ressources humaines en santé; nécessité d'investissements supplémentaires et efficients dans le domaine de la santé et en particulier pour la création d'emplois décents; contraintes financières et budgétaires imposées par le respect des critères de convergences de l'UEMOA. Il a souligné également que si le phénomène du chômage et de sous-emploi constitue l'une des préoccupations majeures de tous les pays africains, il l'est davantage pour les pays à faible revenu comme le nôtre. Le ministre de l’Emploi du Travail et de la Protection Sociale, a reconnu que le concours de plusieurs facteurs tels que la forte croissance démographique, la faiblesse du tissu économique et la faible capacité institutionnelle en termes de création d'emploi continuent de provoquer une forte distorsion entre l'offre et la demande d'emploi, entraînant de facto un accroissement du chômage et du sous-emploi.

Pour le ministre de l’Emploi du Travail et de la Protection Sociale, en matière d'emploi des ressources humaines en santé, et en référence aux normes universelles, malgré les efforts fournis par le gouvernement ces dernières années, beaucoup reste à faire.

   La commission de haut niveau sur l’emploi en santé et la croissance économique   a dans son rapport, proposé dix recommandations qui s'appuient sur la stratégie mondiale 2030 des personnels. Ladite stratégie vise quatre objectifs essentiels à savoir: optimiser l'utilisation du

personnel en situation d'emploi dans la poursuite des objectifs de développement durable et de la couverture sanitaire universelle; anticiper les besoins futurs en main-d'œuvre d'ici 2030 et planifier les changements nécessaires; renforcer les capacités individuelles et institutionnelles pour mettre en œuvre la politique, la planification et gérer les ressources humaines en santé; renforcer les systèmes d'information, les données factuelles et les connaissances nécessaires pour formuler des décisions stratégiques et efficaces en la matière.

Selon M. Mohamed Ben Omar, ces recommandations ainsi que les actions immédiates à entreprendre requièrent des interventions de la part des gouvernements nationaux à travers les ministères en charge de la santé, de l'emploi et des finances. «Suite à cet événement et pour la mise en œuvre des recommandations de la commission, une réunion des ministres chargés de l'emploi et de la santé de l'espace UEMOA a été organisée en mars 2017 à Abidjan. Elle a permis d'identifier les principaux éléments d'un plan d'action régional », a-t-il rappelé. Aussi, le ministre a précisé que lors de leurs discussions, les ministres ont convenu de la nécessité pour chacun des pays de cet espace communautaire, d'identifier non seulement des actions prioritaires au niveau national, mais aussi de s'assurer que les implications budgétaires de ce plan d'action puissent s'inscrire dans le cadre des critères de convergence de l'UEMOA », a-t-il indiqué.

Auparavant, le représentant résident de l’OMS, M. Pana Assimawé, a salué une fois de plus, le leadership et l'engagement du gouvernement nigérien à travers les différents ministères impliqués dans le processus sous-régional, au niveau de l'UEMOA, pour disposer d'un Plan quinquennal et multisectoriel pour l'emploi en santé et la croissance économique. Il a félicité également les experts des ministères en charge de la Santé, de l'Emploi, des finances et du Plan pour avoir représenté le Niger, avec brio, durant toutes les consultations de haut niveau qui se sont tenues à Abidjan en 2016 et qui ont abouti aux 10 recommandations retenues au niveau de l'UEMOA.

Mamane Abdoulaye(onep)

22 novembre 2017
SOurce : http://lesahel.org/

Imprimer E-mail

Economie