Forfait Albarka

Taxes et impôts pour 2018 : La Renaissance veut ''enterrer'' les Nigériens

Taxes et impôts pour 2018 : La Renaissance veut ''enterrer'' les NigériensÀ part d'être irréaliste comme chaque année d'ailleurs, le budget 2018 est surtout une espèce de gouffre sans fin dans lequel le ré- gime d'Issoufou Mahamadou projette d'enfoncer les Nigériens les plus démunis. Par la création d'une série de taxes et impôts particulièrement impopulaires, la Renaissance s'apprête à partir en guerre contre les foyers nigériens déjà meurtris par plus de six (6) ans d'une mal gouvernance sans précédent dans l'histoire sociopolitique de notre pays. De l'Impôt sur les Revenus des Baux d'Habitation, à la Taxe d'Habitation en passant par l'Impôt sur les Transports, c'est une kyrielle de mesures antisociales que le gouvernement s'apprête à mettre en application dès janvier 2018. Quelque part, il fallait s'y attendre, les Tarayyistes sont venus au pouvoir pour se servir d'abord. En témoigne le vertigineux seuil d'endettement atteint sous la Renaissance. Du prêt Eximbank-Chine aux arrangements en catimini avec Areva et l'Uraniumgate, pour ne citer que ces scandales politico-financiers. Les camarades se sont d'abord mis plein les poches. Conséquence, l'État croule sous des échéances qu'il ne peut plus honorer. Les dettes intérieure et extérieure, la colossale masse salariale, les charges inhérentes au fonctionnement de l'appareil étatique surchargé par de milliers de nominations aussi fantaisistes qu'inutiles et autres emplois fictifs, sont autant de poids financiers que le gouvernement d'Issoufou Mahamadou a du mal à supporter. D'où ces fins de mois de plus en plus difficiles. D'aucuns entrevoient déjà la quasi faillite de l'État. En attendant cette échéance certainement inéluctable, le système est en agonie. Et dans leur descente aux enfers, les guristes veulent entraîner le peuple nigérien tout entier via des nouvelles taxes qui viendront rendre la vie davantage plus chère. Après avoir spolié les citoyens, vidé les caisses de l'État, voilà le pouvoir socialiste qui passe à la phase " d'extermination " sociale des nigériens.

Bientôt nos factures d'électricité monteront en flèche. Bientôt nous serons obligés de payer des taxes pour nos habitations qu'on soit propriétaire, locataire, et même ceux qui sont gracieusement logés. Le matraquage fiscal commencera dès la nouvelle année. La loi est pour l'instant entre les mains des députés. En attendant son adoption (ce qui est sûr), que fait le peuple ? Ou du moins, que font les acteurs de la société civile ? Plus précisé- ment, que font les défenseurs des droits des consommateurs ? C'est maintenant que doit commencer le vrai combat citoyen. C'est maintenant que doit se faire l'unité nationale autour d'une cause qui en vaut vraiment la peine. Sous d'autres cieux, des peuples se sont soulevés pour dire non à l'augmentation du simple prix du pain. Au Niger, les guristes veulent tout augmenter. La vie devient de plus en plus intenable. Le peuple doit exprimer sa colè- re à travers les canaux que lui offre la Constitution, à savoir le droit à manifester. Le peuple doit dire stop à cette exploitation humaine que sont ces nouvelles taxes. Cela ne trompe personne, les guristes comptent sur les citoyens pour financer leur train de vie princier. L'État est en panne de liquidité du fait d'une mauvaise gouvernance, et on demande aux citoyens de réparer les indescriptibles dégâts. Ce sont plutôt les guristes qui doivent rendre gorge. Nous disons : " non à l'enterrement du peuple ! "

Alpha

14 octobre 2017 
Source : Le Courrier 

 

Imprimer E-mail

Economie